Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 19:29

 

 

cour const RCA

 

 

Bangui (Centrafrique) 29-11-2010 (APA) Le Président de la Cour Constitutionnelle de Centrafrique, Marcel Malonga, a validé au cours d’une audience spéciale tenue ce lundi à Bangui, la liste des six candidats retenus pour le premier tour de l’élection présidentielle du 23 janvier 2011.

 

Il s’agit de François Bozizé, pour le Parti KNK ; Ange-Félix Patassé, candidat indépendant ; Jean Jacques Démafouth, du parti Nouvelle Alliance pour le Progrès (NAP) ; Justin Innocent Wilité, candidat indépendant ; Emile Gros Raymond Nakombo, du Rassemblement Démocratique Centrafricain (RDC) et enfin Martin Ziguélé pour le Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC).

 

 

 

Centrafrique : six candidatures validées pour la présidentielle

 

BANGUI - AFP / 29 novembre 2010 22h56 - La Cour constitutionnelle centrafricaine a validé définitivement les dossiers de six candidats pour l'élection présidentielle du 23 janvier prochain, a annoncé à l'AFP lundi le porte-parole de la Commission électorale indépendante (CEI), Rigobert Vondo.

Parmi les candidats, les trois principaux sont le président François Bozizé, arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 2003, puis élu en 2005, l'ancien président renversé par M. Bozizé, Ange-Félix Patassé (1993-2003), et l'ex-Premier ministre (2001-2003) et opposant Martin Ziguélé, du Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC).

Les autres candidats sont l'ancien ministre de la Défense et chef de l'Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD, ex-rébellion qui a intégré les accords de paix) Jean-Jacques Demafouth, le candidat du Congrès centrafricain de la renaissance (CCR) Justin Wilité et enfin Emile Gros Raymond Nakombo, du Rassemblement démocratique centrafricain (RDC), parti fondé par le l'ex-président André Kolingba, mort en février.

Le 12 novembre, la CEI avait annoncé avoir transmis quatre dossiers à la Cour constitutionnelle pour validation après la clôture des dépôts de candidatures le 8 novembre.

Mais, à la suite d'une polémique sur la période de dépôts -qui avait été raccourcie et avancée-, M. Bozizé avait demandé à la CEI de s'organiser pour que "les dossiers de candidatures en retard soient déposés", ce qui permet à M. Ziguélé (arrivé deuxième à la présidentielle de 2005) et à M. Nakombo de figurer parmi les candidats.

Finalement, "il y a eu neuf dossiers qui ont été déposés (à la Cour constitutionnelle), trois ont été rejetés", a poursuivi M. Vondo.

Les dossiers de Cleophas Azouroute, indépendant proche de François Bozizé, et Lambert Kouet Fodé, opérateur économique, d'abord refusés par la CEI avaient ensuite été transmis grâce au délai accordé, pour être en définitive invalidés par la Cour constitutionnelle, respectivement pour "défaut de paiement" de la caution de cinq millions FCFA (7.600 euros) et dossier incomplet, selon M. Vondo.

Le troisième, Joseph Gbotodja (universitaire), avait retiré sa candidature, a dit le porte-parole, sans plus de précisions.

Le premier tour de la présidentielle sera organisé en même temps que celui des législatives, le 23 janvier. Un éventuel second tour doit se dérouler le 20 mars.

(©)

 

 

 

NDLR : Il est inadmissible que des Centrafricains qui ont annoncé les premiers leur candidature à l’élection présidentielle tels que Elois Anguimaté et Marie Reine Hassen n’aient pas eu le temps de déposer leur dossier à cause du diktat de Bozizé et Binguimalé. Cette élection présidentielle doit être inclusive et tous les fils du pays qui veulent faire acte de candidature doivent avoir le droit de le faire conformément aux dispositions du code électoral qui sont suffisamment claires en la matière. Bozizé ne peut pas être candidat et s’ériger en même temps en patron des élections. Il doit revenir sur le droit chemin et respecter la loi car il n’est nullement au-dessus.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique