Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 03:16

 

 

 

 

Firmin Feindiro

 

 

 

Paris 23 sept (C.A.P) - Les informations faisant état de la présence en Belgique pour y demander asile de l’ancien Procureur de la République et conseiller juridique officieux de Bozizé,  l’ex-ministre de la justice et demi-dieu Firmin Findiro ne sont vraisemblablement pas étrangères à l’arrivée en France en mission spéciale du fils de Bozizé Aimé Vincent alias Papy et du capitaine Vianney Semndiro l’homme des opérations secrètes. Findiro à dû comprendre très vite qu'il n'était pas en sécurité en France. En juillet dernier, c'était plutôt le Botswana qui avait eu sa préférence pour la demande d'asile mais il a dû être obligé de retourner à Bangui à son corps défendant.

 

En effet, le départ du pays et la cavale actuelle de Firmin Findiro ne laissent pas du tout Bozizé tranquille. Il y a lieu de rappeler que si Findiro et Ndoutingaï ont tous les deux été limogés du gouvernement par Bozizé, ce dernier n’a jamais fait fermer et mis sous surveillance par la garde présidentielle le bureau de Ndoutingai alors que Bozizé a personnellement pris part à la fouille du bureau de Findiro qu’il a aussi fait mettre sous scellé.

 

 Firmin Findiro doit avoir sans doute en sa possession plusieurs dossiers compromettants ou susceptibles d’attirer des ennuis judiciaires à Bozizé qui redoute terriblement toute perspective de justice nationale ou internationale à son endroit. On se souvient par exemple que peu avant son arrivée au pouvoir au 15 mars 2003, le parquet du Tribunal de Grande Instance de Bangui avait pratiquement déjà bouclé le dossier de sa tentative de coup d’Etat de novembre 2001 pour qu’il puisse passer en jugement devant la cour criminelle de la RCA.

 

Findiro doit sans doute être en possession de ce dossier et de bien d’autres tout aussi sulfureux, notamment celui pouvant le traîner devant la CPI ou celui relatif à la scandaleuse affaire de la vente de l’immeuble de Bangui 2000 et de  l’incendie du supermarché RAYAN avec le Libanais Ali El Akhrass.

 

En limogeant Findiro du gouvernement et en le contraignant à prendre la poudre d’escampette pour se sauver du pays et s’exiler, Bozizé a poussé Findiro dans le camp des mécontents de son régime et de tous ceux aujourd’hui nombreux qui complotent dans l’ombre pour le renverser du pouvoir par tout moyen.

 

En décidant d’envoyer son fils Papy et surtout son homme des basses besognes Vianney Semndiro, celui-là même dont le nom a été souvent cité dans la mystérieuse disparition  du colonel Charles Massi, aux trousses de Findiro, Bozizé donne bien la preuve qu’entre Ndoutingaï et Findiro, c’est surtout le second qui constitue pour lui le plus gros danger qu’il lui faut enrayer. Contrairement à certaines informations le concernant, Sylvain Ndoutingaï serait toujours au Maroc et pas encore sur le territoire français où certains compatriotes prétendent l’avoir aperçu voire croisé dans des gares parisiennes. 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers