Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 01:02

 

 

 

soldats-ougandais.jpg

                                             soldats ougandais

 

 

par Elias Biryabarema

KAMPALA 09-03-2012 à 18h45 (Reuters) - Le gouvernement de Kampala s'est engagé vendredi à capturer "mort ou vif" Joseph Kony, chef de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), visé par un mandat d'arrêt international pour la terreur qu'il fait régner depuis 1986 aux confins de son pays, l'Ouganda.

"Cela prendra probablement du temps mais nous capturerons ce monstre, mort ou vif", a déclaré à Reuters le porte-parole du ministère de la Défense, Felix Kulayigye. "Notre traque de Kony prendra fin un jour."

La LRA et son chef et gourou sont réputées pour les violences commises sur de jeunes enfants, enlevés dans les villages et transformés en esclaves sexuelles pour les filles et en enfants-soldats fanatisés pour les garçons.

Joseph Kony et les maquisards de la LRA, qui avoisineraient aujourd'hui entre 200 à 300 éléments armés, ont été chassés du nord de l'Ouganda en 2005 après avoir terrorisé les populations locales pendant près de 20 ans.

Cet homme de 51 ans s'est alors réfugié dans les forêts denses de la République démocratique du Congo (RDC, ex-Zaïre) et dans les savanes de la Centrafrique et du sud du Soudan où toutes les tentatives pour le traquer ont jusqu'ici échoué.

L'an dernier, le président Barack Obama a envoyé en Afrique centrale une centaine de conseillers militaires américains pour aider les forces ougandaises à retrouver la trace de Joseph Kony.

Cette mini "task force" américaine a établi une petite base en Centrafrique, d'où opèrent aussi des forces spéciales ougandaises alors même que selon les dernières informations, le fugitif serait passé en RDC.

Le porte-parole militaire ougandais réagissait aux effets d'une grande campagne médiatique lancée début mars aux Etats-Unis via les réseaux sociaux et visant à obtenir l'arrestation de Joseph Kony d'ici la fin de l'année.

Cette campagne, qui fait appel aux internautes du monde entier invités à faire pression sur leurs gouvernements et leurs opinions publiques, est à l'initiative d'une petite ONG américaine, "Invisible Children", dont le siège est à San Diego.

Elle a reçu l'appui de plusieurs stars du show-biz américain, dont George Clooney, Rihana, Justin Bieber et Oprah Winfrey.

Une vidéo de 30 minutes, intitulée "Kony 2012", a été visionnée dans le monde plus de 55 millions de fois sur le site de partage YouTube depuis son lancement le 5 mars.

Joseph Kony, surnommé "Le Messie sanglant", figure depuis 2005 en tête de la liste des plus grands criminels de la planète établie par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Avec Gerry Shih à San Francisco; Jean-Loup Fiévet pour le service français

 

NDLR : Capturer le criminel Joseph KONY oui, mais en profiter pour piller le bois, l'or et le diamant de la RCA n'est pas acceptable. Or c'est à cette juteuse activité que se livrent les militaires ougandais basés à Obo à qui Bozizé a complaisamment sous-traité depuis des années la sous-région du Sud Est de la République centrafricaine. C'est inadmissible.   

 

Kony : l’Ouganda dit avoir chassé l’Armée de résistance du seigneur de son territoire

Le gouvernement ougandais a souligné vendredi que son armée avait chassé la guérilla de l'Armée de résistance du seigneur (LRA) de son territoire depuis 2006, en réponse au succès de la diffusion sur internet d'une vidéo dénonçant les exactions du dirigeant de ce mouvement, Joseph Kony.

La vidéo, qui comptait vendredi plus de 45 millions de vues, quatre jours après sa publication, a été réalisée par l'ONG américaine Invisible Children afin de lancer une campagne pour traîner devant la justice Joseph Kony.

Mais cette campagne au succès foudroyant sur internet a également été critiquée comme étant excessivement simplificatrice, notamment parce qu'elle ne rappelle pas assez clairement, selon ses détracteurs, que la LRA était aujourd'hui très affaiblie, après avoir été chassée d'Ouganda et contrainte de se replier en Centrafrique.

"Nous sommes reconnaissants envers les efforts renouvelés en vue d'aider à l'arrestation de Joseph Kony et à l'élimination de la LRA de la région d'Afrique centrale", a réagi le gouvernement ougandais dans un communiqué.

"Le gouvernement ougandais appelle cependant fermement toute campagne de sensibilisation à prendre complètement en considération les réalités actuelles de la situation", poursuit le texte.

"Une mauvaise interprétation de certains contenus de médias pourrait inciter certains à croire que la LRA est aujourd'hui active en Ouganda", poursuit le gouvernement, qui ne cite jamais explicitement la vidéo d’ Invisible Children.

"Il doit être rappelé clairement que la LRA n'est actuellement active sur aucune partie du territoire ougandais" après "avoir été chassée (par l'armée ougandaise) à la mi 2006", poursuit Kampala.

"Il s'agit d'un groupe diminué et affaibli dont les effectifs ne dépassent pas 300 (hommes). La menace posée par la LRA dans les pays voisins (de l'Ouganda) a été considérablement réduite et nous avons bon espoir qu'elle sera totalement éliminée avec le soutien logistique américain", indique le gouvernement.

La vidéo, accessible via YouTube, réclame une intervention militaire américaine pour arrêter Joseph Kony, au-delà du déploiement déjà effectif dans la région du centre de l'Afrique d'une centaine de soldats américains, autorisé en octobre dernier par le président Barack Obama.

Joseph Kony est réputé responsable de l'enlèvement, de la torture et de l'exploitation de dizaines de milliers d'enfants au cours des 20 dernières années.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers