Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 02:12

 

 

alpha conde 8 decembre 2010

 

03-03-2011 (Xinhuanet )  -   «Toute négociation avec une société minière se fera à la base du nouveau code minier et dans ce nouveau code minier, il sera interdit à toutes les sociétés de verser des pots-de-vin pour l'obtention d'un permis d'exploitation des ressources minières en Guinée», a déclaré Alpha Condé lors d'une conférence de presse.

Selon le chef de l'Etat, les premiers modules de ce code seront transmis aux experts internationaux pour que le dossier guinéen dans le domaine des mines soit bien ficelé afin d'éviter d'éventuelles attaques en justice internationale par des sociétés minières.

«Toute société qui aura donné des pots-de-vin pour avoir des facilités dans l'obtention d'un permis d'exploitation verra son contrat ou annulé ou en tout cas panélisé», a ajouté le président guinéen.

Pour les sociétés déjà en phase d'exploitation dans le pays, une mission se rendra sur le terrain pour examiner la nature de la signature de tous les contrats miniers au temps de l'ancien régime, afin de déceler des cas avérés de fraude ou de corruption.

Dans le souci de faire bénéficier davantage la population guinéenne des ressources du sol et du sous-sol, Alpha Condé a indiqué que désormais l'Etat guinéen va prendre entre 33% et 39% des actions dans toutes les industries minières.

Le secteur minier contribue dans l'économie du pays à hauteur de près de 16% au PIB et représente à lui seul plus 80% des recettes d'exportation et 29% des recettes de l'Etat.

Le potentiel bauxitique de la Guinée est estimé à près de 25 milliards de tonnes dont 12 milliards de tonnes en réserves prouvées soit près de 2/3 des réserves mondiales de bauxite.

Source :  Xinhuanet

 

NDLR : Les oreilles de Bozizé et celles de son Ndoutingaï doivent fortement siffler avec ces déclarations du tout nouveau président guinéen qui met ainsi le pied dans le plat. La fortune de Bozizé et son indéboulonnable ministre des mines provient pour une grande part des nombreux pots de vin qui leur sont impunément versés sur des comptes bancaires off shore dans des paradis fiscaux en échange des permis miniers pour le diamant, l'uranium et maintenant le pétrole. C'est même une des raisons pour lesquelles Bozizé s'accroche au pouvoir...  

 

Gouvernance : Ouverture de la 5e conférence de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives

«La transparence compte », tel est le thème retenu pour la cinquième conférence de l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) qui s'est ouverte à Paris le 2 mars, dans les locaux de l'Organisation de coopération et de développement économiques

Cette rencontre biennale, qui réunit plus de sept cents participants, dont des chefs d'État, des ministres, des présidents et directeurs d'entreprises et d'associations, universitaires et chercheurs, se tiendra sur deux jours.

 L'ITIE a été lancée par Tony Blair, en 2002, lors du Sommet mondial pour le développement durable à Johannesburg (Afrique du Sud). Elle regroupe, sur une base volontaire, États, compagnies extractives et organismes de la société civile qui souhaitent promouvoir, dans les pays riches en ressources naturelles, une meilleure gouvernance des revenus extractifs. Elle est aujourd'hui la seule initiative volontaire et multilatérale qui contribue à la valorisation des ressources extractives à des fins de développement.

La France, dans le cadre de ses engagements en faveur de la gouvernance démocratique et financière, compte parmi les contributeurs les plus importants avec près de 1,2 million d'euros versés au Fonds fiduciaire de l'ITIE depuis 2006.

 Les industries extractives génèrent des revenus considérables. En 2009, ils ont représenté 178 milliards de dollars pour le seul continent africain. Le succès croissant de l'ITIE témoigne de la prise de conscience collective de l'importance de ce type de dispositifs pour lutter contre la corruption et s'assurer que les revenus issus des ressources extractives sont utilisés de façon transparente pour le développement.

La France soutient activement cette initiative depuis 2005 et y joue un rôle particulier puisque 14 pays sont francophones et 17 sont membres de l'Organisation internationale de la francophonie. L'ITIE compte aujourd'hui 33 pays membres, dont 21 pays africains.

Le président sortant de l'ITIE, Peter Eigen, s'est félicité du soutien apporté à ce processus dans chacun des pays. Il est remplacé par Clare Short, qui a occupé le poste de secrétaire d'État pour le développement international de 1997 à 2003 dans le gouvernement de Tony Blair.

La République centrafricaine, la République kirghize, le Niger, le Nigeria, la Norvège et le Yémen ont été déclarés « conformes à l'ITIE », portant ainsi le nombre total de pays conformes à onze. Le Guatemala et Trinité-et-Tobago ont été accueillis comme nouveaux pays candidats : trente-cinq pays mettent désormais en œuvre cette norme mondiale.

La conférence de Paris aura aussi pour objectif de fixer le cap pour le futur de la norme mondiale et notamment l'élaboration de nouvelles règles. Avec les changements politiques que connaissent de nombreux pays riches en matières premières, elle représente une excellente opportunité pour les gouvernements, les entreprises et la société civile de travailler ensemble pour améliorer la gestion et la distribution du pétrole, du gaz et des ressources minérales.

Les présidents du Mozambique, de la Tanzanie et de Centrafrique figurent parmi les chefs d'État africains présents à Paris.



Source : www.brazzaville-adiac.com   03-03-2011  

 

NDLR : Ce sont le Premier Ministre Faustin Touadéra et Sylvain Ndoutingaï qui sont venus représenter la RCA à ces réunions de l’ITIE à la place de Bozizé. Cette ITIE permet  à Bozizé et Ndoutingaï de dresser un véritable écran de fumée derrière lequel ils se cachent pour s’en mettre plutôt plein les poches.  

  

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE