Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 00:54

 

 

 

Ndoutingai

 

 

Paris, 24 sept (C.A.P) – Complètement démoralisé après le visa américain qui lui a été finalement accordé mais seulement « à titre exceptionnel et pour cette fois-ci seulement » comme l’a précisé le State Department ce qui est une grave humiliation, le tout puissant ministre d’Etat centrafricain chargé des finances et du budget qui a refusé de ce fait de poursuivre sa mission de Washington, a choisi de ne pas rester déprimer à Paris mais plutôt d’aller passer le week-end à Bruxelles selon une source proche de l’intéressé ayant requis l’anonymat.

Parti de Bangui pour prendre part à la réunion de la zone franc à Paris puis aux assemblées annuelles de la Banque Mondiale et du FMI à Washington, le ministre d’Etat Sylvain Ndoutingai dirige une délégation gouvernementale composée de plusieurs ministres dont deux femmes dont l’une, la ministre du commerce, Marylin Roosalem est réputée être l’une de ses innombrables  maîtresses.

Avant de quitter le pays, il s’est fait verser une caisse d’avance de 80 millions de F CFA, frais de mission non compris, somme dont le montant dépasse très largement et de loin ce dont il aurait besoin au cours de cette mission, à supposer qu’il ait effectivement Washington, mais aussi la moyenne du montant des caisses d’avance de ses prédécesseurs des régimes Patassé et même de Bozizé qui avaient eu à effectuer les déplacements de Washington.

S’agissant de cette virée en Belgique, elle ne doit pas seulement servir à chasser la déprime et tuer le temps car on suppose que la délégation centrafricaine qui a refusé d’aller aux USA – de toute façon la réunion de Washington s’achève ce dimanche – reprendra le prochain vol régulier d’Air France du mercredi 28 septembre pour regagner Bangui. En Belgique, il y a surtout la ville d’Anvers dont la réputation de plaque tournante du diamant est bien établie. C’est cette spécificité qui intéresse Ndoutingaï, ancien ministre centrafricain des mines qui doit sans doute avoir quelques cailloux à y écouler.

La RCA ne peut se permettre d’avoir un ministre des finances déclaré persona non grata aux USA comme l’est aujourd’hui Sylvain Ndoutingaï. Sans que l’on ait à connaître les raisons qui justifient l’attitude du gouvernement américain à son égard, on suppose que cela doit être dû à la sulfureuse réputation de l’ex-ministre des mines qu’il fut.

Dès lors que le ministre centrafricain des finances ne peut pas mettre pieds aux USA où se trouvent les sièges des deux incontournables institutions de Bretton Woods que sont le FMI et la Banque Mondiale, Ndoutingaï ne peut plus continuer à occuper ce portefeuille comme si de rien n’était. Bozizé doit en tirer la conclusion qui s’impose, lui qui continue de traîner Ndoutingaï comme un boulet. Les cimetières sont remplis des personnes indispensables dit-on.   

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique