Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 00:03

 

 

 

 

pub Action Contre la Faim

 

couverture de Directmatin du 17 nov

 

          Eh oui, c'est bien un petit centrafricain !!!

 

 

La campagne publicitaire de l’ONG Action contre la Faim (ACF) actuellement dans le métro parisien et aujourd'hui à la couverture du journal gratuit Direct-Matin, prend pour support la photo d’un enfant centrafricain en état de sous-nutrition aiguë, un garçon squelettique avec un regard vide et hagard. Le message d’ACF est le suivant :

 

Aujourd’hui, près d’un milliard de personnes souffrent encore de la faim dans le monde. Les causes de ce fléau sont multiples : catastrophes naturelles, conflits, épidémies ou pauvreté. Cependant la faim n’est pas une fatalité ! ACF a mis au point des méthodes efficaces de prévention et de traitement de la sous-nutrition aiguë avec des protocoles testés sur le terrain et des produits nutritionnels approuvés. Grâce à elles, chaque jour, les équipes d'ACF sauvent des vies comme celle de cet enfant en République Centrafricaine".


On le voit, la RCA de Bozizé est montrée du doigt et est devenue la risée du monde entier tant elle a engrangé tous les tristes records de la planète tout en occupant les tout derniers rangs du classement dans tous les domaines tels, celui de Doing Business pour le climat des affaires (182ème sur 183 pays, juste devant le Tchad), celui du PNUD pour l’Indice de Développement Humain (IDH) 181ème place sur 183 pays, Transparency International, le VIH/SIDA (6,3 % de la population en 2009 pour 4,5 millions d’habitants), la mortalité infantile (99,38/1000 6ème rang mondial !), pour ne citer que ceux-ci.

 

Depuis plus de huit ans que ce Bozizé prétend diriger la RCA, les choses ne font qu’aller de mal en pire mais il se croit toujours indispensable pour l’évolution du pays et fait tout pour s’accrocher au pouvoir. On vient encore de découvrir avec effarement ces derniers jours qu’en novembre 2010, il a secrètement signé un contrat avec des truands israélien et canadien pour l’acquisition de douze hélicoptères de guerre russes Ka 50 mais s’est fait en réalité, rouler dans la farine en ayant laissé au passage 1,5 millions de dollars US pris au trésor national comme d’habitude.

 

Après avoir dilapidé à tue-tête les multiples subventions budgétaires et diverses aides de la communauté internationale qui a été plus généreuse et accommodante avec son régime qu’avec ceux qui l’ont précédé, Bozizé doit maintenant faire face à une réalité financière internationale autrement plus âpre et qui ne permet plus à cette même communauté internationale et autres partenaires au développement de penser à lui avec la même générosité comme par le passé. Ces derniers temps, l’unique message que les ministres du gouvernement ne cessent de crier est que les caisses de l’Etat sont vides.

 

Cette vacuité des caisses n’a pas d’autres explications que la mauvaise gestion des finances publiques dont Bozizé est le seul responsable puisqu’il s’est auto-bombardé grand ordonnateur des dépenses et l’incessant pompage des maigres ressources du trésor national que le même Bozizé, son propre entourage et son fils Francis, passent le plus clair de leur temps à faire sous les prétextes les plus fantaisistes.

 

On voit aujourd’hui apparaître au grand jour les conséquences de la gestion des finances publiques par le grand et super gestionnaire François Bozizé. Lors des débats au cours du DPI, tout le monde le mettait en garde contre cet état de chose et avait attiré son attention sur le danger qu’il y avait à ce que le président de la République soit ainsi en première ligne lui-même dans la gestion des finances publiques. Tous ceux qui avaient ainsi osé tirer la sonnette étaient hélas perçus et critiqués comme des anti-bozizistes primaires et des haineux. On sait maintenant de quel côté se trouve la vérité.

 

Ce n’est pas véhiculer la haine que de pointer et relever cette situation catastrophique dans laquelle la gestion ou plus exactement la mal gouvernance de Bozizé et sa clique a plongé le pays.

 

Rédaction C.A.P

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation