Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 12:16

 


Boganda.jpg


Radio Ndéké Luka Lundi, 14 Novembre 2011 16:18

 

Le parti politique du Mouvement de l’Evolution Sociale de l’Afrique Noire, MESAN « Zo kwe Zo » décide de prendre un nouvel élan. Le parti a tenu ce samedi 12 novembre 2011 son assemblée générale extraordinaire au parc du Cinquantenaire à Bangui. Un nouveau bureau du parti a été mis en place à l’issue de cette rencontre.


Il s’agit d’un bureau de 7 membres dont 3 composaient déjà le bureau sortant. Le nouveau président élu à tête de ce parti est Jean Baptiste Koba. Il succède à Fidèle Ogbami, aux commandes des affaires du MESAN Zo Kw Zo depuis 2003.

 

Après son élection à la tête du MESAN, Jean Baptiste Koba a indiqué que son principal objectif va être la reconstruction du parti. « Nous avons besoin de faire un énorme travail de reconstruction, et donc l’objectif principal en ce moment, est de reconstruire le parti, car on ne peut pas lancer un parti, sans recourir à son histoire fondamentale », a-t-il dit.

 

Concernant le message du parti qui n’est plus respecté, Jean Baptiste Koba a affirmé que « Nous allons faire un énorme travail de réflexion et de rénovation de notre message ». Le message de cet ex-parti Unique est le « Zo Kwe Zo », autrement tous les humains sont égaux.

 

Depuis la création du MESAN le 28 septembre 1949 par Barthélémy Boganda, président fondateur de la République centrafricaine, 6 présidents se sont succédé à sa tête. Mais depuis quelques années, le parti connait une division interne. Aujourd’hui, on distingue deux MESAN à savoir le MESAN « Zo Kwe Zo » et le MESAN bogandiste.

 

 

 

 

NDLR : Jean Baptiste Koba est le fils de l’ex et défunt ambassadeur de Centrafrique à Washington Henry Koba. Selon ses propos tenus à la rédaction de C.A.P, la nouvelle structure  de direction est provisoire et est censée travailler pour la tenue d’un congrès en bonne et due forme du parti. Une autre de ses missions est aussi d’œuvrer pour faire revenir tout le monde dans l’unique et seule famille MESAN.


On note qu’après la disparition de l’ex-président Ange Félix Patassé, pas moins de trois formations politiques ont vu le jour pour tenter de perpétuer son héritage politique. Un ancien responsable du parti de l’ancien premier ministre Jean-Paul Ngoupandé (Parti pour l’Unité Nationale (PUN) qui n’a pas été reconduit dans le gouvernement Touadéra 3, Gaston Mackouzangba, a cru devoir créer lui aussi son parti.

 

On ne peut s’empêcher de penser que cette éclosion de nouveaux partis politiques dans le paysage centrafricain, juste peu après la prétendue réélection de Bozizé pour un mandat de cinq ans, vient mettre en évidence l’existence d’une certaine frustration voire déception de certains compatriotes à l’égard des anciens partis composant la classe politique existante sans compter les ambitions personnelles, somme toute légitimes, des uns et des autres qui président aussi incontestatblement à l'origine de ces créations de partis.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique