Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 23:40

 

 

A-Sabone-et-A-Miskine.jpg

 

Zakaria-Damane.jpg

 

 

 

BANGUI 13 janv 2011(AFP)  Six importants ex-chefs rebelles centrafricains ayant intégré le processus de paix, dont Zakaria Damane et Abdoulaye Miskine, ont été nommés "conseillers à la Présidence chargés du Désarmement, Démobilisation et Réinsertion" (DDR), selon un décret présidentiel jeudi.

En vertu de ce décret lu à la radio nationale, les chefs nommés sont Zakaria Damane chef de l'Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR), Martin Koumta Madji dit "général Abdoulaye Miskine" du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) ainsi que Henri Wafio Tchebo et Maradas Lakoye, de l'Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD), la rébellion qui soutient l'ancien ministre à la Défense Jean-Jacques Demafouth à la présidentielle.

Ces trois rébellions étaient les trois plus importantes du pays.

Les autres conseillers sont le "capitaine" Abakar Sabone du Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ) et Ascain Nzengué Landa de l'Union des forces républicaines (UFR).

Selon la presse présidentielle, "la veille au soir de la signature de ce décret, le président François Bozizé a reçu au palais présidentiel, les responsables des mouvements politico-militaires pour évoquer le processus de désarmement démobilisation et réinsertion (DDR)".

Selon la même source, "lors de cette rencontre, les mouvements politico-militaires se sont engagés à garantir le bon déroulement du processus électoral".

Ces mouvements politico-militaires sont signataires de l'accord de paix de Birao d'avril 2008, de Syrte de février 2008, de l'accord de paix de Libreville de mai 2008, ou de l'accord de paix global de Libreville de juin 2008.

Le MLCJ et l'UFR ont signé en décembre 2008 ces accords en marge du Dialogue politique inclusif (DPI), forum pour la paix réunissant le pouvoir, l'opposition, la société civile ainsi que les mouvements rebelles.

Le FDPC avait signé l'accord de Syrte et le général Abdoulaye Miskine avait été nommé Conseiller spécial à la Présidence de la République dans la foulée Mais, la même année, il avait dénoncé l'accord et était reparti en exil en Libye. Son mouvement s'était ensuite allié au MLCJ d'Abakar Sabone et brièvement repris les armes en 2009.

Copyright © 2011 AFP. Tous droits réservés

 

Centrafrique -Elections 2011 : les chefs des groupes politico-militaires chez Bozizé

Ai- Rca- Vendredi, 14 Janvier 2011 09:32 - Les chefs et leaders des groupes politico-militaires conduite par le Ministre délégué à la Présidence en charge du Désarmement démobilisation et Réinsertion (DDR) , le général Paul Raymond Ndougou ont été reçus en audience le 12 janvier  par le président de la république  François Bozize au palais de la renaissance.

 Selon une source proche du palais, il s'agissait au cours de cette rencontre de faire le point sur le processus du DDR qui en réalité est une des recommandations du dialogue politique inclusif de décembre 2008.

Selon cette même source, tous les responsables présents à cette rencontre ont pris l'engagement de tout faire pour que les élections puissent se dérouler sans entraves aucune dans l'arrière-pays.

"Nous avons ensemble fait le point  et nous avons convenu de ce que chaque responsable devrait donner le mot d'ordre à ses éléments pour qu'il y ait libre circulation pendant cette campagne électorale. Les élections doivent  se dérouler dans de très bonnes conditions",  a déclaré  au sortir de l’audience Jean Jacques Démafouth, Président et porte-parole de l'Armée pour la Restauration de la Démocratie (APRD),  candidat à l’élection présidentielle du 23  Janvier  sous la bannière de la Nouvelle Alliance pour le Progrès (NAP). http://jj.demafouth.free.fr

"Le chef de l'Etat a accepté de payer les PGA (Prime Globale d'Alimentation) des combattants", a-t-il poursuivi, ajoutant que  la PGA ainsi versée permettra aux combattants de se sentir à l’aise  et de pouvoir participer pleinement au processus électoral en sécurisant de près aux côtés de leurs frères d'armes les FACA (Forces des Armées Centrafricaines) les centres de votes, les matériels de votes.

Selon le candidat Démafouth, l’une des conclusions décisives de cette rencontre est le fait que toutes les parties prenantes se  sont engagées à encourager "les éléments des mouvements politico-militaires signataires des accords de paix de Libreville à collaborer avec les FACA ».

"Tout  s'est très bien passé. Et nous en avons profité pour  aplanir quelques  incompréhensions survenues ces derniers jours. Et c'est cela le point fort  du Centrafricain.  Nous parvenons toujours à établir le dialogue entre nous",  a conclu le candidat de la  NAP. http://jj.demafouth.free.fr

Les mouvements politico-militaires signataires des accords de paix de Libreville sont le MLCJ, l'APRD, UFDR et L'UFR.

Kabongo, Ai Bangui

 

 

NDLR : Tout cela qui n’est pas dénué d’arrière-pensée électoraliste est franchement ubuesque et consacre le cuisant échec de la politique de Bozizé en matière de solution de sortie de crise. Comme l’est la CEI avec le nullissime vrai faux pasteur Binguimalé, le pilotage du DDR est aussi un cuisant échec bozizéen. Cela engloutit des centaines des millions qui profitent à une poignée de personnes qui construisent des villas pour elles et rien d’autre. Est-il besoin de rappeler que par exemple le chef du FDPC Abdoulaye Miskine et Zakaria Damane avaient déjà été nommés chargés de mission à la présidence par décret par le même Bozizé suite à différents accords dont celui de Syrte que Miskine a dénoncés par la suite tout en en rejetant la responsabilité de l’échec sur Bozizé. Depuis lors Miskine a quitté Tripoli et est injoignable.

Quant aux chefs rebelles notamment ceux de l’APRD, la plupart sont des instructeurs Tchadiens qui font de la rébellion une sinécure et une source d’enrichissement personnel. S’agissant d’Abakar Sabone, quelle est la réalité de sa représentativité ? Cette politique de nominations à quelques strapontins de quelques leaders de mouvements politico-militaires ne peut rien régler dans le fond. Les problèmes politiques qui sont à l'origine des rébellions armées sont autrement plus sérieux et exigent de véritables négociations que visiblement Bozizé n'est pas capables ou ne veut pas organiser, ce qui fera perdurer l'insécurité dans le pays et impose son départ du fauteuil présidentiel pour incompétence.  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique