Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 03:49

 

 

 

gazambeti

Christophe GAZAM-BETTY

 

 

 http://www.tap.info.tn


BANGUI lundi 25 février 2013 09:12 (TAP) - Le ministre centrafricain de la Communication issu de la rébellion, Christophe Gazam Betty, s'est vu interdire l'accès à la radio nationale par des éléments de la garde présidentielle vendredi, après avoir suspendu deux émissions pro-régime, a-t-il affirmé dimanche.


"J'ai été interdit d'accès à la radio nationale vendredi par des éléments de la sécurité présidentielle au motif que ma place est au cabinet et non pas à la radio nationale", a expliqué le ministre.


Les membres de la garde présidentielle "ont affirmé avoir agi sur instructions de leur hiérarchie", selon un journaliste de la radio cité par l'AFP.


"Je voulais en fait demander au directeur général ce qui s'est exactement passé pour que les émissions que j'ai suspendu soient autorisées à être diffusées sans que je sois informé au préalable", a ajouté M. Gazam Betty.


Le 15 février, le ministre avait suspendu deux émissions pro-régime intitulées "Yé so é lingbi ti hinga" (en Sango, langue nationale, "ce que nous devons savoir"), et "Ba ngo ndo ti gbya ti kodro" ("vision du chef de l'Etat").


Mais d'après le journaliste, "la direction générale de la radio nationale et celle de la presse présidentielle avaient remis à l'antenne les deux émissions" alors que le ministre était en déplacement à l'intérieur du pays, une semaine après leur suspension.


Les deux émissions, destinées à informer le public des activités du chef de l'Etat, du parti présidentiel Kwa Na Kwa (KNK) ou des entreprises publiques, s'en prennent régulièrement à l'opposition et à ses membres.

 

"Le Premier ministre est saisi du dossier, j'attends de voir la suite. Mais j'avoue que c'est très regrettable (...) il y a des comportements qui ne sont pas encourageants", a affirmé M. Gazam Betty.


Le gouvernement d'union nationale, dirigé par l'opposition et composé de membres de l'opposition, du camp du président Bozizé, de la rébellion, d'anciens rebelles et de la société civile, est censé conduire le pays vers la tenue d'élections législatives d'ici un an.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Médias