Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 22:46

 

 

 

Boz KNK

 

 

Bangui, Jeudi, 08 Septembre 2011 16:53 (AFP) - Le président centrafricain François Bozizé a annoncé vouloir prendre «toutes les mesures» pour mettre «hors d'état de nuire» les auteurs de malversations financières lors de l'ouverture d'états généraux des finances publiques jeudi à l'Assemblée nationale.

«Je n'hésiterai pas à prendre toutes les mesures qu'imposent les situations pour mettre hors d'état de nuire les auteurs et complices des détournements des deniers publics, la corruption, bref ceux qui seront reconnus coupables ou complices de malversations financières» a déclaré le président centrafricain, lors de l'ouverture des états généraux.

«Malgré les efforts consentis par le gouvernement la situation des finances publiques n'a cessé de se dégrader», a ajouté François Bozizé, soulignant que «les crimes et délits économiques et financiers, notamment la corruption sous toutes ses formes (...) ont privé l'Etat de ses ressources et par conséquent rendent difficile la possibilité pour l'Etat d'honorer ses dettes»

Les états généraux qui se dérouleront sur trois jours devront permettre, selon le président, «d'évaluer la performance de la gestion des finances publiques à tous les niveaux et d'identifier les faiblesses du système de gestion, mieux définir et planifier les réformes requises».
Ils doivent aboutir à des recommandations pour engager des réformes.

La Centrafrique est classée 154e --sur 178 pays-- dans le dernier indice de perception de la corruption (2010) de l'organisation Transparency international.

Les institutions de Bretton Woods, le FMI et la Banque Mondiale estimaient en 2004 que «la corruption est rampante en République centrafricaine, et freine de façon considérable le développement du pays».

© 1994-2011 Agence France-Presse

 

NDLR : Est-ce encore un effet d'annonce comme Bozizé en est coutumier ou une réelle volonté d'effectuer une opération main-propre ? Les oreilles des auteurs de malversations et autres corrompus et détourneurs de deniers publics doivent siffler à la lecture de ce discours. C'est au sein de son propre gouvernement que l'on compte désormais les nouveaux riches de Centrafrique qui sont si fiers de leur immense fortune et n'hésitent même pas à narguer les pauvres Centrafricains. La liste est longue des ministres et anciens ministres coupables d'importants détournements de deniers publics voire de vols et qui demeurent toujours dans le gouvernement et les antichambres du pouvoir comme conseillers soit à la primature ou cabinet présidentiel.

Ils ont pour noms Parfait Mbay, Simlpice Zingas, Thierry Maléyombo, Fidèle Gouandjika, Abdallah Kadre, pour ne citer que ceux-là, bref, les membres du fameux groupe du Darfour dont on parle tant ne sont toujours pas inquiétés. Seules des poursuites judiciaires en bonne et due fore contre ces gens pourraient convaincre les Centrafricains de la volonté d'en finir avec l'impunité, principale caractéristique de ce régime qui sepermet le luxe de compter au sein de son actuel gouvernement un ministre chargé de la moralisation qui est lui même un des plus corrompus. Il détenait par devers lui un véhicule de a SOCATEL dont Thierry Maléyombo alors patron des télécom l'avait cadeauté. S'étant rendu compte que les choses sentent désormais le roussi, il vient de proposer selon nos informations, au ministre Karim Meckassoua d'envoyer chercher le véhicule en question, toute honte bue.    

D'aucuns ont  perçu à tort ou à raison dans le limogeage de la fonction de porte-parole du gouvernement et de sa mise à la disposition de la justice du personnage haut en couleur Fidèle Gouandjika ainsi que de son audition judiciaire et celle de Thierry Maléyombo comme un signe de lâchage par leur patron de ceux-là mêmes qui aimaient se targuer d'une certaine proximité avec lui et de sa protection afin de se soustraire à la justice et jouir des milliards acquis malhonnêtement et sans cause grâce à leur présence au gouvernement. Une chose est sûre, l'évaporation mise à jour par le FMI du trésor national de 49 milliards de F CFA sans justificatifs est une grosse épine dans le pied de Bozizé et Ndoutingaï et visiblement ces états-généraux des fnances apparaissent d'ores et déjà comme une opération visant à leur permettre de se défausser sur les fonctionnaires de ce département.     

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique