Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 19:53


armement

 

Source: Office des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires - Integrated Regional Information Networks (IRIN)


JOHANNESBURG, 2 Février 2010 (IRIN) - Un rapport du vérificateur général d'Afrique du Sud qui est une organisation non gouvernementale de surveillance du commerce des attributs de gouvernement, a révélé un sérieux manque de contrôles sur les exportations de son arsenal d'armes classiques, «ne pouvait pas être dérangé ".

«Le vérificateur général de l'Afrique du Sud montre que le contrôle d'armes du régime est dans un état de crise avancées, avec le résultat que les ventes d'armes sud-africaines pourraient alimenter les dictateurs brutaux et les États voyous», a déclaré dans un communiqué un porte-parole de l'opposition de l'Alliance démocratique (DA), David Maynier.

«Le rapport du [le vérificateur général] montre qu'au moins 58 transactions d'armes avec les clients d'au moins 26 pays ont eu lieu sans l'apport légalement tenu par les départements gouvernementaux compétents ... sur au moins 17 transactions il n'ya pas de certificats de vérification de livraison, ce qui signifie que des armes auraient pu être vendues à des Etats voyous, dans certains cas, le certificat indiquant l'utilisateur final est manquant ".

Selon un rapport publié par un quotidien national dimanche, City Press, des armes ont été vendues entre autres, au Soudan, au Gabon, à Djibouti, à l'Éthiopie, l'Algérie, l'Egypte et la République centrafricaine. Ils ne sont pas tous engagés dans une guerre de rébellion ou d'oppression, mais des armes peuvent facilement transiter par eux pour alimenter des guerres  dans certaines zones dévastées.

Le gouvernement ANC a hérité de l'industrie des armes - qui à une époque, était capable de produire des armes nucléaires - quand l'apartheid a pris fin en 1994, et comprenait un arsenal allant de l'hélicoptère d'attaque Rooivalk, (state-of-the-art) à des systèmes d'artillerie et de lance-roquettes aux fusils d'assaut.

La dernière version du G6-52 Rhino 155 mm, un obusier automoteur a été dévoilé en 2003 au niveau du salon des Emirats Arabes Unis; un seul véhicule est capable de couvrir une superficie d'environ 1720 kilomètres carrés d'une position de déploiement, et les feux de huit coups à la minute.

L’Égypte et l’Afrique du Sud sont les principaux producteurs du continent pour les armes conventionnelles, mais la plupart des autres Etats africains dépendent des importations pour couvrir leurs besoins.

L’industrie des armes de l’Afrique du Sud a été établie dans la période qui a précédé la Seconde Guerre mondiale, lorsque la Grande-Bretagne, l'ancienne puissance coloniale, a décentralisé sa production de munitions et d’armements.

Le pays a connu un isolement international croissant en raison de sa politique de séparation raciale (apartheid) et l'imposition d'un embargo sur les armes des Nations unies en 1977, qui ont stimulé l'expansion de l'industrie de l'armement.

Dans un effort pour parvenir à l'autosuffisance, le développement rapide des capacités militaires a été accéléré par un mépris pour les brevets et les accords de licences, et par les partenariats établis avec d'autres, puis des Etats parias comme le Chili, Israël et Taiwan.

En 1995, le National Conventional Arms Control Committee (NCACC) a été créé pour veiller à ce que "un ensemble de principes directeurs et des critères ... qui fera en sorte que le commerce des armes et des politiques de transfert soient conformes aux pratiques internationalement acceptées» serait suivi, selon le site internet du Ministère sud-africain des relations internationales et de coopération.

Les stipulations de la NCACC pour assurer un contrôle administratif des ventes d'armes comprennent des multinationales et des processus d'examen ministériel de recommandation des demandes de permis, supervisé par un ministre qui préside le corps, et qui n'a pas une ligne d'intérêt à la fonction concernant le commerce des armes, la responsabilité ultime incombe au Conseil des ministres, indique le site.

Selon la presse de la ville, les ministres responsables du contrôle de ventes d'armes "ne comprennent pas et ne savent pas qui exercent leur responsabilité de surveillance liées à la délivrance des permis et des contrôles connexes. Les permis sont délivrés sans autorisation appropriée, à la délégation ou de la ratification de la NCACC", dit le rapport du vérificateur général.

«C'est une preuve solide de fusion administrative dans le NCACC", commente Maynier le DA. «Le pays ne peut se permettre d'avoir des offres les plus douteuses, des dictateurs du monde, tombant à travers les mailles du filet administratif très large  du NCACC.

«Ces décisions portent sur les armes avec lesquelles les gens sont tués, et sur les lois qui sont censées empêcher que ces armes meurtrières tombent entre les mains de bandits et d’États voyous», dit-il. « Pour corriger la situation, la NCACC doit se réunir régulièrement, faire son travail, et en rendre compte pleinement, tel que requis par la loi."

Rob Thomson, professeur de sciences actuarielles à l'Université de Witwatersrand et président de la Arms Reduction Groupe de travail - une unité de cessez-le feu, une surveillance des ONG de l'Afrique du Sud le commerce des armes - a déclaré à IRIN que la NCACC était «en plein désarroi", et les commissions de contrôle - qui devraient garantir la transparence - étaient "l'utilisées dans l'autre sens [pour la non-transparence]".

Il a dit que l’ONG a engagé une action judiciaire pour la publication de renseignements concernant le commerce des armes de l'Afrique du Sud.

Maynier a déclaré à IRIN que dans les trois ans, jusqu'en 2009, lorsque le comité était présidé par l'ancien ministre Mufamadi Sydney, les rapports annuels de la NCACC n'ont pas été rendus publics. Le Comité est actuellement présidé par le juge constitutionnel et le ministre du Développement Jeff Radebe.

Thomson a déclaré que pendant l'apartheid, la sécurité nationale était le principal souci de l'industrie d'armement, mais avec l'avènement de la démocratie, le profit était devenu la préoccupation majeure.

Guy Lamb, a déclaré à IRIN que les armes dans la gestion du programme de l'Institut d'Etudes de Sécurité (ISS), le groupe Denel, une entreprise semi-publique et la plus importante manufacture d'armement du pays constructeur, a continué à enregistrer des pertes et a dû trouver des marchés à l'exportation pour faire du profit.

"Le groupe Denel a déclaré des pertes de 549 millions de Rand (US $ 72 millions) et 347 millions de Rand (US $ 45 millions) respectivement en 2007 et 2008. Le chef de la direction de Denel, cependant, attend de la société de devenir financièrement viable en 2012, " indique un analyste ISS, le commerce des armes conventionnelles et de son contrôle en Afrique, édité par Lamb.

«En 2008, la South African National Conventional Arms Control Committee a délivré des permis d'exportation d'armes à la valeur de 5.9 milliards de Rand (US $ 776 millions) pour quelque 88 destinations de pays différents", a noté l'analyse de ISS.

Le porte-parole Radebe a déclaré aux médias locaux que le ministre avait répondu au parlement après le rapport du Vérificateur général, mais sa réponse n'était pas encore présenté au Comité du portefeuille.


NDLR : On comprend pourquoi et comment le dictateur sanguinaire centrafricain François Bozizé a profité de toutes ces carences et failles lumineusement décrites ici pour s'approvisionner au maximum en armement de guerre dans ce pays. Le gouvernement sud africain doit prendre conscience de ce que des armes de guerre provenant des manufactures de ce pays sont actuellement entre les mains d'un dangereux tyran qui les utilise déjà et continuera de le faire contre son peuple.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE