Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 15:03



KINSHASA (AFP ) -01 avril 2009 15h16 -  Le Mouvement de libération du Congo (MLC), principal parti d'opposition en République démocratique du Congo, a estimé mercredi à Kinshasa que la Cour pénale internationale (CPI) ne pourrait pas établir la responsabilité comme chef militaire de Jean-Pierre Bemba. Dans une version amendée de l'acte d'accusation initial, le procureur de la CPI a retenu lundi la responsabilité pénale en tant que chef militaire de l'ancien vice-président congolais.


"Nous ne voyons pas comment le procureur (Luis Moreno-Ocampo), même avec cette requalification des charges, va prouver que Jean-Pierre Bemba avait l'effectivité du commandement des troupes envoyées en Centrafrique",
a déclaré à l'AFP François Muamba, secrétaire général du parti de Bemba.


L'ex-candidat à l'élection présidentielle en RDC en 2006 est accusé de crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis en République centrafricaine en 2002-2003.

Les soldats de la milice du MLC étaient venus appuyer le régime du président centrafricain Ange-Félix Patassé menacé par une rébellion du général François Bozizé, qui avait fini par s'emparer du pouvoir.
 

Des juges de la CPI avaient demandé le 4 mars à M. Moreno-Ocampo de requalifier "le type de responsabilité pénale" imputée à M. Bemba, estimant que les éléments de preuve présentés par l'accusation semblaient établir qu'un "crime différent" que celui allégué par l'accusation "(avait) été commis".


Ils avaient estimé que M. Bemba pourrait être poursuivi comme "chef militaire et supérieur hiérarchique" pour les crimes commis par sa milice en République centrafricaine.

"Nous sommes confiants et attendons avec sérénité la décision des juges d'ici fin juin. Nous sommes convaincus qu'ils vont devoir rendre justice à Bemba", a ajouté M. Muamba.

Dans l'acte d'accusation initial, le procureur estimait que M. Bemba était "pénalement responsable, conjointement avec une autre personne ou par l'intermédiaire d'autres personnes", de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité.


En vertu d'un mandat d'arrêt délivré par la CPI, Jean-Pierre Bemba, 46 ans, avait été arrêté le 24 mai 2008 à Bruxelles.
A la tête du MLC, il avait perdu en 2006 l'élection présidentielle en RDC face au président actuel Joseph Kabila. Puis il avait été exfiltré en avril 2007 au Portugal pour des raisons médicales.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers