Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 00:02

MISSION DE TRIPOLI DU 15 AU 16 AVRIL 2008

 

COMPTE RENDU DE LA MISSION DES MEMBRES DU COMITE PREPARATOIRE DU DIALOGUE POLITIQUE INCLUSIF

 

 

Conformément aux dispositions des articles 2  et 8 alinéa 8 du Décret N° 07.356 du 30 Novembre 2007, une mission d’information et de sensibilisation du Comité Préparatoire du Dialogue Politique Inclusif s’est rendue du 15 au 16 avril 2008 à Tripoli en LIBYE.

 

La délégation   est composée ainsi que suit :

 

  1.  GOMINA PAMPALI Laurent, 2eme Vice-président, Majorité Présidentielle ;
  2. BAGAZA Marcel, 3eme Vice-président, Groupes Politico-militaires ;
  3. Maître GBIEGBA Bruno Hyacinthe, 2eme Rapporteur Général, Société Civile ;
  4. GNIKO-MBOMBO Joseph, 3eme Rapporteur Général, Opposition Démocratique ;
  5. KOTAYE Moïse, 4eme Rapporteur Général, Autres Partis.

 

La mission est investie de deux objectifs :

1)      Informer le Guide Libyen de l’état d’avancement des travaux du Comité Préparatoire;

2)      Présenter au Guide Libyen les conditions du déroulement du Dialogue Politique Inclusif, ainsi que les besoins financiers  et logistiques indispensables à la réussite du Dialogue Politique.

Après l’accueil et l’installation de la délégation, le Chef de l’Etat Centrafricain son Excellence François BOZIZE qui a facilité le contact entre le Comité et le Guide Libyen Mouhammar KHADAFI, a fait une déclaration  liminaire, avant de donner la parole au 2eme Vice-président du Comité Préparatoire, Chef de délégation  pour son exposé.

En prenant la parole, le 2eme Vice-président s’est adressé au Guide Libyen en ces termes :

Installé le 18 décembre2007 par les soins de Son Excellence Monsieur le Président de la République Centrafricaine, le Comité Préparatoire a  eu à réaliser deux Missions : 

   

  1. Le rassemblement des documents destinés au Dialogue Politique Inclusif.
  2. L’information  et  la sensibilisation  des interlocuteurs internationaux, des acteurs politiques et des leaders des Mouvements politico-militaires tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.
  3. Produire un Rapport final qui clôturera solennellement les travaux du Comité Préparatoire le 25 Avril 2008 au plus tard.

 Eu égard  à l’appui déterminant du Guide libyen  dans  la résolution  des conflits  armés  en RCA à l’exemple  des accords de Syrte, le Comité Préparatoire a trouvé judicieux de venir bénéficier de ses sages  conseils  avant de clôturer ses travaux.

 Le Guide Libyen s’est dit honoré par la mission d’information et de sensibilisation du Comité Préparatoire.

 Selon  lui, l’enjeu majeur aujourd’hui, c’est la tenue d’un Dialogue Politique  véritablement inclusif, c’est-à-dire réunissant  tous les acteurs de la vie politique centrafricaine, y compris les Centrafricains de  l’extérieur. Il important que tout le monde y participe. Il a fait comprendre au Président Centrafricain que le moment est maintenant venu pour que les centrafricains se rapprochent les uns des autres dans la sincérité et la vérité, afin que la réconciliation  soit comme un socle de l’unité nationale.

La RCA ne pourra croître et se développer que s’il y’a la paix véritable dans les cœurs et l’entente parfaite entre ses filles et ses fils.

Il a rappelé un certain nombre de principes et de valeurs  sur lesquels la RCA pourra se bâtir solidement  pour le bien-être du peuple, notamment :

- le respect de la personne humaine :

- le respect des engagements  pris et de la parole donnée.

En tout état de cause, une loi d’amnistie doit être prise par le parlement pour permettre la participation de tous les acteurs à ce forum.

Son souhait le plus ardent est que le Président Centrafricain manifeste la volonté politique en pardonnant PATASSE jusqu’au dernier, car le Dialogue Politique Inclusif doit conduire les centrafricains à la paix durable.

En ce qui concerne l’appui de son pays, le Guide Libyen a annoncé ouvertement qu’il n’y a aucun problème et cela se fera précisément à travers le CENSAD (Communauté des Etats sahélo-sahariens).

Poursuivant son exposé le Guide Libyen a invité les Africains à développer un comportement de dignité par le respect des engagements pris et de la parole donnée.

 A titre d’exemple : le dossier Soudan-Tchad, après les accords conclus à Dakar au Sénégal et les embrassades, ce sont les armes qui parlent de nouveau, démontrant ainsi notre comportement ignoble vis-à-vis de la communauté internationale.            La méthodologie que nous comptons utiliser dans le règlement du dossier centrafricain devra servir de modèle dans le cadre des résolutions de conflits  en Afrique. Ni les kalachnikovs, ni les rébellions armées  ne pourront apporter  des solutions à nos problèmes.

La Libye a beaucoup investi en Afrique, mais à cause des conflits armés, ces réalisations ont été détruites et pillées.

Il est important que nous rejetions la pratique de pillage et de destruction, qui découragent les investisseurs étrangers. Ensemble, nous devons construire la paix  dans notre Afrique dans la tolérance, le pardon, car seule la vérité peut permettre la réconciliation.           Le Guide Libyen a enfin réitéré sa bénédiction au CPDPI pour le travail abattu afin que le processus de paix en Centrafrique aboutisse.

 

 

 

 

 

RENCONTRE DE LA DELEGATION LE 16 avril 2008 AVEC

                 LE MONSIEUR ABDOULAYE MISKINE

 

                                     8H30min- 9H10min

Profitant de sa présence à Tripoli en Libye, la mission a consacré un moment de discussion avec le Responsable du FDPC, pour avoir son point de vue sur les préparatifs du Dialogue Politique Inclusif.

 

COMPOSITION

 

1.      BAGAZA Marcel, 3eme Vice-président

2.      Maître GBIEGBA Bruno Hyacinthe, 2eme Rapporteur Général

3.      GNIKO-MBOMBO Joseph, 3eme Rapporteur Général

4.      KOTAYE Moïse, 4eme Rapporteur Général

 

FDPC :

Mr Martin KOUMTAMADJI alias Abdoulaye MISKINE : Chef rebelle du Front Démocratique du Peuple Centrafricain(DFPC) assisté de :

MM:

                        NAGUITA Georges:

                        ANOUAR Moustafa:

            Monsieur Abdoulaye MISKINE a déploré le fait que depuis la signature de l’Accord de paix entre son Mouvement et le gouvernement centrafricain  en février 2007,  garantissant une amnistie générale aux membres de son mouvement  rebelle.

            En effet, l’article 4 de l’accord de paix  signé à Syrte en Libye le 1er février 2007 dispose : «  la libération des prisonniers politiques et la proclamation de l’amnistie générale à l’endroit des militaires et des combattants centrafricains du Front Démocratique du Peuple Centrafricain (FDPC) et de l’Union de Force Démocratique pour le Rassemblement(UFDR) »

            Par ailleurs, le point 2 de l’article 3 dudit accord prévoit : « La réhabilitation dans leurs droits des militaires centrafricains radiés et des fonctionnaires civils du FDPC et de l’UFDR dans leur formation et leur cadre d’origine » 

            Le but des accords de paix  signé avec le mouvement rebelle en 2007 était le retour de  la paix et la réconciliation en RCA. S’il faut aujourd’hui procéder à l’évaluation dudit accord, de même que celui signé  avec l’UFDR en avril 2007 à Tiringoulou, le constat est amer. Il n’a y’a que  moins de 5%  des dispositions  des accords de paix qui ont été respectés par le gouvernement centrafricain, c’est pourquoi, il est resté à Tripoli avec seize(16) officiers.

 

            Aujourd’hui, la volonté de tout le monde, est d’aller au Dialogue Politique Inclusif et il est hors de question d’exclure aucune personne afin que de tout cœur nous tournions résolument et de manière responsable le dos au passé qui nous a divisé et détourné de l’option développement socio-économique notre pays.

            En toute logique, ce DPI devrait se tenir à Bangui. Malheureusement, à travers différentes déclarations  des autorités centrafricaines et l’instrumentalisation constante de la justice, des compatriotes comme moi ne s’estiment pas en sécurité pour prendre part à ce dialogue à l’intérieur de Centrafrique.

            Toutefois, si les autorités de Bangui, dans l’immédiat peuvent prendre toutes les dispositions nécessaires  et suffisantes sur le plan judiciaire et garantir ma sécurité personnelle, j’aviserais.

            A l’heure actuelle, nous avons suspendu nos hostilités sur le terrain par rapport à la tenue prochaine du DPI parce que nous sommes déterminés pour la paix a-t-il conclu.

La délégation s’est retirée à 11h 15min.

 

                                                       

 

Les Rapporteurs Généraux                                                            Les Présidents     

 

 

 

 

Me Bruno Hyacinthe GBIEGBA                                   M. Laurent GOMINA – PAMPALI

 

 

 

 

M. Joseph GNIKO MBOMBO                                     M. Marcel BAGAZA

 

 

 

 

M. Moïse KOTAYE                                                                                                                                                                                                          

 

 

 

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans DIALOGUE INCLUSIF