Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 22:23

 

 

 

Une  convention vient d’être signée entre le gouvernement centrafricain, représenté par le ministre des finances et du budget, Henri–Marie Dondra et la société ci – devant dénommée Centrafrique Cartes Systèmes (CCS), filiale de la société ivoirienne « Ivoire Cartes Systèmes ». Ivoire Cartes Systèmes dispose d’une approche scientifique et globale de la reconstitution des bases de données et de la sécurisation des recettes, en Côte d’Ivoire.

 

Du fait de ses compétences techniques transversales, de sa solide expérience en matière de relèvement des ressources, au lendemain d’une terrible guerre civile qui a ravagé ce pays frère et ami, et de sa capacité à financer l’ensemble des projets identifiés, Ivoire Cartes Systèmes a  séduit, entre plusieurs offres des plus sérieuses, et a convaincu  le président Touadéra, le premier ministre, Sarandji et toute son équipe gouvernementale, de son sérieux, de son offre la plus avantageuse et la mieux adaptée au contexte centrafricain, et de sa totale disponibilité à mettre son savoir – faire au service de la République centrafricaine.

 

Une offre dont l’expertise a déjà fait ses preuves, dans le cadre de l’amélioration du système de gestion des finances publiques et de la bonne gouvernance, au Mali, Burkina – Faso, Sénégal, et même au Niger. Une offre des plus sérieuses qui a permis au Rwanda de recouvrer une bonne santé financière, d’être classé parmi les sept (7) pays les mieux gérés au monde, et d’être une puissance économique émergente au sud du Sahara.

 

Un partenariat stratégique secteur public/privé,  gagnant – gagnant, dans le cadre de la coopération sud/sud qui a le mérite de servir de locomotive au développement des initiatives privées dans notre pays. En contrepartie de ses obligations, des sources dignes de foi soutiennent que le gouvernement n’a  lésiné sur aucun moyen pour que la direction générale de la société « Centrafrique Cartes Systèmes » revienne à un centrafricain et  que cette société soit véritablement une affaire des centrafricains.

 

C’est dans cette dynamique que la société Ivoire Cartes Systèmes a créé la société « Centrafrique Cartes Systèmes » en abrégé CCS, à qui elle a transféré l’ensemble de ses compétences. Un transfert de compétence qui s’accompagnera de la création de 350 emplois directs et plus de 500 emplois à terme. Une véritable bouffée d’oxygène par la création des richesses et de l’emploi !

 

Avant d’arriver à la signature de cet accord de concession, plusieurs missions ont été effectuées en Centrafrique par les experts de la société Ivoire Cartes Systèmes. Des échanges fructueux ont été menés entre ces experts et les responsables politiques et techniques de certains départements ministériels. C’est à l’issue de ces missions que des solutions ont été proposées aux problématiques identifiées. Ces solutions serviront à reconstituer les bases des données qui ont été détruites ou perdues pendant la crise, augmenter sensiblement le niveau des recettes de l’Etat, moderniser la gestion des différents départements ministériels par l’utilisation des technologies de l’information et de la communication, et à renforcer le climat de sécurité financière.

 

Le domaine d’intervention  de la société CCS est vaste et touche les départements ministériels les plus importants que sont le ministère des finances et du budget, le ministère de la justice, le ministère de l’éducation nationale, le ministère des transports et de l’équipement, le ministère de la sécurité publique, le ministère de l’environnement, etc. L’objet de son offre vise au traitement et à la sécurisation des diplômes, des certificats de nationalité, des permis de conduire, des cartes grises, des plaques d’immatriculation, des passeports, des cartes nationales d’identité, des cartes d’étudiant, etc.…..Un si vaste chantier !

 

En termes clairs, chaque ministère délivre des documents sécurisés et stockés dans une base de données dédiée. Les informations obtenues à partir des bases de données de ces différents ministères sont répliquées et  centralisées dans une base de données dite « base de données biométrique centralisée ». L’interconnexion et la centralisation des différentes bases de données permettent l’échange des informations entre les différents ministères. La synchronisation avec les différentes bases de données dédiées des ministères permet l’actualisation rapide de la base de données biométrique centralisée. L’accès aux données mises à disposition des ministères est soumis à un contrôle préalable conformément à la politique de gestion des informations définie par l’Etat.

 

De façon générale, la mise en œuvre des projets confiés à ICS,  à travers CCS permettra l’augmentation des recettes fiscales, la modernisation de la gestion des différents ministères par l’utilisation des TIC (création des bases de données, partage et synchronisation en temps réel, réplication des données sur un site distant, etc.), l’exploitation des bases de données pour des requêtes et statistiques, l’endiguement de la fraude, la célérité du traitement des demandes.

 

La décision politique a été validée par le conseil de cabinet du 13 septembre, puis entérinée par le conseil des ministres du 15 septembre, autorisant in fine  et à  l’unanimité  le ministre des finances et du budget  à signer la convention en date du 22 septembre 2016.

Gestion des documents administratifs et sécurisation des recettes : le gouvernement centrafricain signent un accord avec la filiale d’une société ivoirienne

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com