Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 18:25
Les Etats-Unis ont lâché les rênes d'internet

 

 

 

 01-10-2016 Par RFI  Avec notre correspondant à New York,  Grégoire Pourtier

 

C’est une information passée inaperçue, mais internet vient de connaître une petite révolution. Depuis samedi, les Etats-Unis ne supervisent plus l’organisme attribuant les adresses des sites internet dans le monde. Désormais, les fameux « noms de domaine » seront gérés par une « entité internationale autorégulée et à but non lucratif ». Difficile de savoir quelles seront les conséquences de cette nouvelle gouvernance de la Toile, mais ce changement inquiète certains, notamment aux Etats-Unis.

 

Internet est-il en danger ou est-il, au contraire, désormais mieux protégé ? Les avis sont très partagés, et seul l’avenir le dira. Mais le moment est en tout cas historique, puisque les Etats-Unis avaient promis de se désengager de la structure gérant les noms de domaine dans le monde entier depuis 1998.

 

Cette structure, l’ICANN, est un acteur inconnu du grand public, et ce changement ne devrait pas avoir de conséquence visible pour les utilisateurs d’internet.

 

Vraiment ? Pour de nombreux élus républicains, cette émancipation de l’ICANN, passant du contrôle par le département américain du Commerce à une gestion privatisée, est une erreur. Craignant que des régimes autoritaires ne profitent de la situation, ils se sont battus jusqu’au bout pour empêcher cette transition.

 

Du côté de l’ICANN, on balaie évidemment ces doutes, en assurant que le fonctionnement pluripartite, avec des ingénieurs, des entreprises, des organisations gouvernementales ou non-gouvernementales, disposera de suffisamment de pare-feu.

 

Et on vante le « sens de l’histoire » : internet se doit d’être contrôlé, mais en restant au-delà des Etats. C’est pourquoi sa mise sous tutelle de l’ONU, un temps envisagée, ne s’est pas concrétisée.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com