Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 12:04

 

 

 

22/01/15 (AFP)

 

Les membres d'une commission d'enquête des Nations unies sur les violences en République centrafricaine (RCA) ont demandé mercredi la création d'un tribunal spécial pour en juger les auteurs mais se sont dits inquiets pour son financement.

 

Le rapport de cette commission, remis il y quelques jours au Conseil de sécurité, a conclu que les deux camps ont commis des crimes contre l'humanité et un "nettoyage ethnique" depuis près de deux ans, mais que l'intervention internationale en RCA a évité un génocide.

 

Depuis le renversement du président François Bozizé et la prise du pouvoir en mars 2013 par la coalition rebelle Séléka, la Centrafrique a sombré dans une crise sécuritaire et politique sans précédent opposant milices principalement chrétiennes, les anti-balaka, aux rebelles Séléka, essentiellement musulmans.

 

Pour juger les responsables "nous recommandons qu'un tribunal spécial soit mis en place", de préférence international ou "internationalisé", c'est-à-dire comprenant une majorité de magistrats internationaux, a déclaré le professeur de droit australien Philip Alston, un des trois membres de la Commission. Pour lui en effet, le système judiciaire en RCA n'est pas capable de mener à bien cette tâche.

 

Mais il s'est déclaré lors d'une conférence de presse "préoccupé par le financement" d'une telle cour indépendante car la RCA n'est pas en mesure de le faire et pour l'instant aucun pays ne s'est encore formellement engagé à y contribuer.

 

Pour le Pr. Alston, il y a un risque que l'ONU se contente "d'une solution insatisfaisante par manque de fonds". "Un tribunal qui ne serait pas assez financé ni assez indépendant ferait plus de mal que de bien", a-t-il ajouté.

 

La Cour pénale internationale, compétente pour les crimes contre l'humanité, s'est elle aussi saisie de la situation en RCA. Mais cette instance "ne peut juger au mieux qu'une poignée d'individus", a-t-il souligné.

 

"La procédure de la CPI prend beaucoup de temps et les victimes ne peuvent pas attendre deux ans", a expliqué Fatimata M'Baye, présidente de la commission mauritanienne pour les droits de la femme et membre de la Commission. Elle a préconisé "pour aller plus vite d'avoir un tribunal spécial dans le pays ou un tribunal international".

 

La Commission a dressé une liste de responsables d'exactions en RCA que son président Bernard Acho Muna, juge à la Cour suprême du Cameroun, va transmettre au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

 

La crise a fait plusieurs milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés selon l'ONU, malgré la présence plusieurs milliers de Casque bleus et de soldats et policiers français et européens.

 

 

Centrafrique : des enquêteurs de l'ONU appellent à créer un tribunal international

 

NEW YORK (Nations Unies), 22/01/15 (Xinhua) --Deux membres de la Commission internationale d'enquête sur la République centrafricaine ont appelé mercredi à la création d'un tribunal "véritablement international" chargé de poursuivre les auteurs de crimes de guerre commis dans ce pays.

 

"Nous sommes ici pour dire que nous avons des recommandations à faire au Conseil de sécurité et au Secrétaire général mais aussi à l'Union africaine et au gouvernement centrafricain", a dit Fatimata M'Baye lors d'une conférence de presse au siège de l'ONU au côté d'un autre membre de la Commission d'enquête, Philip Alston.

 

"Nous pensons que pour que ce conflit ne s'aggrave pas à nouveau, la communauté internationale doit agir rapidement contre ceux qui violent les droits de l'homme et le droit humanitaire", a-t-elle ajouté.

 

Mme M'Baye et M. Alston ont rappelé que des crimes de guerre ont été commis par toutes les parties impliquées dans le conflit qui déchire la République centrafricaine.

 

La Commission d'enquête a été mise en place par le Conseil de sécurité de l'ONU en 2013. Outre Mme M'Baye et M. Alston, elle compte un troisième membre, Bernard Acho Muna, qui la préside.

 

M. Alston a déclaré que le plus récent rapport de la commission recommande fortement la mise en place de mécanismes de lutte contre l'impunité, notamment l'établissement d'un tribunal "pleinement international "pour enquêter sur les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité.

 

Il a souligné que les Nations Unies discutent actuellement de la création d'un tribunal de cette sorte pour poursuivre les acteurs politiques qui ont commis ces crimes.

RCA/ONU: la commission d'enquête veut un tribunal spécial mais les fonds manquent
RCA/ONU: la commission d'enquête veut un tribunal spécial mais les fonds manquent

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com