Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 12:06

 

 

22/01/15 (AFP)

 

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a déclaré jeudi savoir où se trouve l'humanitaire française enlevée lundi à Bangui par une milice chrétienne anti-balaka et a souhaité que les négociations pour sa libération aboutissent rapidement.

 

"Aujourd'hui cet otage fait l'objet de discussions avec l'archevêque de Bangui. Les discussions sont en cours encore à cet instant", a-t-il dit sur la radio RTL. "Nous savons où elle est. Nous souhaitons que la discussion et la négociation avec les autorités religieuses puissent aboutir".

 

L'humanitaire, Claudia Priest, 67 ans, éducatrice spécialisée, et son collègue centrafricain ont été enlevés lundi par des antibalaka qui protestent contre l'arrestation d'un de leurs chefs, Rodrigue Ngaïbona, alias "général Andjilo", par la mission des Nations Unies en Centrafrique. Ce dernier a participé aux massacres de musulmans de décembre 2013, a déclaré M. Le Drian.

 

Une employée expatriée de l'ONU enlevée mardi dans le même contexte a en revanche été libérée après avoir été retenue quelques heures par des miliciens anti-balaka.

 

Claudia Priest était arrivée en Centrafrique le 6 janvier, pour une mission de deux semaines pour le compte de l'ONG médicale catholique CODIS (Coordination Diocésaine de la Santé).

 

 

Le fils de l’humanitaire enlevée en Centrafrique confie son «angoisse»

 

www.ladepeche.fr   22/01/2015 à 10:57

 

Florent Priest, le fils de l’humanitaire française enlevée lundi en Centrafrique par une milice chrétienne anti-balaka, a fait part ce jeudi de son « angoisse » quant au sort réservé à sa mère. Il a néanmoins assuré faire « entière confiance » aux interlocuteurs qui mènent les négociations pour obtenir la libération de celle-ci.

 

« Mon père m'a appris lundi soir l'enlèvement de maman alors qu'il était dans l'Ain », a expliqué Florent Priest, 42 ans, qui vit en Saône-et-Loire. « Ma réaction a tout d'abord été la stupéfaction et depuis, c'est l'angoisse », a-t-il ajouté.

 

Claudia Priest, éducatrice spécialisée de 67 ans, et son collègue centrafricain ont été enlevés lundi à Bangui par des anti-balaka, milices d’auto-défense mises en place par des paysans, qui protestent contre l’arrestation d’un de leurs chefs, Rodrigue Ngaïbona, alias « général Andjilo », par la mission des Nations Unies en Centrafrique. « Depuis, je ne sais rien. Nous savons seulement que des professionnels travaillent en France et en Centrafrique avec l'archevêque de Bangui. Nous sommes également au courant que des négociations sont en cours. Je ne sais rien de plus mais j'ai une pleine et entière confiance en ces interlocuteurs », a encore dit Florent Priest.

 

Jeudi, Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la Défense, a déclaré savoir où se trouvait l’humanitaire et souhaité que les négociations pour sa liberté aboutissent rapidement. « Nous sommes énormément soutenus et nous recevons un nombre incroyable de témoignages d'affection », a poursuivi le fils de l’otage. Claudia Priest était arrivée en Centrafrique le 6 janvier pour une mission de deux semaines pour le compte d’une ONG médicale catholique. Selon son mari qui s’est exprimé dans La Croix, elle a été enlevée « par hasard ».

 

LaDepeche.fr

Humanitaire française enlevée en Centrafrique : "nous savons où elle est" (Paris)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com