Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 10:13

 

 

 

 

 

http://oeildafrique.com/   by Marie Hélène Sylva on 11th-avril-2014

 

A l’heure où l’ONU vote l’envoi de 12 000 hommes en Centrafrique, Annette Yoram Laokolé coordinatrice du Conseil National pour le Changement et la Démocratie du Tchad (CNCD) revient sur le retrait des troupes tchadiennes de la Misca et livre son regard sur le régime Déby. 

 

Œil d’Afrique : Comment expliquez-vous l’intensification des relations entre la France et le Président Deby, malgré son rôle pour le moins ambigu dans le conflit centrafricain ?

 

Annette Laokolé : Nous avons à maintes reprises, attiré l’attention des autorités françaises sur le rôle néfaste d’Idriss Déby  dans la crise en RCA. Il en est l’un des principaux instigateurs et l’associer à la résolution de ce conflit était une erreur d’appréciation monumentale. Devant les exactions récurrentes attribuées aux milices de Déby et leur impopularité dans la population centrafricaine et l’opinion internationale, les autorités françaises semblent enfin entendre raison et consentir à  écarter le dictateur tchadien du dossier centrafricain. Le retrait de sa soldatesque  de la MISCA en RCA, contrairement aux déclarations courroucées du gouvernement tchadien, est à notre avis, une injonction de la France, son principal soutien. De même il a cédé sur la question de l’envoi des troupes onusiennes en RCA après son entrevue à l’Elysée ainsi que de démissionner son poulain Michel Djotodia du pouvoir. Les relations sulfureuses que la France continue d’entretenir avec certains despotes en Afrique, ne sont pas de nature à l’honorer. Elles sont de plus en plus décriées par les africains mais aussi par une frange de plus en plus importante de citoyens français. Au moment où nous commémorons le 20ème  anniversaire du génocide des Tutsis au Rwanda et où l’implication de la France dans cette horreur à travers son indéfectible soutien au régime génocidaire de Juvénal Habyarimana refait surface, la rupture avec cette tradition « gaullienne  françafricaine » doit s’imposer comme un impératif à cette nouvelle classe politique française, plus jeune et plus moderne qu’incarne François Hollande.

 

ODA : Dans l’édition du magazine « 54 Etats » de mars 2014, Mahamat Ali Nassour, secrétaire général adjoint du MPS (Parti du Président Idriss Déby), félicitait le régime d’avoir « chassé le dictateur sanguinaire Habré et rétabli la paix entre chrétiens et musulmans » au Tchad. Que vous inspirent ces déclarations ?

 

A.L : M. Mahamat Ali Nassour, tente sans doute de faire table rase de la coresponsabilité d’Idriss Déby dans les  innombrables crimes durant les huit ans de régime d’Hissène Habré et  feint d’ignorer ceux perpétrés depuis son accession au pouvoir en 1990, porté par les services secrets français et soudanais.  Le bilan du pouvoir MPS est un désastre à tout point de vue. C’est une dictature foncièrement clanique et prédatrice, qui ne recule  devant aucun moyen pour réduire au silence les voix discordantes d’où qu’elles viennent indistinctement de toute considération confessionnelle ou régionale. Les membres du clan jouissent de tous les droits sur les autres citoyens du pays (M. Mahamat Ali Nassour lui-même est un membre influent de ce clan). Toutes les organisations internationales des droits de l’homme sont unanimes, ce régime se caractérise par les violations systématiques des droits fondamentaux des tchadiens, la liquidation physique d’ opposants, de journalistes et de militants des droits de l’homme dont les plus emblématiques sont les assassinats de Me Behidi, président de la Ligue tchadienne  des droits de l’homme  en février 1992 et bien sûr le Prof. Ibni Oumar Mahamat Saleh, Secrétaire Général du Parti pour les Libertés et le Développement (PLD) et porte-parole de l’opposition en février 2008. Les tchadiens espèrent un jour, voir Idriss Déby, à l’instar de son ancien mentor H. Habré, traduit en justice pour répondre de ses crimes.

 

ODA : D’après le Général Ali Nassour, l’action du gouvernement Déby, notamment à travers le plan de développement « Horizon 2025 », contribue au rayonnement du Tchad dans la sous-région. Les propositions de ce plan répondent-elles, selon vous, aux problèmes prioritaires des tchadiens ?

 

A.L : L’ambition du régime Déby serait d’après ce plan de développement, de hisser le Tchad au rang des pays émergeants d’ici l’horizon 2025 et d’en faire la vitrine de l’Afrique.  Avant de nous projeter dans cet horizon pour le moins virtuel, faisons un rapide bilan des 24 ans de règne de ce régime. Le Tchad est  exportateur de pétrole depuis 2003. De 2004 à 2011, le budget de l’Etat est passé de moins de 300 milliards de francs CFA à plus de 1572,482 milliards de francs CFA. Pourtant, la grande majorité des tchadiens n’a accès ni à l’eau potable et encore moins à l’électricité.  La malnutrition est la cause de 50% des décès des enfants de moins de cinq ans. Selon  l’UNICEF, on compte 1 médecin pour 25990 habitants, 33% des enfants de 12 à 23 mois ne sont pas vaccinés contre les maladies infantiles. Le taux de malnutrition y est le plus élevé de toute la région du Sahel et est la première cause de mortalité infantile. Le classement mondial d’Oxfam sur la situation alimentaire dans le monde (basé sur des indicateurs d’abondance, de qualité, d’accessibilité financière et d’hygiène alimentaire) place le Tchad à la 125ème et dernière place des pays évalués. Il est  au 163ème /177e rang des pays les plus corrompus au monde (Transparency International). L’espérance de vie est de 49 ans, le taux d’alphabétisation avoisine les 75% et le Tchad reste désespérément cloué aux derniers rangs des classements mondiaux du développement humain, 184e/187 Etats, (‘NU 2012).

 

Si en 24 ans d’exercice et malgré des ressources substantielles, ce pouvoir est de toute évidence incapable d’assurer un minimum vital à la population, comment imaginer qu’il fasse du Tchad un pays émergent d’ici 2025, soit dans à peu près dix ans ? Cela relève tout simplement de la désinvolture de ce gouvernement face aux problèmes et souffrances des tchadiens. On ne décrète pas le développement, c’est une construction rigoureuse et la réalisation d’une vision politique. Les tenants du régime en place ne possèdent ni le sérieux nécessaire et encore moins la conscience politique à cette tâche. Le Tchad entre leurs mains sera définitivement  la vitrine de la désolation et de la honte.

 

ODA : Avec un nombre important de partis politiques, l’opposition intérieure au Tchad semble désorganisée. Craignez-vous que les prochaines élections de 2016 soient une fois de plus l’occasion pour le MPS de conforter sa position au pouvoir ?

 

A.L : Si le degré de démocratie dans un pays se mesurait au nombre des partis politiques, le Tchad serait une « Méga démocratie ». On n’y compte pas moins d’une centaine de partis politiques. En réalité la profusion des partis politique entre dans la stratégie de fraude mise en place par le pouvoir. Nombre de ces partis satellitaires sont créés de toute pièce par le régime et constituent la mouvance présidentielle. Le grand pari des véritables partis politiques de l’opposition est de former un réel front uni contre Idriss Déby. Malheureusement, les dissensions et incohérences nombreuses de l’opposition, doublées des manœuvres machiavéliques du pouvoir ne laissent aucun doute sur l’issue des prochaines élections.  Souhaitons que dans un sursaut national, les tchadiens qui aspirent au changement se lèvent comme un seul homme et décident de mettre fin à leur calvaire.

 

Propos recueillis par Marie Hélène SYLVA.


Paris – Oeildafrique.com

 

Lu pour vous : Annette Yoram Laokolé : « Le retrait de Déby de la Misca est une injonction de la France »

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com