Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 10:19

 

 

 

 

 

Yaoundé, 09 Avril 2014 © Peter Kum | Cameroon-Info.Net

 

Catherine Samba-Panza a promis de faire interpeller l’ancien Chef d’Etat Centrafricain si jamais «il revient à Bangui».

 

Le Président déchu de la République Centrale Africaine n’est pas seulement dans le collimateur de la France. Il est aussi dans le viseur de la Présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza. Dans une interview accordée à la Radio France Internationale, madame la Présidente de la transition annonce que dès le moment où François Bozizé mettra pied dans son pays la RCA, il sera interpellé. En dédouanant le président démissionnaire Djotodia, la Présidente de la transition accable plutôt Bozizé dans la crise que traverse les centrafricains: "Michel Djotodia ne fait pas l'objet d'une procédure. En revanche, des mandats d'arrêt ont été émis contre François Bozizé. Le jour où il reviendra, nous les ferons jouer". Catherine Panza-Samba affirme avoir échangé déjà avec la procureure de la CPI et serait prête à l’aider: «J'ai échangé avec la procureure de la CPI et lui ai affirmé être disposée à l'aider. Ceux qui ont commis des actes graves devront en répondre», dit la présidente. 


Après son renversement, en mars 2013 par les rebelles de la Séléka, François Bozizé a circulé entre le Cameroun, la France, le Kenya, l'Ouganda et le Soudan du Sud avant de déposer finalement ses valises à Kampala, où il bénéficie de la bienveillance des autorités ougandaises. Le Chef de l'Etat déchu a toujours nié être derrière les anti-balaka, se limitant à les considérer comme des "résistants". Mais un enregistrement audio circulant depuis plusieurs jours sur Internet confirme ses liens avec des commandants de cette milice.

 
Selon le ministre français de la défense, François Bozizé et les membres de sa famille manipulent les groupes qui font la chasse aux musulmans. «Bozizé et ses fils jouent un rôle insupportable», estime le ministère français de la défense. Le bureau du procureur de la CPI a ouvert le 7 février, un examen préliminaire, étape préalable à une enquête officielle, sur les crimes commis en Centrafrique depuis septembre 2012.

Lu pour vous : RCA: François Bozize dans le viseur de la présidente de la transition

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com