Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 21:33

 

 

 

 

 

http://french.cri.cn   2013-08-09 00:55:58  xinhua

 

Les Reporters sans frontières dénonce avec la plus grande énergie l'aggravation, constatée ces derniers jours, du climat d'insécurité pour les journalistes en Centrafrique, ainsi que l'augmentation des menaces proférées par plusieurs représentants de l'Etat à l'encontre des acteurs de l'information, selon un communiqué dont Xinhua a eu copie jeudi à Libreville.

Les intimidations de journalistes et les saccages de médias commis depuis le coup d'Etat de mars 2013 et la prise du pouvoir par la coalition Séléka avaient déjà porté un coup très dur à la liberté de l'information. Mais ces derniers jours, un nouveau cap a été franchi. Pressions, menaces et intimidations, fomentées par les autorités du pays à l'encontre des journalistes de la presse privée, ont redoublé d'intensité.

 

Nous demandons au gouvernement de Bangui d'y mettre immédiatement fin", a déclaré Reporters sans frontières.

 

Au cours de la semaine passée, un journaliste a été enlevé et plusieurs ont été intimidés et menacés par des représentants étatiques. Le 3 aout 2013, Geoffroy Dotte, directeur de publication de l'hebdomadaire Dernières minutes, membre du Groupement des Editeurs de la Presse Privée Indépendante de Centrafrique (GEPPIC) et responsable de la section presse écrite privée au sein de l'Union des journalistes de Centrafrique (UJCA), a été enlevé à Miskine après avoir été vu en possession d'un communiqué de presse émanant des soutiens à l'ancien ministre d' Etat Mohamed Moussa Dhaffane, en grève de la faim depuis le 11 juillet.

 

Le journaliste a été livré à la Séléka, puis conduit les yeux bandés dans un lieu inconnu où il a subi deux heures d' interrogatoire, en dépit de la présentation de sa carte de journaliste. Relâché en début de soirée, il s'est vu intimer l'ordre de garder le silence sur ce qu'il venait de vivre. 

 

Le 27 juillet 2013, au cours d'une conférence de presse au Ledger, le conseiller en Communication du chef de l'Etat a publiquement insulté les journalistes de la presse privée, les qualifiant de "clochards". Le 2 août dernier, Davy Kpenouwen, directeur de publication du quotidien Le Pays, a été convoqué par le Procureur de la République, qui l'a menacé d'arrestation.

 

 

NDLR : « Le conseiller en Communication du chef de l'Etat a publiquement insulté les journalistes de la presse privée, les qualifiant de "clochards". C’est un raccourci un peu trop facile. Le minimum d’honnêteté intellectuelle aurait voulu que les propos du conseiller incriminé ici, manifestement travestis et déformés à dessein dans l’intention de lui nuire en portant atteinte à sa crédibilité, soient rappelés et replacés dans le contexte de la conférence de presse au cours de laquelle ils ont été prononcés. Il ne s’agit pas de propos tenus en cachette ou en « off » mais en public et devant le Président du CNT, le Premier Ministre et le Président Michel Djotodia. Il faut arrêter avec ces mensonges ! Actuellement aucun journaliste ne se trouve en prison en Centrafrique. 

RSF dénonce l'aggravation du climat d'insécurité pour les journalistes en Centrafrique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com