Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 04:02

 

 

040910tingayenicolas

 

 

16 février 2011

Me Nicolas Tiangaye : l’opposition, après avoir analysé la situation politico-judiciaire découlant de ces élections, a pris la décision de ne pas présenter des candidats au deuxième tour des élections législatives. Donc nous ne participerons pas au second tour du scrutin  législatif. C’est la décision qui a été prise par le Collectif des Forces du Changement.

BBC : Qu’est-ce qui vous a poussé à prendre cette décision ?

MNT : Parce que l’ensemble du processus électoral n’est pas équitable et nous ne croyons plus aussi à l’impartialité de la Cour constitutionnelle. Et donc, nous pensons que le processus étant vicié de bout en bout, il n’est pas nécessaire pour nous de continuer à cautionner ce que nous appelons « une parodie électorale ».

BBC : Et ainsi, vous avez décidé de faire le jeu de la chaise vide ?

MNT : Est-ce qu’il y a même une chaise ou des chaises ? Je crois qu’il n’y a même pas de chaises. Il vaut mieux ne pas, par notre présence ou notre participation, cautionner ce qui relève de la mascarade électorale.

BBC : Peut-être votre participation au second tour des législatives pourrait vous permettre de décrocher une majorité de sièges à l’Assemblée nationale ?

MNT : Je vais vous dire une chose. Vous savez que pour ces élections, pour la première fois dans l’histoire de notre pays, il y a un seul candidat de l’opposition sur 300 qui est élu au premier tour et ensuite, pour le second tour, tous les candidats de l’opposition sont en ballottage défavorable. Parce que les fraudes massives sont telles que notre participation à ce deuxième tour consisterait simplement à accompagner les gens dans leur manœuvres de fraude généralisée. Donc, nous ne pouvons pas prendre un tel risque politique. Nous avons pris notre responsabilité de nous retirer.

Source BBC Afrique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique