Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 23:30

 

 

 

Godfroy-Gondje.JPG

 

 

Après 42 ans de règne  du régime de Kadhafi, le vent violent de la démocratie vient  de sonner à la porte de la politique en Libye.

Malgré  la chute de ce régime  la situation  que traverse actuellement la Libye, invite  certainement à  procéder  à la première prise de  la température politique  de cette crise  pour mieux  se poser  les questions les  plus simples : est  ce que  effectivement  le peuple libyen est véritablement responsable de cette révolution ? Ou la source  de ce conflit est  l'œuvre de la politique manipulatrice ?  Sans doute nous devons  dans cette condition faire intervenir  des différentes pistes  d'expertises qui ne peuvent jamais remettre en cause la responsabilité  de la politique internationale.

En effet, la Libye étant certainement membre du système des Nations Unies est assujettie  à  l'observation des instruments juridiques internationaux raison pour laquelle il est signataire de la Charte des Nations Unies qui  lui offre des garanties  en termes de la politique internationale.

A ce  sujet,  il est fait mention  dans l'article 1er de la Charte que " Le but des Nations  Unies  est de  maintenir la  paix  et la sécurité internationale..."  Par contre, dans  les  mêmes dispositions de cette Charte dans son l'article 2 paragraphe aliéna 4  prévoit  que " Les membres de l'organisation s'abstiennent, dans  leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l'emploi de la force, soit contre l'intégrité territoriale ou l'indépendance politique de tout Etat, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations Unies"

En revanche, s'il faut remettre la pendule de la politique internationale à l'heure, on constate qu’incontestablement les véritables raisons de la guerre en Libye, sont  plus géopolitiques et stratégiques. C'est pour quoi, le sens de notre analyse nous invite  plus à  se diriger vers  les raisons d'ordre  économique sans faute  source principale d'intervention musclée,  notamment de  L'OTAN, en Libye avec un dispositif militaire  véritablement  professionnel et d'élite  prêt  à tout mettre en œuvre pour atteindre  les objectifs fixés qui ne sont autre que de soutenir officiellement les rebelles  dans  leurs différentes  frappes militaires afin de fragiliser le  régime du dictateur Kadhafi.

Aujourd'hui, le constat que nous faisons le régime du dictateur véritable argentier donateur  Africain est tombé. Mais pour quelles raisons exactement?  Par affirmation,  l'on peut  se permettre  de dire que  le pétrole  de  la Libye qui est une arme diplomatique  est  certes  à l'origine de ce conflit instrumentalisé l'objectif est  justement  que l'occident  par sa politique  de domination  met  sa machine politicienne en mouvement  pour lui permettre d 'avoir le contrôle parfait du pétrole libyen raison pour laquelle,  la position française, via la voix de son ministre  des affaires étrangères  confirme automatiquement  après la chute  du régime de Kadhafi  " que l'intervention  française en Libye est un investissement à long terme " Que veut  dire par là ?peut -on aussi se permettre de s'interroger  pour quelles raisons la première conférence internationale après la Chute du régime de Kadhafi, peut qu'avoir lieu en France? L’on se demande désormais si la France habite maintenant le siège de l'Union Africaine?  Logiquement  l'institution qui était apte de doter le Conseil National de Transition Libyen, avec nouvelle feuille de route politique pouvait qu’être  l'Union Africaine car dans ce contexte  le principe de la continentalité et de la régionalisation des crises s'impose à l'Union Africaine, d'intervenir étant comme institution mandataire du Conseil de Sécurité  dommage! 

     Par ailleurs,  sera t-il aussi important de s'interroger si la politique internationale de nos jours  veut  que la démocratie  fonctionne exclusivement  sur la base  de la loi du plus fort ? la réponse à cette interrogation n'est  pas gratuite  la guerre d’Irak  en 2003, est la preuve matérielle  de la violation du droit international par les USA, dans ce conflit les USA ont plus utilisés la méthode du plus fort pour ce fait, ils ont mis hors état d'usage les règles du droit international dont ils sont mêmes signataires. Ainsi, pour justifier une telle intervention illégitime l'administration Bush, à l'époque distrait le Communauté internationale par la l'inadmissible théorie de la  "légitime défense préventive"  qui  veut dire en d'autres termes " il faut attaquer de manière préventive ton ennemi avant qu’il ne t'attaque". Mais la présentation d’une telle théorie devant le Conseil de Sécurité  pour validation à fait l'objet des vives  discussions  entre les membres du Conseil.  Par voie de conséquence cette imagination infondée de l'administration Bush, n'a  jamais fait son entrée dans le corpus du Droit international.

Face à la mauvaise politique internationale qui plonge de nos jours l'humanité  dans  des dévires  totalitaires chacun citoyen du monde peut se permettre de  faire un examen de conscience on disant ou vas la politique internationale? Est ce que la démocratie  est  le synonyme de la manipulation économique?  De plus pour quelles raisons  la souveraineté  en occurrence des Etats Africains est plus  placée sous influence des certains gendarmes du monde?  Sans remettre en cause  les valeurs démocratiques nous attestons dans cette analyse que personne n’est contre le monde de la démocratie.  Mais se sont  les règles  de la brutalité démocratique institutionnalisées  de nous jours  par les super puissances qui font  que  la démocratie  donne  naissance à ses ennemis.

Alors tout problème  aujourd'hui est de savoir après la chute du régime  anti- démocratique de Kadahfi, comment transmettre la culture démocratique au peuple libyen qui est restés pendant 42 ans, sans connaitre le fonctionnement des règles démocratiques? Faut- il  dire aussi que la transmission de cette culture démocratique se fera par  les maîtres  à pensée qui ne sont pas autre que les super Etats au monde ? Ou bien le peuple Libyen mettra en évidence l'application stricte de la Charte qui prévoit le principe du peuple de se disposer d'eux mêmes?

En guise des pistes des solutions à cette crise  qui risque d'avoir des conséquences  plus grave  au niveau Africain nous insistons avec dernière énergie que l'Union Africaine, qui est  le  symbole  de la représentativité de la politique internationale et continentale  puisse
activement  se mettre à  la première ligne de course pour véritablement résoudre la crise en Libye  sans faille et surtout  sans ingérence la fuite de la responsabilité de  l'Union Africaine, confirmera  de plus l'irresponsabilité des  dirigeant africains dans le monde la politique internationale.

Enfin, une interrogation  qui s'adresse à tous les Citoyens du monde entre la démocratie et l'économie qui a fait plus du tort au monde?



Godfroy- Luther  GONDJE- DJANAYANG
Expert analyste en Gestion des crises politico- militaires.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales