Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 17:31

 

 

amo-8-fevrier-2011-onu-libvreille-1.jpg

 

 

rédaction de Koaci.com au Gabon

 

La présence d'André Mba Obame (ph) et des autres cadres de l'Un dans les locaux du Pnud à Libreville semble désormais embarrasser l'Onu .

 Des membres de l'Union Nationale (UN) d'André Mba Obame auraient reçu ce mercredi soir ce message en provenance du siège des nations-Unies à Libreville. C'est ce que nous apprenons d'une source proche du leader de l'UN.

"La tension avec les responsables du système des nations unies est montée d'un cran aujourd'hui. le représentant algérien était extrêmement gêné de nous faire passer un message verbal de ses supérieurs à NY nous demandant si nous voulions quitter les lieux car ne pouvant nous forcer à le faire. Par ailleurs ils nous ont demandé de nous séparer de tous nos moyens de communication et de n'utiliser que le téléphone fixe du seul bureau auquel nous pouvons accéder. De même nous n'avons plus droit qu'à la nourriture exclusivement comme ravitaillement, même pas de vêtements et autres. Ils veulent nous rendre la vie difficile pour nous pousser à la sortie, mais ils ont peur de nous signifier tout cela par écrit et tu devines pourquoi."

André Mba Obame, Zacharie Myboto et nombreux autres cadres du part d'opposition avaient trouvé refuge dans les locaux du PNUD au Gabon depuis la proclamation d'André Mba Obame à la présidence de la République Gabonaise.

Par ailleurs nous vous proposons quelques éléments de clarification de la positon de l'Union Nationale vis à vis de la crise politique gabonaise (source UN).

- L’Union Nationale, Premier parti politique de l’opposition, a été dissout. Par cette vaine tentative de dissolution du Premier parti politique de l’opposition gabonaise par sa représentation au Parlement et dans les assemblées locales, le pouvoir illégitime porte atteinte à la liberté politique au Gabon.

- Le pouvoir "illégitime", en violation de la loi et de la séparation des pouvoirs exécutif, législatif et réglementaire, a prononcé la levée de l’immunité parlementaire d’André Mba Obame. Aucune procédure judiciaire à l’encontre de ce dernier n’est en cours et en définitive, la levée de l’immunité parlementaire est une compétence du parlement à la suite d’une demande du juge. Mais Ali Bongo Ondimba n’en a cure, il faut se débarrasser d’André Mba Obame par tous les moyens.

-Les fonctionnaires qui ont été nommés au Gouvernement sont révoqués, en violation flagrante des lois qui régissent la fonction publique gabonaise et ses agents. Dans le cas d’espèce il y a non seulement atteinte à la liberté d’opinion, mais aussi violation de la loi. Ce qu’Ali Bongo feint d’ignorer c’est que Le Premier Ministre de ce gouvernement est Docteur en droit et enseignant à la faculté de droit de Libreville et que le Ministre de l’Intérieur John Nambo est agrégé de droit.

-La chaîne de télévision privée TV+ a été suspendue pour trois (3) mois au motif qu’elle a diffusé la cérémonie de prestation de serment. Il y a dans le cas d’espèce atteinte à la liberté d’information. Cet évènement a été relaté par tous les médias du pays (Télévision, Radio et presse écrite), il y a manifestement volonté de bâillonner ce média en particulier au motif qu’il serait la propriété d’André Mba Obame.

-Le 27 janvier 2011, à 5h du matin, les militaires du bataillon des parachutistes ont brutalement dispersé les populations qui soutiennent la démarche d’André Mba Obame et se trouvaient pacifiquement devant le siège du PNUD. Une cinquantaine de blessés a été dénombré à l’issue de cette opération. Il convient de signaler que cet acte, qui porte atteinte aux dispositions de la Convention de Vienne, a été posé alors que des engagements avaient été pris auprès de la représentation des Nations Unies afin qu’il n’y ait aucune intervention des forces de sécurité ou de défense.

-Depuis le 25 janvier 2011, les forces de sécurité et de défenses sont entièrement mobilisées pour réprimer et arrêter les citoyens gabonais qui manifestent leur adhésion au pouvoir légitime. Les arrestations arbitraires, les violences sur personne et les atteintes aux droits de l’homme se comptent par dizaines chaque jour. Elles sont le fait de l’Armée, de la Gendarmerie et de la Police aux ordres du pouvoir illégitime.

En 1960, l’attitude du Secrétaire Général de l’ONU, le Suédois Dag Hammarskjöld, a conduit à l’assassinat de Patrice Lumumba.

En 1994, l’attitude des Nations-Unies au Rwanda a abouti au résultat que l’on connait.

Comment comprendre que dans la situation actuelle, le Secrétariat Général des Nations-Unies puisse songer un seul instant livrer Zacharie Myboto, Jean Éyeghe Ndong, André Mba Obame, ainsi que tous les responsables de l’Union Nationale et les membres du Gouvernement de Raphaël Bandega à la folie furieuse d’Ali Bongo Ondimba et de Jean-François Ndongou ?

L’ONU veut-elle assumer une nouvelle fois, en toute impunité, un drame dans un pays africain ?

Cette question se pose aujourd’hui à Ban Ki-Moon et à toute la communauté Internationale.

Delaeu, correspondant de Koaci.com à Libreville

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE