Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 23:59

 

 

 

Nguérékata

 

 

(C.A.P) - Pr Gaston Mandata Nguérékata, bonjour

Pr Gaston Nguérékata : Bonjour.

(CA.P) Vous avez pris récemment l’initiative de lancer un appel patriotique aux autorités de Bangui au sujet de la crise que traverse actuellement l’Université de Bangui à laquelle vous n’avez pas voulu demeurer indifférent. Vous leur avez notamment fortement recommandé de geler certaines dépenses inutiles afin de faire des économies et pouvoir consacrer un peu de moyens financiers à la résolution des difficultés de cette institution et éviter une année blanche aux pauvres étudiants. Votre appel n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd puisqu’on a appris que le Président François Bozizé en personne a instruit le Premier Ministre Faustin Touadéra, un mathématicien comme vous, de prendre en main ce dossier. Etes-vous satisfait d’avoir ainsi été entendu ? 

Pr Gaston Nguérékata : Permettez-moi d’abord de présenter mes condoléances aux familles centrafricaines dont les enfants, admis au sein des FACA, ont été victimes de la foudre au centre d’instruction militaire de Bouar le 29 aout 2011. Je dédie aussi ma pensée aux étudiants victimes de brutalités policières le Jeudi 1er Aout 2011 sur le campus de l’Université de Bangui.

Comme vous le savez, j’ai été dans les années 80 responsable de l’Université de Bangui et cumulativement avec mes fonctions au sein du cabinet du Président Kolingba et du Gouvernement ; j’y ai toujours dispensé mes cours jusqu’à mon départ du pays en 1995, j’étais alors Vice-Recteur nomme par le Président Patassé. Le sort de cette institution ne pouvait pas me laisser indifférent. Que l’appel lancé ait trouvé un écho auprès des autorités compétentes ne peut que me réjouir puisqu’ il a été établi dans cette optique. Simplement les effets d’annonces sont si pléthoriques avec le régime de Bangui que l’on est emmené à réserver toute appréciation afin de suivre l’évolution de la situation.

Contre toute attente, un décret vient de limoger le Recteur de l’Université de Bangui, le Pr Gustave Bobossi. Vous qui avez été enseignant et brièvement Recteur a.i de l’Université de Bangui il y a déjà quelques années, pensez-vous que la valse des Recteurs soit la solution aux problèmes de l’Université de Bangui ?

 Il faut replacer la crise de l’Université de Bangui dans son contexte. Il y a d’une part les enseignants qui exigent l’application d’une décision datant de 2006 relative à leurs émoluments et d’autre part les étudiants qui réclament le départ du responsable de la direction des bourses. Il s’agit-là de questions qui relèvent de la responsabilité du gouvernement. Le Pr Bobossi n’était le problème. On a fait de lui un bouc émissaire et sa révocation est de la diversion qui ne constitue  aucunement la solution.

La valse des Recteurs crée une fâcheuse instabilité au sommet de cette institution. Elle donne l’impression que la nomination des hauts responsables de l’Université de Bangui n’est pas une décision murie. C’est l’ensemble de l’enseignement supérieur qui mérite une nouvelle approche. Il faut rendre effective l’autonomie administrative et financière de l’Université, redynamiser ses différents organes de prise de décision, cesser de politiser l’institution, en somme faire confiance aux universitaires (enseignants et étudiants) pour gérer les problèmes de celle-ci.

Certaines informations font état de ce que les autorités de Bangui vous trouvent dérangeant avec certaines de vos prises de position depuis les USA où vous enseignez et faites de la recherche tout en vous permettant de temps en temps d’exprimer des points de vue sur l’évolution de la situation de votre pays dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils ne sont pas tendres avec le régime actuel de Bangui. Récemment, votre conversation avec un homme politique de l’opposition a été écoutée et enregistrée par les services de la présidence. Qu’en dites-vous ?

Les hommes de Baba Ladé qui font la loi en RCA n’inquiètent personne. Des militaires indisciplinés se croient tout permis pendant que c’est silence radio du côté des autorités. La LRA pille, viole, tue et certains disent qu’ils n’ont pas de problème avec elle. La famine QUI prend des proportions inquiétantes sur toute l’étendue du territoire national n’émeut aucun des responsables autorisés. Les détournements de deniers publics, la rapine, la mafia, le clientélisme, le clanisme et le tribalisme sévissent et tout le monde trouve cela normal. La navigation à vue est érigée en mode de gouvernement tandis que l’anormalité est devenue la norme pendant que les griots chantent, invectivent, insultent et menacent. Deux citoyens qui dialoguent au téléphone, cela devient une affaire d’état. Il s’agit là d’une grave entorse aux lois et principes aux noms desquels nos destins sont liés. Le 20 aout 2011 j’ai eu une conversation avec Louis Pierre GAMBA, Président du Rassemblement Démocratique Centrafricain, parti politique dans lequel j’ai activement milité dans les années 80 et 90 et auquel je suis encore très attaché. Il n y a rien de répréhensible en cela pour que je devienne la bête noire de la République pour reprendre votre expression. La RCA serait-elle devenue le Cambodge des Khmers Rouges, les ouvriers du KNK seraient-ils devenus les frères du Parti Communiste du Kampuchéa et le 1er ouvrier serait-il devenu le frère Pol Pot?

C’est donc légitime de s’interroger. Le régime de Bangui ne connait-il que le langage de la force ? Le KNK signifie-t-il vraiment « le travail, rien que le travail ? » Ou alors « la mort, rien que la mort ? »

Jugez-en vous-même, les compatriotes qui ont pris les armes contre les autorités de Bangui sont reçus avec tous les honneurs. Des opposants démocratiques et non armés réunissent le peuple pour échanger, on leur envoie des tontons-macoutes drogués. Cette volonté de basculer le pays dans le chaos est à condamner. Les acquis de la démocratie centrafricaine ne sauraient être la propriété d’une seule famille politique. Ils sont la propriété de tous les hommes et femmes de ce pays. La liberté de réunion, de rencontre et de dialogue sont des fondamentaux non modulables du contrat au terme duquel nous sommes tous liées dans un destin commun. Je m’opposerai à toutes ces violations, y compris celle dont j’ai été victime au travers de cette communication téléphonique interceptée.

Bangui grouille de rumeurs selon lesquelles vous seriez bientôt adoubé par l’actuelle direction du Rassemblement Démocratique Centrafricain le parti de l’ancien et défunt Président,  le Général André Kolingba, perspective qui semble donner l’insomnie aux autorités actuelles du pays. Si ces rumeurs sont fondées, pensez-vous que les mathématiques peuvent-elles aussi mener en politique ? Que réagissez-vous sur tout cela ?

Des mathématiques à la politique dites-vous ?  La question ne se pose pas. J’étais membre du cabinet du Président Kolingba à la fondation du RDC en février 1987. Présent au congrès de Berberati et membre pendant plusieurs années du Comité Directeur du parti.  Je ne quitte pas les mathématiques pour la politique, j’y suis depuis mon retour en Centrafrique au début des années 80. Certaines raisons m’ont éloigné du pays depuis 1995. Pour autant, je ne me suis pas désintéressé de mon pays. Et comme l’a fait remarquer  le compatriote Clément BOUTE-MBAMBA il y a peu : « prendre position en politique sur des rumeurs c’est participer au viol de l’imaginaire ».  Je ne répondrai pas à ces rumeurs. Cependant, je puis vous  confirmer que l’état actuel de notre pays exige de tous ses fils et filles une mobilisation maximale. Placé devant cette responsabilité, je ne m’y dérogerai pas.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Interview