Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 15:10

ZOBIZE.jpg
durbar_200.jpg


Macotedivoire.info-15/12/2009


La France n’est plus aussi souveraine en Afrique que par le passé. Des îlots de contestation s’érigent dans certains pays du continent qui mettent à mal la toute puissance de l’ancienne métropole.

Pour que la luciole ne se contente pas de tout juste briller, c’est dans l’union que les Africains trouveront les moyens de leur indépendance.


Le premier secrétaire de l’ambassade de France au Togo, Eric Bosc, a été expulsé de Lomé pour activités incompatibles avec sa fonction, selon Lomé. Des sources concordantes font état de ses accointances avec Koffi Yamgnane, ancien député du Finistère et ancien maire de Saint Coulitz et probable candidat à la présidentielle togolaise. Ce qui explique qu’il ait été viré par les autorités togolaises. En réponse, la France a prié un diplomate togolais de regagner son pays. Une sorte de réponse du berger à la bergère qui ne va pas sans dire que quelque chose a changé ou est en train de changer dans les rapports entre la France et certaines de ses anciennes colonies.


En effet des années en arrière, il eût été impensable que cela se produisit. Qu’un pays d’Afrique prenne sur lui de demander le départ d’un diplomate de l’hexagone. Bien avant, le Rwanda était allé jusqu’à rompre les relations diplomatiques avec la France chiraquienne, en guise de protestation contre des mandats d’arrêt qui avaient été émis par le juge Bruguière contre des proches du président Kagamé, dans l’affaire de l’avion abattu du président Habyarimana. Récemment, le ministre guinéen de la Communication, Idrissa Chérif, a ouvertement mis en cause la France dans la tentative d’assassinat de Moussa Dadis Camara. Même s’il a été contredit sur la question par son homologue des Affaires étrangères, pour sans doute sauver les apparences, le fait est que la toute puissance de la France s’en trouve écornée. Du reste, il a réitéré ses accusations après la sortie du responsable de la diplomatie guinéenne.


Ce n’est guère une remise en cause totale de l’influence française en Afrique, mais il convient d’admettre qu’il y a comme une sorte de ras-le-bol de l’Afrique libre contre les pratiques néocoloniales d’un pays qui a fait et défait bien des régimes sur le continent. Certes, ce n’est pas demain la veille que les régimes africains pourraient se défaire de la tutelle française, mais il faut noter que partout en Afrique, le désir de libération est bien réel. Mais pour que cela soit, les pays africains doivent s’en donner les moyens. Comment être indépendant si pour vivre, il faut faire appel à des subventions d’équilibre ?


La Centrafrique vient d’en faire l’amère expérience. Le général Bozizé a récemment essuyé la colère de la France qui a menacé de lui couper les vivres, s’il ne limogeait pas l’Indo-pakistanais Saifee Durbar qu’il avait nommé, le 19 janvier 2009, vice ministre des Affaires étrangères et de la Coopération pour permettre à ce dernier de bénéficier de l’immunité diplomatique, alors qu’il avait été condamné à trois ans de prison pour escroquerie et montages financiers douteux. Non seulement le président centrafricain s’est exécuté, il a même procédé à l’extradition de M. Saifee qui a été aussitôt écroué dès son arrivée en France, à la prison de Fleury-Mérogis en région parisienne. « Comment tolérer, s’insurgeait Paris, qu’un escroc notoire, jugé et condamné comme tel par la justice française, se voit confier le département de la Coopération simplement pour bénéficier d’une immunité diplomatique, alors que la France dépense chaque année plusieurs dizaines de millions d’euros pour aider la Centrafrique!» Un camouflet qui montre que la plupart des Etats africains ne disposent pas de moyens de contestation de l’hégémonie de la France, un pays qui les aide à boucler leur budget.


Pour ainsi dire, même si les choses bougent, elles sont timides. Mais c’est en étant fortes que les « protonations » africaines s’offriront les moyens de leur indépendance. Celle-ci passe par la construction d’économies fortes. D’où la nécessaire union des pays africains pour faire pièce à la toute puissance des pays occidentaux.


STS

souleymanetsenn@yahoo.fr

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE