Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 16:30

 

 

 

Ecole-de-Bedobake--2-.jpg

 

                     écoles dans des villages de Paoua Nord

 

Ecole-de-Beboy-2.jpg

 

ecole-primaire-en-RCA.jpg

 

 

Quelques vues de la réalité de l'école en Centrafrique

 

 

Radio Ndéké Luka Mardi, 10 Mai 2011 12:19

La Centrafrique, dernière au classement des pays africains pour les investissements dans le domaine de l’Education. Un rapport de l’Unesco, publié récemment, classe la RCA parmi les mauvais élèves pour ce qui est des sommes investies au cours des dix dernières années dans le secteur scolaire.

Selon ce rapport, les sommes investies ces dix dernières années dans l’éducation en Afrique subsaharienne portent leurs fruits et permettent une scolarisation sans précédent presque partout sur le continent, sauf en Centrafrique.

Dans le même groupe des mauvais élèves, il y a la Guinée, Madagascar, le Rwanda, la Sierra Leone et l’Ouganda. Ces pays consentent un investissement de moins de 100 $, soit environ 45.000 francs CFA par élève et par an. Mais le seul pays à avoir régressé, c’est encore la RCA. Bangui a réduit ses dépenses en éducation de 1,7 % entre 1999 et 2009. Dans la même période les autres pays d’Afrique subsaharienne ont augmenté leur budget en faveur pour l’éducation de 6%.

Pourquoi ce mauvais classement de la Centrafrique? Dans le nord du pays, pour ne citer que cet exemple, des décennies de violences politiques ont causé beaucoup de destruction et de nombreux déplacements. Le secteur de l'éducation a été gravement touché par une sévère pénurie d'enseignants et d'infrastructures adéquates. Pour des milliers d'enfants, la classe ne se déroule pas dans de solides bâtiments en briques, mais dans des  écoles de brousse rudimentaires.

Les besoins sont immenses et les fonds insuffisants. Il faut davantage d'infrastructures appropriées et plus d'enseignants qualifiés. Dans de nombreuses régions, à cause de la peur des attaques des rebelles, les enseignants nommés par le gouvernement refusent d'être mutés.

Hormis le cas notable de la RCA, c’est « Mention assez bien » pour l’investissement éducatif en Afrique. Ce rapport de l’Unesco détaille les progrès réalisés par l’Afrique subsaharienne en matière d’éducation au cours de la dernière décennie. Un bilan qui se veut plutôt encourageant dans l’ensemble.

Des pays tels que le Burundi et le Mozambique sont parmi les premiers de la classe. Le Sénégal, l’Angola, l’Éthiopie et le Cameroun, sont également parmi les bons élèves, avec une augmentation de plus de 10 % de leurs dépenses éducatives. Autres pays bien classés : le Botswana, Maurice et l’Afrique du Sud qui investissent chaque année plus de 1 000 $, 450 mille francs par écoliers du primaire, soit près de 10 fois plus que la RCA.

 

NDLR : Voilà les résultats de la gestion des affaires de la RCA par Bozizé et trois gouvernements successifs de son premier ministre Touadéra dont certains vantent à tort les prétendues compétences. Non seulement la RCA a le bonnet d’âne mais les enfants centrafricains, presqu’un peu partout dans le pays, souffrent de malnutrition sévère. Et bozizé ose affirmer qu’ils ont accompli beaucoup de progrès dans la gestion du pays. De quel pays parle-t-il ainsi ?

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société