Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 17:50

 

 

 

 

 

RÉSEAU DES JOURNALISTES POUR LES DROITS DE L’HOMME EN RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE (RJDH-RCA)

 

 

BANGUI : LA SÉLÉKA SE DIT ‘’PATIENTE’’ DU RETARD PRIS DANS LA MISE EN PLACE DU GOUVERNEMENT

 

 Christophe-Gazam-Betty

 


Bangui, 31 janvier 2013 (RJDH)Christophe Gazambéti, Porte-parole de la coalition rebelle de la Séléka se dit patient même si la mise en place du gouvernement d’Union nationale tarde à venir, lors d’une interview qu’il a accordé au  RJDH le mercredi 30 janvier, depuis la base militaire de Bangui M’Poko,  où les leaders des rebelles y sont logés.

 

« La misère, il faut l’enrailler dans ce pays, nous avons les ressources pour le faire et on ne peut pas confier la direction du pays à des gens qui ne seront pas capables de penser à l’intérêt national et à l’intérêt du peuple centrafricain. Et, c’est ainsi que le Premier ministre est en train, dans la sérénité, d’essayer de sortir ce gouvernement, dans la douleur », a mentionné le Porte-parole de la Séléka.

 

Christophe Gazambéti, affirmer que « même si ça doit prendre du temps, laissez-le travailler ». Ce qui est sûr pour la Séléka, « ce n’est pas la faute du Premier ministre si les choses tardent à se mettre en place. Nous sommes dans une situation exceptionnelle, donc il faut savoir s’armer de patience et laisser le Premier ministre et le chef de l’Etat faire des arbitrages nécessaires et on n’a pas besoin de faire des publicités autour », a-t-il martelé.

 

Le Porte-parole de la rébellion de la Séléka précise toutefois que le ministère de la défense nationale reviendra de droit à la Séléka dans le prochain gouvernement, selon les accords de Libreville. « C’est un acquis, cela  a été acté dans les accords, ça ne pose plus de problème », a-t-il dit.

 

En ce qui concerne des rumeurs qui circulent  dans la ville de Bangui faisant état que le président François Bozizé voulait consolider le poste titulaire de la défense et léguer le poste du ministère délégué à la rébellion, Christophe Gazambeti ne souhaite pas trop commenter.

 

Le Premier ministre Nicolas Tiangaye, lors de sa première sortie médiatique après sa nomination, a affirmé que le gouvernement comptera une trentaine de membres choisis après plusieurs critères. Il disait sur le retard pris dans la mise en place de ce gouvernement qu’il faut faire des choses tard et très bien, plutôt que de se précipiter et de se retrouver avec des difficultés qui seront difficilement gérables.

 

 

BANGUI : DES CAS DE VIOLENCES SEXUELLES ENREGISTRÉS DANS LES ZONES OCCUPÉES PAR LA SÉLÉKA

 

zone-sous-controle-Seleka.jpg 

 

 

 RJDH-RCA le 31 janvier 2013 - Quelques cas de violences sexuelles dont des jeunes filles et des femmes en sont victimes ont été signalés dans certaines villes du pays sous occupation des rebelles de la coalition Séléka. Il s’agit notamment de la ville de  Bambari, de Batangafo et  de Ndélé.


Dans un entretien avec le RJDH, le mardi 29 janvier, le chef de mission de l’ONG Médecins sans frontière (MSF), Sylvain Groulx  a fait savoir que sa structure dispose très peu d’information sur la violence et les exactions sur les civiles dans les zones occupées par les rebelles de la Séléka. Mais la population locale a dénoncé quelques cas. Il a souligné que ces cas de violences sexuelles sont le plus recensés dans les villes de Bambari, Batangafo et Ndélé.


« Le MSF n’a pas été témoin des cas de violence ou d’exactions sur la population dans les zones occupées. Mais, les autorités locales et la population de la ville de Bambari nous ont dénoncé des violences sexuelles perpétrées par des hommes armés sur des jeunes filles et des femmes de cette localité.  Nous avons aussi appris que les habitants de ces villes ont de graves problèmes surtout plus relatif à des pillages qui sont non seulement commis par la Séléka mais aussi par la population elle-même », a-t-il souligné.


Par ailleurs, il a précisé que MSF avait traité  lors des combats, qui opposaient les rebelles aux forces loyalistes, des blessés de tout genre. « Depuis la fin des hostilités, nous avons soigné très peu de blessés. Ceci dit, nous avons recensé quelques cas de violence sexuelle qui sont loin d’être un fléau », a-t-il mentionné.


Selon Sylvain Groulx, le MSF craint des épidémies dans ces zones, puisque c’est la saison sèche, saison de la méningite et des rougeoles. « S’il y’a une nécessité, nous allons appuyer le ministère de la santé », a-t-il conclu.

 

 

 

 

BANGUI : LES FEMMES RÉCLAMENT LEUR IMPLICATION DANS LA PRISE DE DÉCISIONS

 

femmes centrafricaines

 

 

Bangui, 31 janvier 2013 (RJDH) – Une délégation des  femmes membres de l’Association des femmes juristes de Centrafrique (AFJC) a pris part du 22 au 23 janvier, à la 21ème réunion consultative du Pré-sommet sur l’intégration du genre dans l’Union Africaine (UA), organisée par l’ONG panafricaine GIMAC (genre est mon agenda),  à  Addis-Abeba en Ethiopie.


L’objectif de cette rencontre était de définir le rôle de la femme dans le panafricanisme et la renaissance africaine et également de déterminer sa place dans le processus de prise de décisions à la table des négociations.


L’occasion a permis à la délégation centrafricaine, de brosser un tableau exhaustif de la situation actuelle en République centrafricaine.


« Nous avons parlé de la dernière crise qui a secoué  notre pays et notamment de la situation des femmes dans les zones occupées. Nous avons aussi déploré le fait que les femmes ne sont pas impliquées dans la prise de décisions dans notre pays comme aux pourparlers de Libreville où les femmes ont été invitées comme observatrices. »,  a expliqué  Nadia Carine Fornel Poutou, secrétaire générale de l’AFJC.


Elle a par ailleurs souligné que la délégation a soumis des recommandations aux chefs d’Etats de l’UA, aux Nations unies, pour l’adoption d’un plan d’action national pour l’application de la résolution 1325 du conseil de sécurité de l’ONU, qui parle de l’implication de la femme dans le processus de prise de décision et de la consolidation de la paix et aussi d’allouer des ressources financières, techniques et matérielles nécessaires pour permettre aux femmes de participer aux processus des négociations de la paix, notamment pour la prévention des conflits, le désarmement et la reconstruction du pays.


Dans la recommandation, elles ont également, exigé aux groupes armés et les rebellions  étrangères entre autres l’Armée de résistance du seigneur (LRA) de joseph Kony,  de se retirer du territoire centrafricain.

 

 

 

 

BERBERATI : LES TRANSPORTEURS MENACENT D’ENTRER EN GRÈVE

 

transports-routiers--de-passagers-et-de-marchandises.jpg

 

 

Berberati, 31 janvier 2013 (RJDH) – Les transporteurs de la ville de Berberati (ouest) menacent d’entrer en grève dans les prochains jours  pour protester contre une barrière érigée par la marie sur l’axe Berberati-Gamboula. Cette décision a été prise, le mercredi 30 janvier, lors d’une assemblée générale organisée par l’Union syndicale des conducteurs et transporteurs(USCT).


Dans leurs déclarations, les transporteurs ont dénoncé de nombreux cas de rançonnages, d’amendes arbitraires et d’insultes perpétrés par des éléments de la police municipale  à  leur égard sur des barrières.


« Tant que nos revendications ne soient pas prises en compte par les autorités locales, nous allons suspendre  nos activités pour exiger le démantèlement de cette barrière et le respect de droits des transporteurs », a déclaré l’un des conducteurs sous couvert de l’anonymat.

 

 

BERBERATI : VERS LA LUTTE CONTRE LA DÉFORESTATION

 

foret-centrafricaine.jpg

 

 

Berberati, 31 janvier 2013 (RJDH) – Une vingtaine de leaders communautaires des préfectures de la Lobaye, de la Sangha-Mbaéré et de la Membéré-Kadéï, toutes dans le sud de la Centrafrique, ont été entretenus, le mercredi 30 janvier, sur les droits et les intérêts  des communautés forestières face au changement climatique.


Selon Bienvenu Florentin Kémanda, l’un des organisateurs de cette assise, l’objectif de cette  activité est d’entretenir les leaders de ces trois préfectures sur les différentes thématiques des droits des communautés forestières  et leur implication dans les prises de décisions.


«  La République centrafricaine s’est engagée depuis 2008 à lutter contre la déforestation et la dégradation de la forêt. Donc il est important de donner  la connaissance nécessaire à ces leaders afin qu’à leur tour, ils puissent également rendre compte à leur communauté sur ce qu’ils ont appris durant cette formation», a-t-il déclaré.


Cette assise a regroupé au total 23 participants parmi lesquels on compte dix pygmées Aka, une minorité ethnique du pays.

 

 

NOLA : ACDA RECHERCHE DES GROUPEMENTS AGRICOLES POUR FINANCEMENT

 

 

paysan-centro.jpg

 

 

Nola, 31 décembre 2013 (RJDH) – Une mission de l’agence  centrafricaine de développement agricole (ACDA) en partenariat avec le service des affaires sociales de la Sangha-Mbaéré (ouest), a effectué une tournée de travail, le mardi 29 janvier, dans toute la préfecture. L’objectif de cette mission est de sélectionner tous les groupements agricoles fiables pour un financement de l’ONG PRAP.


Selon Félix Nangara, chef de secteur agricole, « cette tournée vise à sélectionner tous les groupements agricoles qui sont dans la zone en vue de financer et renforcer leur développement. Nous nous sommes entretenus avec plus de onze équipes qui sont en règle d’après leurs documents administratifs », a-t- il expliqué.


« Notre mission est d’identifier les besoins, les points faibles des secteurs agro-pastoraux pour un appui technique, matériel et financier, qui serait octroyé par l’ONG PRAP», a fait savoir Félix Nangara, chef secteur de l’ACDA.


Cette tournée de travail est prévue pour tous les secteurs agricoles, entre autres,  Nola, Salo, Bayanga, Bilolo et Lopo.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches