Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 16:15

 

 

 

francois bozize

 

 

Le président François BOZIZE ne s'est pas rendu ce matin, à son Eglise de "Nouveau Jérusalem" situé au quartier GALABADJA, dans le 8ème arrondissement de Bangui, pour des évidentes raisons d'insécurité. A Bangui, où la population croupit sous la hantise d'une attaque des éléments infiltrés de la coalition des rébellions contre le pouvoir actuel, le chef de l'Etat a réuni son staff restreint en présence de son général de fils Jean Françis BOZIZE, ministre délégué à la Défense et du Pasteur Bernard YANGA d'origine béninoise et ancien tuteur de BOZIZE dans les années 80, pour faire l'oraison funèbre du sommet de N'DJAMENA.


François  BOZIZE a demandé à Jean Françis BOZIZE, son fils héritier présomptif de s'organiser à assumer la relève en cas d’affrontement aux contingences fâcheuses, dans Bangui, cette capitale agonisante de la République centrafricaine, où l'impopularité du régime est à son comble. Après l'échec du mini-sommet de N'DJAMENA, la résignation gagne gravement le président BOZIZE qui ne sait plus à quelle énergie se vouer, dénonce un complot international contre le pétrole de CENTRAFRIQUE qu'il a attribué aux Chinois en violation du permis octroyé, il y a plus d'une décennie à l'Américain Grynberg.


Il ne croit plus aux rounds de négociations avec les rébellions et encore moins en la capacité du président gabonais Ali BONGO ONDIMBA à dépêcher une opération aéroportée pour prendre de revers les principales poches de résistance des rebelles, dans la partie nord du pays. On se souvient qu'en 2006-2007, feu président El hadj Omar BONGO ONDIMBA avait négocié et obtenu de son homologue français Jacques CHIRAC, le bombardement aéroporté, une véritable traque sanglante  que l'aviation de l'armée française basée à LIBREVILLE et N’DJAMENA, avait administrée aux populations ROUNGAS, GOULAS et SARA-KABA du nord CENTRAFRIQUE.


On avait déploré des centaines de morts parmi les populations civiles. Aujourd'hui, le président socialiste François HOLLANDE ne souhaite pas concéder cette faveur répressive à son homologue gabonais, mal vu à Paris. Et encore moins pour voler au chevet d'un apprenti dictateur sans force de surcroît général d'armée de T.T.N (Tourougou Ténè Ndjoni) sans troupes combattantes.


Selon nos sources, le commandement opérationnel dispose d'un plan F.B (François BOZIZE ) de sortie de crise politico-militaire, en cas de refus du Président Idriss DEBY ITNO d'intervenir en CENTRAFRIQUE pour déloger comme d'habitude, dix années durant, les forces rebelles. Le lieutenant Hubert  BANE des troupes amphibie à Bangui, a remis les noms des présidentiables répertories sur une liste pour en faire des boucliers humains en cas d'attaque des domaines présidentiels à Bangui.


En outre, les services impécunieux de Jean Françis BOZIZE ont du mal à verser 25% à une société Ukrainienne de vente d'armes qui devrait livrer plusieurs dizaines de tonnes d'armes de destruction massive à l'intérieur du pays. Ils ont reçu en renfort l'assistance du député Socrate BOZIZE, très introduit chez les trafiquants d'armes pakistanais implantés en ROUMANIE. Toujours en relation avec Socrate BOZIZE,  un chrétien libanais Joseph JAHA, influent membre de la pègre moyen-orientale inféodée au réseau de recyclage des fonds de drogue dans l'achat de diamants, a promis verser la moitié du financement de cette opération aéroportée. Un HUTU rwandais, membre du sérail du Président Juvénal HABYARIMANA "AKAZU", a remis au chef de l'Etat centrafricain, le plan de nettoyage ethnique qui a fait ses preuves en 1994 au RWANDA, avec le premier génocide des TUTSI et les HUTUS modérés.


Comme une cerise sur le gâteau, le français d’origine corse Armand IANARELLI, sociétaire du groupe CASTEL à Bangui, ancien mercenaire aux Comores aux côtés de l'affreux BOB DENARD, ami du président BOZIZE a proposé une onéreuse transaction financière  par l'entremise d'un ancien banquier camerounais afin de payer rapidement la société ukrainienne pour accélérer l'acheminement en CENTRAFRIQUE des cargaisons d'armes. Des contacts ont été établi à BRUXELLES et LILLE avec les démarcheurs d'ensevelissement de déchets industriels moyennant une forte somme d'argent pour constituer la trésorerie de guerre du tandem IANARELLI/BOZIZE

 

La rédaction

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers