Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 19:07

MOUVEMENT DEMOCRATIQUE POUR LA RENAISSANCE

                     ET L’EVOLUTION DE CENTRAFRIQUE

                                   M. D .R . E . C. Mbi Yeke Zo

                                    Liberté – Persévérance – Progrès

             Site Internet : www.mdrec.org  Email : lepartimdrec@yahoo.fr

   B.P 55 Km5, BANGUI – R.C.A. Tel. Fax (236) 61 51 69 Portable (236) 75.50.96.94

 

                                      COMMUNIQUE N° 10 / MDREC / 2008     

                             Démocrates Sympathisants et Militants du M.D.R.E.C !

                                                           Filles et fils de Centrafrique !

 

Des rumeurs persistantes font état de la désignation de Monsieur Blaise CAMPAORE, Président du Burkina – Faso comme médiateur du dialogue politique inclusif Centrafricain.

 

Le Mouvement Démocratique pour la Renaissance et l’Evolution de Centrafrique (M.D.R.E.C) par le présent communiqué désapprouve et récuse la médiation du Burkinabé Blaise COMPAORE pour les motifs ci-après :

 

1°/ Ethique et morale politique : Monsieur Blaise COMPAORE a été le compagnon d’arme et le numéro deux du régime de Feu Président Thomas SANKARA qu’il a lâchement, sauvagement tué et enterré clandestinement pour prendre sa place. Cet ignoble et crapuleux assassinat présente une similitude avec le putsch du 15 mars 2003 dont s’est rendu coupable, le Général François BOZIZE, ami de lutte politique et chef d’état major du Président Ange Félix PATASSE.

 

2°/ Monsieur Blaise COMPAORE a été l’un des parrains du coup d’état du 15 mars 2003. A ce titre, il est mal placé pour réconcilier sa victime PATASSE avec son protégé BOZIZE.

 

3°/ Le Burkina-Faso, pays des hommes intègres est devenu la caverne d’Ali Baba du Général BOZIZE, de son neveu NDOUTINGAÏ, de leurs proches  ainsi que des dignitaires de leur régime qui y ont construit de somptueuses villas pour abriter leur exile et ouvert des comptes bancaires pour sécuriser les importantes sommes d’argent qu’ils ont détourné du Centrafrique. 

 

4°/ Monsieur Blaise COMPAORE n’a jamais été un démocrate. Il n’a jamais accepté l’alternance démocratique, il s’accroche au pouvoir par des moyens dont seuls, les dictateurs en connaissent les recettes. Fort de tout ce qui précède, le MDREC estime que le Président du Burkina - Faso, Monsieur Blaise COMPAORE est de facto disqualifié.

 

La R.C.A se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins. Les multiples médiations du Président Omar BONGO n’ont pas donné les résultats escomptés. Aussi, la situation de trouble au Nord Mali doit préoccuper le Président AMADOU TOUMANI TOURE dont la médiation serait souhaitable à cause de son expérience et de sa parfaite connaissance des acteurs politiques centrafricains.

 

Le dialogue inclusif tant souhaité par les Centrafricains reste la seule issue qui ouvrira de nouvelles perspectives à notre peuple qui depuis 48 ans n’a connu que désespoir et désolation.

 

La désignation de Messieurs KOFFI ANAN, Ex Président du Ghana et Ancien Secrétaire Général des Nations Unies et du Compatriote Thierry BINGABA, Ancien Ministre des Finances respectivement comme médiateur et facilitateur du dialogue inclusif centrafricain ainsi que sa tenue dans un pays neutre optimiseront les chances de son succès.

 

La France, les USA, l’Union Européenne, le BONUCA, le PNUD et le Centre International pour le Dialogue Humanitaire ne doivent pas se substituer aux Centrafricains pour décider de quoi que ce soit en lieu et place des filles et fils du pays. Leurs conseils et aides combien louables ne les y autorisent pas.

 

Nul sujet sera tabou, même celui de la légitimité du régime sanguinaire et despotique du Général président François BOZIZE issu du putsch du 15 mars 2003 puis validé par des élections gagnées à coup de corruption, de menaces, d’intimidations et saluées par la communauté internationale.

 

                                                          Fait à Bangui, le 24 mars 2008

                                                             Le président du M.D.R.E.C

 

 

 

 

                                                       Démocrate Joseph BENDOUNGA

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique