Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 17:39
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

Centrafrique : Comment le plan de relèvement et de la consolidation de la paix est élaboré ?

 

http://rjdh.org/ PAR RJDH LE 10 NOVEMBRE 2016

 

BANGUI, 10 novembre 2016 (RJDH)–La République Centrafricaine, l’un des pays pauvres de la planète est confronté à un conflit militaro-politique qui a viré au confessionnel pour des raisons endogènes et exogènes. Cette crise a saboté les fondamentaux de la cohésion sociale et a détruit les structures socio-économiques. Tout cela a empiré la pauvreté dans ce pays déjà très pauvre et entraîné le déplacement massif de la population.

 

Après le retour à la légalité constitutionnelle en mars 2016, puis la mise en place des différentes institutions de l’Etat, le nouveau pouvoir s’est vite attelé en mai 2016 à explorer puis à identifier les principales priorités pour le Relèvement et la Consolidation de la Paix (RCPCA) grâce à l’appui de l’Union Européenne, de l’ONU et de la Banque Mondiale.

 

Après ce travail d’identification des besoins indispensables, les mois de juin et de juillet ont été consacrés au travail technique d’évaluation des besoins et des priorités. Ensuite, en août et en septembre, le Secrétariat Technique (ST) a préparé la stratégie en ciblant les activités prioritaires et leurs coûts, et mener une enquête nationale par des consultations.

 

Dans ce processus d’élaboration du Plan National de Relèvement et de Consolidation de la Paix, le Comité de Pilotage (CP) chargé du suivi de la préparation de la conférence des donateurs, constitué de tous les Chefs de Département ministériels et le Secrétariat Technique ont validé, finalisé, disséminé et ont fait des plaidoyers sur le RCPCA pendant le mois d’octobre 2016.

 

Ce processus achevé, les autorités politiques centrafricaines, la société civile et ses partenaires de la communauté internationale seront à Bruxelles le 17 novembre à la table ronde des donateurs pour solliciter des fonds indispensables à son relèvement socio-économique.

 

A la veille de cette rencontre décisive pour ce pays qui cherche à se relever d’une longue crise, les yeux des centrafricains sont rivés sur Bruxelles et leurs cœurs battent aussi pour Bruxelles.

 

 

Un point sur les Table Ronde en faveur de la RCA

 

http://rjdh.org/ PAR FRIDOLIN NGOULOU LE 10 NOVEMBRE 2016

 

BANGUI, 10 novembre 2016 (RJDH)–D’ici sept jours, la République Centrafricaine sera à Bruxelles pour négocier des fonds pour exécuter son plan de Relèvement et de Consolidation de la Paix (PRCPA). Le pays espère par cette troisième Table ronde mobiliser des fonds pour relancer son économie et se stabiliser après trois années de violences qui ont ébranlé son  tissu socio-économique.

 

A la veille de ce troisième grand rendez-vous des bailleurs sur la RCA qui est tant attendu par les centrafricains, n’est-t-il pas indispensable de rappeler les précédentes tables rondes que les différents régimes qui se sont succédé ont organisées ?

 

Après la prise du pouvoir par la force du Général François Bozizé le 15 mars 2003, l’économie centrafricaine était aux abois. Pour sa redynamisation, le pouvoir avait initié le Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP 1).

 

Ainsi, le 26 octobre 2007, le gouvernement du Premier Ministre Elie Doté était à Bruxelles (Belgique) devant les bailleurs de fonds pour présenter son plan de développement contenu dans le DSRP première génération. Le Président de la République, François Bozizé était aussi présent dans la capitale belge.

 

A l’issu de cette table ronde, la communauté des bailleurs de fonds ont promis 300 milliards de Fr CFA à la RCA pour une période de 3 ans. Pour les observateurs, cette rencontre est une réussite car, elle est « l’œuvre de la nation toute entière après avoir consenti d’énormes sacrifices».

 

Cette première table ronde avait mobilisé 17 pays, 25 organisations internationales et d’institutions financières et deux ONG internationales qui étaient à Bruxelles en qualité d’observateurs.

 

La Centrafrique ne s’était pas arrêtée là pour mobiliser des fonds pour son développement. Elle a encore initié un second rendez-vous avec les bailleurs à Bruxelles.

 

Bruxelles bis avec le DSRP 2 :

 

Quatre ans plus tard,  le 17 juin 2011, les bailleurs et partenaires financiers ont promis 10 milliards de dollars US, soit 400 milliards de francs CFA à la RCA. La cagnotte a été inscrite dans le cadre de la 2eme génération du Document de Réduction de la Pauvreté (DSRP 2), axée sur le développement du monde rural et l’agriculture, comme moteur de la croissance pour la réduction de l’extrême pauvreté en Centrafrique.

 

Cette fois-ci, 211 participants représentants 80 pays et organisations ont effectué le déplacement de Bruxelles.

 

Des observateurs avaient qualifié de « fiasco » cette deuxième rencontre, qualification rejetée par le Premier Ministre de l’époque, Faustin Archange Touadera. Pour le PM, « la Table ronde de Bruxelles n’a pas été un fiasco. Plus de 10.000 milliards francs CFA ont été annoncés par les partenaires ».

 

Cependant, Fidèle Gouandjika, ministre du développement rural et porte-parole du gouvernement avait déclaré que «  les partenaires avaient promis 400 milliards de F CFA ».

 

Une autre rencontre initiée par les bailleurs en 2015 a débouché à la création d’un Fonds Fudiciaire dénommé « Fonds Bekou ». Le Fonds «Bêkou » vise à renforcer la résilience et le relèvement du pays avec les nouvelles autorités de la transition.

 

2016, la table ronde de tous les espoirs

 

 Après la grave crise militaro-politique que la République centrafricaine a connu de son histoire, la relance socio-économique est salutaire pour stabiliser le pays.


Pour une troisième fois, le 17 novembre 2016, le pays aura un rendez-vous avec les bailleurs de fonds pour soutenir son Plan de Relèvement et de la Consolidation de Paix, un programme de 5 ans après le retour à l’ordre constitutionnel.

 

Centrafrique : Les trois piliers du Plan de Relèvement et de Consolidation de la Paix

 

 0

PAR DANIEL NGUERELESSIO LE 10 NOVEMBRE 2016

 

BANGUI, 10 novembre 2016 (RJDH)–Pour relancer l’économie centrafricaine et stabiliser le pays, le gouvernement a établi un document à cet effet, il comporte trois piliers.

 

–        Piller I : soutenir la paix, la sécurité et la réconciliation ;

–        Piller II : Renouveler le contrat social entre l’Etat et la population ;

–        Piller III : Promouvoir le renouvèlement économique et la relance des secteurs.

 

Pour le Pilier I, le gouvernement sollicite 461 millions $ UE pour cinq ans, soit 272 milliards de FCFA. Concernant le Pilier II, il compte mobiliser 1326 millions $ UE, soit 783 milliards de FCFA. Enfin, pour exécuter le Pilier III, il fixe son exécution à 1224 millions $ UE, 722 milliards de FCFA.

 

L’exécution de ces trois piliers se fera sur  cinq ans, elle débutera en 2017 pour finir en 2021.

 

 

Centrafrique : Environ 300 milliards de FCFA indispensables pour soutenir la paix, la sécurité et la Réconciliation

 

http://rjdh.org/ PAR ANGELA PASCALE SAULET YADIBERET LE 10 NOVEMBRE 2016

 

BANGUI, 10 novembre 2016 (RJDH)- Dans le Pilier I du document de plaidoyer pour la table ronde de Bruxelles, la composante prioritaire, Soutenir la paix, la sécurité et la réconciliation comporte quatre (04) programmes dont le coût de financement est fixé à hauteur de 272 milliard de FCA. Il sera exécuté sur une période  de quatre ans, selon le Plan de Relèvement et Consolidation de la Paix(RCPA).

 

Dans ce Pilier I l’Appui à la réduction de la violence par le désarmement et la réintégration des ex-combattants et des enfants associés aux groupes armés, comprend trois sous-rubriques : Le DDRR, la Réduction de la violence Communautaire et les Enfants soldats nécessitent un financement d’environ 68 milliards de FCFA.

 

Le programme Désarment-Démobilisation-Réinsertion et Rapatriement (DDRR) quant à lui, a besoin de 25,4 milliards de FCFA qui seront injectés chaque année durant la période du programme. Pour l’année 2017, 10,7milliards et 11 milliards pour 2018. Pour 2019, le financement est estimé à hauteur de 3,7 milliards. Cette sous-rubrique prendra fin en 2019.

 

La réduction de la violence communautaire est un volet qui devra mobiliser 8,9 milliards  en raison de 3 milliard chaque année jusqu’en 2019.

 

Sur les enfants soldats qui ont intégré les groupes armés, sa mise en application nécessite environ 33,5 milliards de FCA  jusqu’en 2019. 11,2 milliards devront être mobilisés chaque année pour l’exécution de ce programme.

 

L’autre volet de cette composante est la promotion de la stabilité par la réforme de la sécurité dont le montant est estimé à 78 milliards de FCFA qui sera exécuté sur une période de 5 ans .Les deux première années, c’est-à-dire 2017-2018, le document prévoit 21 milliards. En 2019, il faudra 16 milliards et en 2020-2021,  19 milliards de CFA.

 

Un autre  volet de Pilier I est la réforme de l’institution judiciaire et promouvoir la fin de l’impunité. Il est prévu à cet effet 62 milliards repartis de la manière suivante : 11 milliards pour 2017, 13 milliards pour 2018,14 milliards en 2019 et enfin, 24 milliards pour 2020-2021.

 

Le volet humanitaire de ce document engendrera une capacité  des institutions Centrafricaines et une diminution des besoins humanitaires.

 

Dans ce premier pilier, le volet faciliter la réconciliation et la cohésion sociale et en  mettant en place les conditions pour le retour des réfugiés et les solutions durables pour les personnes déplacées devra mobiliser un financement à  hauteur de 64 milliards de FCA.

 

Le premier programme concerne la Réconciliation nationale et la cohésion sociale dont le montant de financement est de 15,1 milliards de franc CFA  reparti sur quatre ans. Ce programme espère recueillir 4,5 milliards de F CFA (2017), 5,1 milliards (2018), 3,4 milliards (2019) et environ 2,2 milliards de 2020-2021.

 

Pour  le retour des réfugiés et personnes déplacées, le gouvernement prévoit 49,0 milliard de CFA pour l’exécution de ce programme sur une période de quatre ans. Ces fonds sont repartis comme suit : 7,7 milliards F CFA (2017), 12,6 milliards (2018), 15,0 milliard(2019) et de 2020-2021 49,0 de milliards. /

 

Juvenal Koherepede et Angela Pascale Saulet

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com