Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 15:44
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

Des enfants démobilisés des groupes armés à Bambari regagnent leurs familles, selon l’Unicef

 

http://rjdh.org/  PAR LINE PÉGUY GONDJE LE 1 AOÛT 2015

 

Deux cent quatre vingt dix (290) enfants démobilisés des groupes armés ont retrouvé leurs parents et familles d’accueil dans la préfecture de la Ouaka et son chef lieu Bambari. La nouvelle a été confiée au RJDH par des structures de prise en charge de ces enfants issus des groupes armés à Bambari.

 

La plupart de ces enfants faisaient partie de l’Unité pour la Paix en Centrafrique (UPC), une branche armée de l’ex-Séléka dirigée par le général Ali Darass. Démobilisés le 14 mai dernier vers Alindao, ces enfants ont été pris en charge par l’ONG NDA avec l’appui de l’Unicef.

 

Ella, animatrice au centre d’accueil des enfants du site Akpè à Bambari a  précisé que son centre regroupait 99 enfants.

 

« Ceux-ci ont été ramenés dans leurs familles respectives et les familles d’accueil depuis le 15 juillet dernier. Certains enfants qui souhaitent retourner sur le banc de l’école, ont été inscrits à l’école Ngouadji. Ceux qui désirent suivre des formations dans différents domaines ont été orientés dans la mécanique, la maçonnerie, la menuiserie, la couture… par des animateurs et des agents des affaires sociales qui sont pris en chargent par l’Unicef», a-t-elle expliqué.

 

Au centre Aviation, Bonaventure qui est aussi animateur donne une idée sur la prise en charge de ces enfants issus des groupes armés dans son site.

 

« Notre site regroupe 191 enfants. Tous ont été réintégrés dans des familles d’accueil ou respectives. Ils sont aussi orientés dans différentes spécialités où ils seront formés et équipés à la fin de leurs formations. Pendant cette prise en charge, tout mauvais traitement est évidemment interdit et l’UNICEF n’a pas eu de plaintes de la part des enfants lors des visites », témoigne la source.

 

Une source de l’Unicef note que les enfants n’ont pas quitté le Centre de Transit d’orientation (CTO) pour d’autres objectifs. « Ils ont été transportés par NDA pour la réunification familiale. Certains enfants sont actuellement réunifiés avec leurs familles à Bambari et d’autres sont dans des familles d’accueil, en route vers la réunification avec leurs familles d’origine », ajoute la source.

 

Certaines sources jointes à Bambari admettent que « le manque de suivi » de ces enfants après leur réunification avec des parents aurait crée le sentiment de retourner dans les groupes armés. « Il y a certains enfants qui regagnent les groupes armés », a dit une source.

 

Un proche de l’UPC d’Ali Darass rejette en bloc cette information avant de déclarer que son organisation « tient à respecter ses engagements qui consiste à ne plus recruter les enfants dans son sein ».

 

Les groupes armés se sont engagés le 5 mai  2015 à libérer les enfants qui font partie des leurs. Selon l’Unicef, au cas où ces groupes armés procèdent à nouveau aux recrutements des enfants, c’est la violation de leurs droits.

 

 

Un gendarme tué par des hommes armés à la brigade de Bria

 

http://rjdh.org  Par Narcisse Jaubert le 1 août 2015

 

Un gendarme de 1er première classe, nommé Dacko a trouvé la mort ce matin  1er aout 2015 vers 3 heures  du matin à Bria. Ce dernier a été tué par des hommes armés non identifiés dans les locaux de la brigade de la gendarmerie de la  ville. Ces malfaiteurs ont emporté son arme de marque AK 47 Del.

 

Selon les informations recueillies par le RJDH, « le gendarme de 1ère classe était en service de garde lui seul. Les malfaiteurs  sont venus et ont ouvert la porte pour l’abattre avec trois coup de balles avant de récupérer son arme».

 

« Ces groupes des bandits sont très nombreux si bien que ce gendarme ne pouvait pas faire quelque chose pour se défendre. C’est pourquoi ils ont réussi à le tuer », a  témoigné une personne détenue à la brigade de la gendarmerie de la ville de Bria, là où les faits se sont produits.

 

Selon une autorité locale jointe depuis la ville de Bria par le RJDH, les autorités militaires doivent tout faire pour renforcer la sécurité dans la ville et désarmer toutes les milices qui agissent dans la zone.

 

« Il n’est pas possible dans une brigade de laisser un seul élément pour assurer la sécurité», a déploré une autorité locale dans la ville.

 

Ce gendarme de 1ère classe était à Bria depuis trois ans. Il a été agressé par le passé par des éléments  de l’ex-Séléka qui lui ont retiré son arme.

 

Selon les informations des sources sécuritaires, le corps de ce gendarme sera ramené à Bangui dès l’arrivée de l’avion militaire.

 

 

Les habitants de Sam-Ouandja et de Ouadda disent attendre avec impatience le recensement électoral

 

http://rjdh.org/  PAR BABIKIR OUSMANE LE 1 AOÛT 2015

 

Les habitants de Sam-Ouandja et ceux de Ouadda dans la Haute-Kotto attendent impatiemment les opérations du recensement électoral.  Dans ces villes sous contrôle de l’ex-Séléka, leurs leaders promettent de garantir le bon fonctionnement du processus électoral et dénonce l’inaction des autorités dans ces zones.

 

Les sources locales jointes par le RJDH ont confié que la population est prête pour accueillir ces opérations électorales. « Nous sommes des Centrafricains et rien ne justifie notre sabotage du processus électoral. Nous attendons ce processus à bars ouvert », a dit une autorité locale.

 

La porte parole de l’ex-Séléka, le colonel Christian Narkoyo, joint depuis Sam-Ouandja par le RJDH rejette l’idée selon laquelle les ex-Séléka auraient menacé de boycotter le processus de recensement et des élections dans les sous-préfectures de Ouadda et de  Sam-Ouandja.

 

« C’est depuis  deux semaines que ces rumeurs circulent. La Séléka ne voie pas des raisons pour boycotter le processus électoral à Ouadda et à Sam-Ouandja », a déclaré Christian Narkoyo.

 

Christian Narkoyo dit ne pas comprendre les raisons qui ont poussé le ministre résident de la Haute-Kotto à ne pas visiter ces sous-préfectures pour sensibiliser la population au processus électorale.

 

« (…), on se pose aussi la question de savoir pourquoi le ministre résident de la Haut-Kotto n’est pas venu à Ouadda ou à Sam-Ouandja. Car nous avons vu celui de la Vakaga descendre à Birao, à Ouanda-djallé puis à Tiringoulou pour sensibiliser la population. Nous signalons que les aérodromes de Sam-Ouandja et Ouadda sont libres. Si l’ANE est prête, elle nous informe et nous allons prendre notre responsabilités pour assurer la sécurité », a ajouté Christian Narkoyo.

 

Les inscriptions sur la liste électorale se poursuivent dans plusieurs villes de provinces. Cependant, d’autres localités continuent de réclamer cette opération./

 

Ousman Babikir et Benoite

 

La bière en fête ce 1er aout : Des avis diffèrent sur leur consommation

 

http://rjdh.org/ PAR ANNETTE MAÉLAINE MALEBINGUI LE 1 AOÛT 2015

 

Le monde entier célèbre ce vendredi 1er août 2015, la journée mondiale de la bière, créée en 2007 par un groupe d’amis de Santa Cruz en Californie. En Centrafrique, aucune manifestation n’est faite à cette occasion. Le RJDH a pu faire le tour  de quelques débits de boisson et  a échangé avec certaines personnes sur la consommation et les effets de la bière sur la santé.

 

Blaise Kouzounémé, est l’un des  consommateurs de la bière. Il trouve de bonne chose la consommation de bière. « Consommer la bière est une bonne chose. Car, elle te fait oublier les soucis, et favorise les relations entre les consommateurs. Quant je trouve l’occasion de prendre, je le prends avec beaucoup de plaisir», a-t-il dit.

 

« Notre corps à besoin de l’alcool. Mais à l’hôpital, les médecins conseillent aux gens qui ne prennent pas de l’alcool, d’en prendre tout petit peu. Mais c’est l’abus ou la consommation exagérée qui est nuisible pour la santé »,  a ajouté un autre consommateur.

 

D’aucuns disent que la bière contribue à la chute de l’homme, et favorise souvent le déchirement des liens familiaux.

 

« La bière est très  nuisible pour la santé de ceux qui là consomme et ouvre  également la porte à des comportements irresponsables qui peuvent entraîner la mort. Il y’a des gens qui une fois ivre, se déshabillent, insultent et agressent  les gens. D’autres se livrent aux vagabondages sexuels sans pour autant se protéger. Il y’a également des parents qui ne parviennent plus à prendre leur responsabilité de chef de famille à cause de la bière. C’est très dommage », a déploré  une mère de foyer qui affirme ne pas consommer de la bière.

 

Une autre personne a ajouté que beaucoup des intellectuels ont perdu leurs boulots à cause de la bière. « Des gens qui ont des bagages intellectuels, sont mis en chômage par rapport à leur état d’ivresse. Et la plus part n’ayant pas supporté, succombent. Les conséquences de la bière sont nombreuses que leurs avantages», a t-il une autre source.

 

D’autres sources ont fait observer que la consommation abusive de la bière et des produits stupéfiants ont occasionné des violences dans le pays. « Les jeunes sont en majorité auteurs de ces actes de violence après la consommation des bières, et autres alcool. Les conséquences, nous avons vécu tous », a déploré une source.

 

En Centrafrique, la vente de la bière est devenue, le seul commerce rentable. Une Brasserie installée à Bimbo, à 9 kilomètres à la sortie sud de la capitale desserve de nombreux bars et gargotes du pays. Plusieurs autres variétés de bière sont importées.

 

 

Colonie des vacances : Un cadre d’échange et d’épanouissement des enfants lancé à Bangui

 

http://rjdh.org/  PAR ANNETTE MAÉLAINE MALEBINGUI LE 1 AOÛT 2015

 

Des centaines d’enfants ont pris part ce samedi 1er août 2015, à la Faculté de Théologie Évangélique de Bangui (FATEB),  à la cérémonie d’ouverture  officielle de la semaine de loisir et d’échange culturelle  dénommée ‘’Vive les Vacances et comportement responsables’’. Une initiative appréciée par le Ministère de l’Education Nationale et les parents qui ont inscrit leurs enfants pour cette colonie de vacance.

 

Rosalie Mologbama, représentant le Ministre de l’Education Nationale à cette cérémonie, revient sur l’importance de l’éducation en cette période d’après crise.

 

« C’est par l’éducation  que l’on peut garantir la qualité des ressources humaines. Elle est donc importante pour le développement d’un pays. Ce qui justifie sa présence dans toutes les stratégies du développement », a dit la représentante du ministre.

 

Elle a ajouté que  La qualité de l’éducation dépend non seulement de la pertinence de ce qui est enseigné et appris, mais aussi du contenu, afin de répondre aux besoins actuels et futurs des apprenants.

 

La représentante du Ministre de l’Education Nationale, a aussi noté que les valeurs telles que la démocratie et les droits humains, doivent être perçues comme les fondements d’une base de l’éducation de qualité.

 

« L’initiative dont nous ouvrons aujourd’hui les travaux, et qui utilise les supports pour l’apprentissage tels les jeux, les danses, les contes, les théâtres, la lecture et bien d’autres, sont des exercices complémentaires pour renforcer la qualité de l’éducation de nos enfants », a dit Rosalie Mologbama.

 

Quant à Jean-Marc Mounoubaye,  parent d’un enfant inscrit pour la colonie des vacances, c’est une initiative qui  éveille les enfants.

 

« C’est pour la deuxième fois pour nous, d’envoyer nos enfant à cette colonie. La fois dernière, nous avons vu les fruits, car en rentrant, les enfants ont vraiment changé positivement. C’est un cadre  qui permet aux enfants de s’épanouir très rapidement. J’invite les parents à venir inscrire leurs enfants», a lancé ce dernier.

 

Cette colonie des vacances qui commence aujourd’hui, prendra fin le 29 août de cette année. Elle est organisée par l’ONG « Demain la vie » dans son programme de protection de l’enfance.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com