Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 14:45

 

 

 

Bangui, 07 mars 2015 (RJDH)—La vice-présidente du Conseil National de Transition et présidente par intérim du Parti de l’Unité Nationale (PUN) a déclaré que la rencontre de Rome qui a débouché sur la signature de l’appel de Rome du 27 février 2015 était portée à la connaissance des autorités actuelles. Pour preuve, l’ordre de mission de certains participants était signé par le président du parlement provisoire et aussi le premier ministre a facilité le déplacement d’autres participants en leur offrant des billets d’avion.

 

La déclaration est faite ce samedi 07 mars 2015 lors de la rencontre de Léa Koyassoum Doumta avec les leaders de certains partis politiques et les membres de l’Association (MNS) à Benz-Vi sur l’appel de Rome.

 

Selon la deuxième personnalité qui répondait à la préoccupation d’un participant à cette rencontre, « nous ne pouvons pas dire que le gouvernement n’était pas informé de la réunion de Rome puisque la conseillère Béatrice Epaye et moi-même avions reçu notre ordre de mission écrit du président du CNT qui représente le pouvoir législatif en ce moment  de la transition ».

 

Si le législatif est informé par son président, l’Exécutif est quant à lui informé par le chef du gouvernement de transition, Mahamat Kamoun. « Lorsque l’invitation de Rome était venue, il n’y avait pas de frais de transport. Nous nous sommes rapprochés du premier ministre qui a assurés notre déplacement », dit-elle sans préciser l’identité de ceux qui avaient été pris en charge par l’enveloppe du gouvernement.

 

Elle a également expliqué que « la rencontre de Rome s’est adressée à des leaders d’opinion, qui n’ont pas nécessairement besoin de l’autorisation du gouvernement pour se déplacer ».

 

Le RJDH n’a pu joindre le gouvernement et le CNT pour des réactions.

 

Toutefois, un homme politique également invité à cette rencontre a confié au micro du RJDH qu’il « ne faut pas confondre informer le gouvernement et impliquer le gouvernement. La vice-présidente du CNT parle de l’information du gouvernement et du pouvoir législatif. Or, elle oublie qu’aucune invitation n’a été adressée à ces autorités-là ».

 

A la fin de la rencontre, Léa Koyassoum Doumta a promis faire, dans un bref délai la restitution complète de la rencontre de Rome, lorsque les autres signataires seront à Bangui. Cette réunion se tient 7 jours après la signature de l’Appel de Rome au peuple centrafricain à et à la communauté internationale./

 

Naim-Kaélin ZAMANE

Centrafrique/Bangui : Les autorités de la transition sont informées de la rencontre de Rome, selon Léa Koyassoum Doumta

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com