Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 13:43

 

 

Par RFI 21-01-2015 à 08:05

 

Alors que l'employée de l'Onu kidnappée mardi matin à Bangui par des hommes en armes a été libérée au terme d'une journée de tractations, les proches d'un chef anti-balaka arrêté samedi détiennent toujours une Française, Claudia et un père centrafricain, kidnappés lundi matin. Les négociations menées par l'archevêque de Bangui n'ont pas encore abouti.

 

L'archevêque de Bangui, monseigneur Nzapalainga a passé la nuit dehors dans les rues du quartier de Boy Rabe, là où sont détenus le père Gustav et l'humanitaire française Claudia. Il entendait ainsi marquer les esprits et montrer à tous sa détermination à obtenir une fin heureuse à cette prise d'otage.

 

Durant la journée de mardi, l'archevêque a tenu trois réunions avec des représentants anti-balaka mandatés par les ravisseurs. Selon lui, ces derniers étaient nettement moins nerveux que la veille. Ils lui ont même promis que les choses s'arrangeraient mercredi. Cependant monseigneur Nzapalainga n'en tire aucune conclusion car les négociations sont dans l'impasse.

 

Créer une dynamique pour la libération de Claudia et Gustave

 

Les ravisseurs continuent de réclamer la libération du général Andilo, un chef anti-balaka mais un responsable sécuritaire centrafricain a expliqué aux négociateurs que cette condition n'était pas acceptable. « Les interlocuteurs en face de nous et ceux qui détiennent les otages ne sont pas les mêmes, expliquait hier soir à RFI monseigneur Nzapalainga. Vous voyez bien que nous travaillons avec ceux qui sont à notre portée et depuis hier et aujourd’hui, nous avons mesuré l’évolution… Aujourd’hui on voit le climat qui change et nous espérons que eux aussi pourront apporter ce changement de climat auprès des ravisseurs, pour que eux aussi entrent dans la dynamique afin que Claudia et Gustave soient libérés. »

 

L'archevêque de Bangui a pu aussi s'entretenir au téléphone avec les deux otages. Claudia, 65 ans, s'est plaint de ses conditions de détention, de sa fatigue et de l'absence manque d'eau potable précisait monseigneur Nzapalainga. Elle a demandé et obtenu qu'on lui apporte ses médicaments. « Le paquet de médicament a été envoyé » précise l'homme d'église.

 

 

Centrafrique : la France a fait passer des médicaments et des couvertures à l'otage

 

Selon le ministre des Affaires étrangères, l'archevêque de Bangui mène toujours les discussions.

 

http://www.rtl.fr    par Romain Renner , Jean-Michel Aphatie 21/01/2015 à 11:18

 

Claudia Priest, 67 ans, est actuellement détenue par les milices anti-balaka en République centrafricaine. "Il y a des discussions avec l'archevêque de Bangui, assure Laurent Fabius. Nous lui avons fait passer des médicaments et des couvertures".

Le ministre des Affaires étrangères assure que "tout le monde est mobilisé" et espère "parvenir à un bon résultat". Originaire de la région d’Epinac (Saône-et-Loire), Claudia a été enlevée en compagnie de l'un de ses employés, centrafricain, le 19 janvier. Ils se trouvaient alors à bord d'un 4x4 qui transportait des médicaments, braqué par un groupe de quatre hommes armés de Kalachnikov.


Claudia Priest est une humanitaire à la tête d'une association qu'elle a créée avec son mari, Armand, afin de venir en aide aux populations de la République centrafricaine. C'est après s'être liée d'amitié avec un basketteur originaire de ce pays d'Afrique centrale que le couple a décidé de se lancer dans ce projet. L'association s'appelle Imoholo, du nom du principal village auquel elle vient en aide.

 

Otages en RCA: la médiation de mgr Nzapalainga n'a pas encore abouti

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com