Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 01:08

 

 

SITUATION EN RCA  

 

 

 Pour une Centrafrique qui résiste, contre les  puissances du mal, qui veulent retenir la misère pour asservir la RCA, sachant que plus la crise dure, plus dur sera le retour à la normale, et mieux s’organisent les prédateurs contre la RCA. il est encore temps de prendre les bonnes décisions !  La vérité ne divise pas ! bien au contraire elle rassemble. Mais je crains que nous ne soyons plus capables de combattre cette misère, car la RCA est arrivée à un point de réalité ou l’effondrement de l’échelle des compétences est clairement  perceptible.

 

La RCA, doit garder le principe de la  transition tant que les bases de construction   ne sont pas définies  sur des fondations solides. Autrement au nom de tous ceux qui sont tombés pour la liberté de la RCA, nous serions  devenus un peuple  fou.  Il serait sage de respecter la définition  du dictionnaire de la TRANSITION qui dit : ce qui n’est pas un Etat normal, mais constitue  un état intermédiaire entre une situation et une autre, de fait, une transition exerce par une transformation lente et progressive, mais surtout, une manière de passer d’une idée à l’autre, voilà ce que dit le sens propre de la transition.

 

Donc si cela doit s’appliquer à la  RCA,   Pour une transition réussit il ne faut  pas hésiter à changer de formule après  chaque échec d’une décision prise, et le répéter autant que nécessaire, et ce pendant toute la période  de la transition.

 

La transition c’est l’occasion de changer  les  idées qui ont  vu leurs limites qui nous ont conduites dans  le trou,  a d’autres idées plus modernes,  plus innovantes,  plus adaptées et  plus constructrices,  afin de  trouver le bon équilibre qui redonnera la confiance perdue entre le peuple, et  ceux qui le dirige.  Visiblement la situation nous démontre que la formule actuelle   ne répond toujours pas à la question posée ! Si  tentée, soit elle, LA TRANSITION,   n’a  pas encore respecté  le contrat favorable à une reconstruction, ni porté les bases saines d’une RCA apaisée, cohérente et pérenne. Car mal comprendre les objectifs de la transition, rajoute au mal.

 

Nous devions avoir en tête  que nos attitudes honteuses, déshumanisantes,  obsolètes, ringardes et destructrices,   font  prolonger la crise,  et elles ne nous aideront pas à nous construire, mais  servent   la seule  cause des ennemis des centrafricains  et  l’intérêt des prédateurs  contre  la RCA.    

 

Ce qui nous amène à dire que  des élections Présidentielles précoces  sans réconciliation,  c’est la mort certaine de la RCA, une peine perdue d’avance. Voter,  pour quoi faire ?  Pour qui ? Pour quel projet ? Dans quels intérêts ? Comment ?  Mais comment cela va-t-il  se passer ?

 

Qui va nous protéger cette fois ci ? Une armée prétorienne, de castes, de tribus ?  Comment  pensons nous remettre la confiance dans la tête et le cœur des centrafricains ?

 

Imaginez un Président Elu ! Ce serait  sur du sable mouvant, car il n’aura aucunement la confiance du peuple, Les frustrations, les revendications, vont surgir de toute part. L’insécurité va s’accroitre de plus belle ! Les années blanches devenues chroniques vont se poursuivre ! La privation de toute forme de liberté va s’exercer sur tout le territoire ! La famine, l’indigence, vont  s’étendre dans tout le Pays.  On verra naitre d’avantage d’épidémies avec impossibilité de soigner.

 

 Sans compter que les  salaires ne  pourront  pas être payés !  Donc, la corruption ne sera pas éradiquée ! En définitif,  toutes les tares du passé Longtemps  décriées dans tous les écrits les plus éloquents,   avec  les vocables les plus criantes,  dans leurs profondeurs,  nous ont amenés dans les abimes ! Ont-elles disparu ? NON…

 

Voila ! Même en restant élémentaire ! Sans approfondir les questions essentielles,  ça saute aux yeux, il y a problème ! Finalement à quoi a servi cette transition ? Non ! Je vous assure, ce n’est pas une trêve au combat politique ou à la destruction volontaire de la RCA, pour reprendre le combat de plus belle ! Non ce n’est pas ça ! Cette transition  est un délai de tolérance que l’on a défini et  attribué à un peuple en dérive, et un Chef d’Etat dont le rôle  premier est  d’être un  administrateur  de la République,  pour qu’ils puissent trouver des accords et imposer des réformes qui vont à coup sûr vers l’unique intérêt commun celui du  peuple. En imposant des gages, en prenant des mesures, qui rendent impossible le retour vers le chaos et en installant des  précautions fermes, définitives,  non négociables pour un futur du vivre ensemble plus réel. Car il y  a  eu péril en la demeure.

 

Aujourd’hui aucun profil type de chef d’Etat en RCA  ne peut se dessiner ! Car il n’existe pas ! Pour la simple raison, qu’aucun code de déontologie, ni aucune charte de valeurs  n’ont été dressés. C’est obligatoire vu la situation désespérante de la  RCA,  Nous devrions passer au crible toutes les tares qui ont conduit nos décideurs  à la mauvaise gouvernance, donc des états généraux s’imposent. Prévoir pour mieux gouverner dans le futur de la RCA, doit être l’objectif de la transition. Autrement c’est tuer la RCA dans l’œuf et cracher sur nos morts.

 

 Cette transition est pour les centrafricains la seule et unique chance,  pour une thérapie Nationale.   Autrement nous pouvons parler, sans démentir d’un rendez-vous manqué. Car c’est  pour la première fois en RCA, que toutes les conditions sont réunies pour un véritable changement, allant  vers une démocratie africaine plus responsable,  adaptée  à nos meurs, coutumes, traditions, valeurs culturelles, allant vers la refondation de nos institutions, prévoyant les lois qui privilégient la préférence nationale, dans les domaines économiques, mettant en place des formules pour capter des fonds, pour une meilleure distribution des richesses, œuvrant pour rendre toutes revendications par la force ou les Armes  impossibles, repensant une Politique d’occupation du territoire, par la responsabilisation des régions par exemple :

 

-           En nommant  des commissaires de la république pour chaque région, et en les responsabilisant territorialement en leur donnant la possibilité de développer la région dont ils ont la charge.

 

-          En  séparant le pouvoir militaire du pouvoir de l’exécutif par exemple :

 

-          En créant  une Commanderie, avec une gestion personnelle de toute les forces de défense sur le territoire, qui  ferra sienne l’affaire de la sécurité et qui fera l’interface avec les forces de défense internationales sur le territoire afin de prendre les mesures qui s’imposent contre ceux qui se déclarent groupes armés non conventionnels, qui seront qualifiés d’ ennemis de la RCA.

 

-          En repensant notre système de défense et en procédant à la création des forces de défense du territoire plus adaptées à notre pays et sa faible  population et ses frontières multiples et poreuses.

 

La Commanderie pour permettre que plus jamais l’Armée ou  des hommes en armes ne soient reconnus comme acteurs Politiques,  ceci,  afin de laisser les civils jouer leurs rôles dans la société en toute quiétude.

 

Pour une fois que, les conditions en RCA,  par des circonstances certes,  aggravantes,  ont conduit la disqualification, et la remise en cause des  personnalités  Politiques et leurs partis, ainsi que les Forces de défense de la RCA, tous deux vecteurs premiers du chaos centrafricain ! C’est l’unique occasion face aux désastres du pays, de voir ces hommes et ces femmes transcender leurs clivages politiques, leurs sectarismes  de castes ou de tribus pour répondre présents  à  l’appel au secours du  peuple à l’agonis. Avec pour seul  objectif, l’intérêt commun ! Tel le déclanchement d’un plan ORSEC, qui réclame toute la contribution des hommes,  sans distinction de sexes, de grades, de rangs, de religions, et toutes formes de discriminations, pour prendre part à l’effort National et participer à la tâche.

 

C’est l’heure !  De la démonstration patriotique, cessons les mots qui perdent leurs sens dès que nous les formulons tels que sursaut patriotique, libérateurs, patriote, réconciliation, dialogue, rébellion,  et bien d’autres mots destructeurs évoquant Dieu comme témoin dans  toutes les religions confondues. STOP ! C’est  l’heure de la mise à l’épreuve Nationale, il faut matérialiser les mots, les phrases, les théories, c’est l’heure de la mise en application, on veut voir !  On veut le vivre !  Tout sauf la mort.

 

 Le constat est que, l’on ne voit pas encore les hommes et les femmes  politiques, tout partis confondus, ceux qui espèrent une élection précoce,   proposant des solutions désintéressées, pour l’intérêt seul du peuple en souffrance,  on ne voit pas encore des Généraux de la République  de tout corps des forces de défense Nationale, se mettre ensemble pour parler de ce qui a manqué sans aucune manipulation, on ne voit pas encore, la maison du peuple représentée par le CNT s’occuper de la population, en détresse, des  déplacés, des  endeuillés,  tous, abandonnés à eux-mêmes, on ne voit pas encore  les mesures de réparations exercées, pour redonner la confiance perdue entre le peuple  et  l’Etat. Une transition ne doit pas être une trêve de combattants Politiques ou d’hommes en armes, chacun allant de son côté repenser sa stratégie d’attaque pour un  retour vers l’enfer encore plus cruel et  une finale vers la mort définitive de la RCA et sa Population.

 

Profitons de la présence de l’instrument international à nos chevets qui nous coute très cher pour montrer au monde entier qui nous regarde que nous sommes ce peuple de joie, volontaire, humaniste, qui ne cherche qu’à vivre ensemble et en paix. 

 

On a tout dit, de l’impunité, vouloir condamner pour exemple, vouloir condamner pour réparer, vouloir condamner pour construire, vouloir condamner pour éduquer, mais qui, en vérité doit être condamné ? Finalement, on est  tous coupables, par nos actions ou inactions, car la loi dit que le complice d’un auteur de crime ou de délit est aussi coupable du même crime que son auteur. S’il y  en a parmi nous qui estiment ne pas être concernés par cette accusation,  alors ils doivent savoir que la complicité peut être élargie aussi jusqu’à la non-assistance à personne en danger, en passant par la dissimulation des personnes ou  preuves pouvant  condamner les hauteurs de crimes, ou par le simple fait  d’ inviter à sa table des personnes identifiées, connues, comme étant, auteurs de crimes ou délits. Et pour ceux qui ne sentent vraiment pas concernés par cette accusation ! Alors je leur dirais même Dieu ne serait pas d’accord que nous nous taisions et fassions la queue pour aller mourir, pour des gens aliénés par le pouvoir.

 

 Car contre la loi du fort la loi du juste.  

  

 

Lionel SARAGA MORAIS  du Cercle des Intellectuels

La  RCA n’est pas un jeu de hasard ! par Lionel SARAGA MORAIS

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com