Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 13:15

 

 

YAOUNDE, 26/01/15 (Xinhua) -- Les autorités de transition centrafricaines annoncent des négociations "très avancées" avec les ravisseurs, présentés comme des "terroristes assimilés" aux miliciens anti-Balakas, du ministre des Sports Armel Ningatoloum Sayo, enlevé dimanche au sortir de la messe dans une église de Bangui,a confié lundi matin à Xinhua le ministre de la Sécurité publique, Nicaise Karnou.

 

"Nous avons localisé l'environnement et le réseau (des ravisseurs du ministre, NDLR). Ce sont des terroristes assimilés aux anti-Balakas, qui reçoivent des ordres d'un certain Mokom, qui s'est déplacé à Nairobi pour le compte de l'ancien président François Bozizé", a déclaré le ministre de la Sécurité publique dans un entretien téléphonique à Xinhua.

 

"Nous avons la précision de là où il y a l'otage. C'est à Bangui, au quartier Boy Rabe (fief des milices anti-Balakas fidèles à l'ex-président François Bozizé, renversé en mars 2013 par l'ex-coalition rebelle de la Séléka, NDLR). Nous sommes très avancés sur la négociation avec ces bandits", a-t-il ajouté.

 

Membre du nouveau gouvernement de transition et d'union nationale de Mahamat Kamoun nommé le 16 janvier, le ministre Ningatoloum Sayo s'est rendu au volant de sa voiture dimanche matin dans une église de Bangui, où il a pris part à une messe en compagnie de son épouse et d'un frère cadet, selon le ministre de la Sécurité publique.

 

"Il a été poursuivi par un taxi à bord duquel se trouvaient quatre individus. On l'a fait descendre seul de la voiture. Son épouse et son petit frère ont été laissés sains et saufs", a ajouté cet ex-membre du Conseil national de transition (CNT, Parlement provisoire) lui aussi nouvellement nommé au sein du gouvernement de transition et d'union nationale centrafricain.

 

"Ce sont des individus que nous connaissons. Nous allons les arrêter dans le respect des dispositions de la loi", a-t-il poursuivi au sujet des auteurs présumés du rapt, avec lesquels il a annoncé tout de même des "négociations très avancées" en vue de la libération du ministre des Sports venu s'ajouter à une liste d' otages ouverte en début de semaine par les milices anti-Balakas avec des travailleurs humanitaires dont un personnel des Nations Unies à Bangui.

 

Il est cependant reproché au ministre pris en otage de n'avoir pas respecté les consignes de sécurité édictées par le gouvernement, après une alerte donnée suite à une menace d' enlèvement de membres du gouvernement par les miliciens anti- Balakas, principal adversaire des ex-rebelles de la Séléka dans la crise politico-militaire survenue en République centrafricaine depuis fin 2012.

 

 

NDLR : "Nous avons localisé l'environnement et le réseau (des ravisseurs du ministre, NDLR). Ce sont des terroristes assimilés aux anti-Balakas, qui reçoivent des ordres d'un certain Mokom, qui s'est déplacé à Nairobi pour le compte de l'ancien président François Bozizé" a déclaré le ministre de la Sécurité publique.

 

« D'après les informations en notre possession, c'est orchestré et piloté depuis Naïrobi avec la complicité des éléments de la Révolution Justice (RJ) et un petit groupe d'ex-Antibalaka manipulés. Le PCUD se désengage totalement de ce petit groupe manipulé depuis Naïrobi », a ajouté Igor Beranger Lamaka.

 

Il est donc clairement avéré que c’est depuis Nairobi où les bozizistes de tous poils, coalisés à certains dignitaires Séléka, discutent depuis plusieurs semaines pour comploter contre la paix en Centrafrique avec paradoxalement la bénédiction du président Denis Sassou Nguesso, commanditent les enlèvements de personnes à prendre en otage et dictent les directives à leurs exécutants restés au pays. C’est une situation d’une extrême gravité et qui disqualifie dorénavant totalement le président congolais de son rôle de médiateur car les discussions de Nairobi qu’il a accepté de parrainer, d’organiser et dont il s’est récemment ouvertement « félicité des avancées »,  est une façon de sous-traiter aux autorités kenyanes le dossier de la crise centrafricaine dont la CEEAC lui avait confié la charge.

Centrafrique : négociations "très avancées" avec les milices anti-Balakas, ravisseurs du ministre des Sports

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com