Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 18:14

 

 

 

Bangui 15/12/2014 à 10:21 (APA ) - Les mouvements de grève, l’arrestation de l’ex-chef de guerre Baba Ladé et ses conséquences, et le souhait de la société civile de voir le représentant du Secrétaire général des Nations unies en Centrafrique, le général Babacar Gaye, quitter le pays, sont les sujets développés ce lundi par la presse centrafricaine.


« La transition politique perturbée par des mouvements de grève ou d’agitation sociale » titre Le Confident se posant cette question : « Pourquoi cette série actuelle de mouvements de grève ou agitation sociale tant à Bangui qu’à l’intérieur du pays ?

 

Le journal fait remarquer que « ces derniers temps, « ce sont les retraités de l’Etat (…) qui manifestent devant le bâtiment du Trésor Public érigeant des barricades sur les intersections des voies pour réclamer le versement de leur pension de retraite. A l’intérieur du pays, c’est le personnel de la société Centrapalm qui manifeste, eux aussi ».

 

En tout état de cause avertit ce journal, ces mouvements persistants de grève ou d’agitation sociale qui perturbent la transition politique ne sont pas de bon signe pour une fin apaisée de cette période.

 

« Les Centrafricains partagés entre l’extradition ou le jugement sur place de Baba ladé » affiche Centrafric Matin, là où Le Démocrate met en exergue l’inquiétude des Centrafricains suite à l’arrestation de Baba Ladé.

 

Pour Le Démocrate, les populations du Nord sont partagées entre un sentiment de joie et de crainte. Car si Baba ladé est arrêté, ses hommes sont encore dans la nature. A l’image de ce qui s’est passé avec l’arrestation d’Abdoulaye Miskine et l’épisode qui s’en est suivi.

 

« L’essentiel n’est pas seulement d’arrêter Baba Ladé. Il faut et surtout que la Minusca assure la protection des populations qui sont encore dans le secteur. Que les erreurs d’Abdoulaye Miskine avec le Cameroun ne se répètent plus (…). Car avec des séries de prises d’otages, les éléments d’Abdoulaye Miskine ont fini par avoir satisfaction », a averti Le Démocrate.

 

Dans L’Agora « La société civile demande le départ sans condition du général Babacar Gaye ».

 

Alors qu’ils clôturaient ce 9 décembre un atelier sur la crise en Centrafrique, les membres du groupe de travail de la société civile ont demandé le départ sans condition du général Babacar Gaye pour les raisons suivantes : « d’abord il renie sa mission quand il dit publiquement qu’il n’a aucun mandat pour désarmer en Centrafrique, ensuite lorsque le représentant du Secrétaire général des Nations unies veut donner un coup à un jeune Centrafricain, c’est du jamais vu. Pire encore quand Babacar Gaye tient des propos désobligeants à l’endroit des membres du gouvernement centrafricain ».

 

Catherine Samba-Panza et la communauté internationale si vous ne pouvez pas, sachez que la société civile centrafricaine peut, indique-t-il.

 

Copyright : © APA

Les agitations sociales, l’arrestation de l’ex-chef de guerre Baba Ladé et la Minusca à la Une à Bangui

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com