Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 13:38

 

 

 

 

http://www.jeuneafrique.com/   30/05/2014 à 13:48 Par Vincent Duhem

 

Au moins deux personnes sont mortes vendredi lors d'une manifestation organisée à Bangui. La présidente de la transition Catherine Samba-Panza a appelé les Centrafricains au calme et décrété un deuil national de trois jours après l'attaque contre une église, mercredi.

 

La Centrafrique traverse une nouvelle crise aigüe. Depuis le début de la matinée, vendredi 30 mai, des rafales sont entendues dans plusieurs quartiers de Bangui. Des barricades ont été érigées dans les rues de la capitale paralysée. Des marches rassemblant des milliers de personnes ont également été organisées lors desquelles deux personnes ont été tuées par balles, selon des témoignages de manifestants, confirmés par une source militaire. Au moins trois autres personnes ont été blessées par balle, dont deux grièvement, et ont été conduites à l'hôpital communautaire de Bangui.

 

La majorité de ces manifestants sont à l'heure actuelle rassemblés dans le quartier de Lakouanga, où une mosquée a été incendiée jeudi. Ils réclament le départ du contingent burundais et la démission de la présidente de la transition, Catherine Samba-Panza.

 

Selon une source sécuritaire française, la force Sangaris a été visée par des tirs. "Des groupes armés refusent de désarmer et s'en prennent à la Misca et à Sangaris", a indiqué cette source. "Nous essuyons des tirs sporadiques quand des véhicules de la force passent mais ces groupes armés ne tiennent pas de position", a-t-elle poursuivi.

 

Confrontée à une nouvelle crise majeure, Samba-Panza, qui a regagné Bangui jeudi après un tête à tête avec le chef de l'État congolais, Denis Sassou Nguesso, à Brazzaville, s'est exprimée au palais de la Renaissance appelant ses concitoyens au calme. Elle a également décrété un deuil de trois jours pour rendre hommage aux victimes de l'attaque de l'église Notre-Dame de Fatima, point d'orgue d'une semaine de violences.

 

Pressions

 

Dimanche, trois jeunes musulmans du quartier Pk5 à Bangui sont enlevés puis mutilés. Les habitants du dernier bastion musulman de la capitale centrafricaine décident alors de répliquer. Lorsque, mercredi, un groupe d'anti-balaka infiltrés dans le camp de déplacés de l'église Notre-Dame de Fatima attaquent le PK5, des hommes en armes les attendent et les pourchassent jusque dans la cour de l'église. Le lourd bilan fait état d'au moins 15 morts dont un prêtre italien.

 

Certaines sources imputent ce regain de tensions à l'incertitude qui entoure le remaniement ministériel. Annoncé il y a plus d'un mois, le gouvernement tarde a être formé. "Certains pourrissent la situation pour mettre la pression en espérant obtenir un poste en retour", estime un conseiller de la présidente. À la demande de la communauté internationale, Catherine Samba-Panza a consulté ses pairs de la sous-région. Ces derniers ont demandé des ajustements, ce qui expliquerait en partie ce retard, poursuit le conseiller.

 

Dans le même temps, la présidente a d'ores et déjà annoncé à certains ministres, comme ceux de la Défense et de la Sécurité, qu'ils ne feraient pas partie de la nouvelle équipe.

_________________

 

Par Vincent DUHEM


 

Lu pour vous : Violences en Centrafrique : Samba-Panza appelle au calme et décrète un deuil national de trois jours

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com