Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 02:33

 

Dar Es Salaam le 25 Avril 2013

 

 

PETITION DE L’ASSOCIATION DES CENTRAFRICAINS RESIDANT EN TANZANIE ET EN AFRIQUE DE L’EST (ACARCT),  POUR LA PROTECTION DES POPULATIONS CIVILES, L'ENVOI D’AIDES HUMANITAIRES, AINSI QUE POUR UNE INTERVENTION DES FORCES AFRICAINES ET FRANCAISES, SOUS MANDAT DES NATIONS UNIES, EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE,

 

Nous, membres de l’Association des Centrafricains Résidant en Tanzanie et en Afrique de l’Est (ACARCT), avions suivi le changement de régime dans notre pays la Centrafrique avec l’arrivée au pouvoir, par force, du Chef de la Coalition SELEKA (Alliance), Monsieur Michel DJOTODIA, le 24 Mars 2013.

 

En  Cinquante Trois ans (53) d’Indépendance, Notre Pays, la République Centrafricaine, a connu Sept (07) Présidents, Six (06) coups d’Etat et Une (01) seule élection démocratique et transparente, sous le régime de Feu le Président André KOLINGBA en 1993, qui a vu l’accession à la Magistrature Suprême de Feu le Président Ange Félix PATASSE.

 

Mais une instabilité chronique s’est installée dans cette ancienne colonie française. Avec la Prise de Pouvoir par la Coalition de la SELEKA, l’ACARCT constate, avec désolation, un accroissement des actes de pillages, des exactions en tous genres, des viols et des tueries à l'encontre du peuple centrafricain.

 

L’ACARCT ne souhaite plus que des centrafricains s'opposent les uns aux autres pour des motifs politiques, tribaux, confessionnels ou autres. Aussi, elle condamne, avec la dernière rigueur, tous les comportements irresponsables et criminels de toutes ces personnes, quels que soient leurs bords, et qui commettent de tels actes de violences. Elles répondront, en temps opportun, devant le Peuple centrafricain, de tous ces actes de barbarie.

 

La démarche de l’ACARCT aujourd’hui ne s’inscrit que dans une logique de PAIX ! Elle ne veut et ne souhaite que la PAIX en République Centrafricaine.

 

Par ailleurs, elle souhaite que les Droits des Centrafricaines et Centrafricains, ainsi que ceux de tous ceux qui nous font l’amitié de vivre en République Centrafricaine soient respectés !

 

Elle appelle, enfin, à un rapide retour à l’Ordre Constitutionnel.

 

Des risques évidents de génocide pèsent sur la République Centrafricaine, avec la prolifération de ces Groupes Rebellions armés qui sillonnent le pays. L’insécurité est totale et persistante, car les Forces de Police et de Gendarmerie Nationales sont inopérantes.

 

Faille t-il le rappeler ? La République Centrafricaine, avec cette situation sécuritaire très volatile, est le ‘‘ventre mou’’ du système sécuritaire en Afrique Centrale. Sa déstabilisation provoquera inéluctablement un ‘‘effet domino’’ dans toute la sous-région et engendrerait, par voie de conséquence, une déstabilisation d’une bonne partie de cette Afrique qui n’a que trop souffert.

 

L’ACARCT ne souhaite donc pas une ‘‘somalisation’’ de la République Centrafricaine.

A ce jour, les populations ne peuvent même plus accéder à des Droits et Libertés les plus élémentaires, à savoir :

  • S’exprimer,
  • Se vêtir,
  • Se soigner,
  • Se loger,
  • Se nourrir,
  • S’instruire,
  • Se déplacer, pour ne citer que celles là !
  •  

Elles ne peuvent même pas espérer ni rêver d’un avenir meilleur, pour elles mêmes, ni pour les générations futures.

 

Aussi, un nombre inconsidéré de ces populations sont des personnes déplacées ou refugiées dans des pays frères, par crainte des actes de sauvageries primaires que commettent ces éléments incontrôlés. Ces compatriotes, en situation de détresse, meurent de faim, maladie ou, tout simplement, par manque d’assistance humanitaire, de la part de Communauté Internationale.

 

A cet effet, l’ACARCT ;

 

  1. Exprime toute sa Gratitude et sa Reconnaissance à la Communauté Economique  des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), en particulier, à Son Président en exercice, Son Excellence Monsieur Idriss DEBY ITNO, pour tous les appuis fraternels, spontanés et durables, qu’ils n’ont de cesse d’apporter à la stabilité de la République Centrafricaine.

 

  1. Exprime également toute sa Gratitude et sa Reconnaissance à Son Excellence Monsieur Dénis SASSOU NGUESSO, Président de la République du Congo, et Médiateur de la crise en République Centrafricaine, qui ne ménage aucun effort, pour que le Peuple Centrafricain puisse vivre, en Paix, à l’intérieur de ses frontières nationales.

 

  1. Lance un appel à la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est (E.A.C), à l’Union  Africaine et à la Communauté Internationale pour une intervention rapide en République Centrafricaine, sous mandat onusien, dans le but de protéger les populations civiles et d’apporter une assistance humanitaire aux personnes âgées et vulnérables, malades, handicapées, aux enfants et  femmes. Elle est persuadée de ce que l’Afrique ne peut pas se développer sans une forte Solidarité entre les Africains eux mêmes.

 

  1. Souhaite qu’une aide humanitaire urgente soit apportée aux Populations centrafricaines qui manquent de TOUT : les commerces ont été saccagés ; les hôpitaux, déjà en manque de personnel et d’équipements, sont saturés ; les Institutions Financières et Bancaires fonctionnent au ralenti ou sont fermées. Autrement dit, toutes les structures nécessaires au quotidien du Peuple centrafricain ne sont guère fonctionnelles.

 

 

  1. Invite tous les pays d’Afrique à donner des preuves de la légendaire Solidarité Africaine envers le Peuple centrafricain meurtri, qui n’aspire qu’à une Paix durable à l’intérieur de ses frontières, au lieu de tout attendre de l’Europe ou d’autres continents.

 

  1. Interpelle l’Union Africaine à peser de  tout son poids politique dans la gestion de la crise centrafricaine afin d’éradiquer définitivement la prise de Pouvoir par la force et l’enrôlement d’enfants soldats.

 

 

 

RECOMANDATIONS AU GOUVERNEMENT D’UNION NATIONALE

  •  

 

  1. Prend acte de l’élection, par acclamation du Président Michel DJOTODIA comme ‘‘Président de Transition de la République’’ et lui réitère tout son soutien, ainsi que ses vœux de réussite, dans cette Noble et Délicate Mission ;

 

  1. Recommande que le Conseil National de Transition accorde une place prépondérante aux rôles que peuvent jouer les Femmes centrafricaines ainsi que les Centrafricains de la Diaspora, dans leur entièreté, dans la gestion de la problématique de la crise en République Centrafricaine : Le choix que l’ACARCT a porté sur la personne de Madame Marie Noëlle KOYARA procède de cette logique (Présidente du conseil National de Transition); pour une équilibre dans le concept genre.

 

 

  1. Demande au Peuple centrafricain ainsi qu’aux Centrafricains de l’Etranger et de la Diaspora, de saisir l’opportunité qu’offre la crise actuelle, pour jeter les fondements d’une profonde Refondation de la République Centrafricaine ;

 

  1. Sollicite des Autorités actuelles, l’Organisation d’une Conférence Nationale Inclusive, destinée à jeter les bases de cette nécessaire Refondation, que les véritables Patriotes centrafricains appellent de tous leurs vœux.

 

 

  1. Demande la mise en place d’un Organe statutaire, destiné à rassembler tous les Centrafricains de l’Etranger et de la Diaspora : L’Assemblée Générale Constitutive y relative se tiendrait à BANGUI et serait supervisée par le Ministère des Affaires Etrangères et des Centrafricains de l’Etranger.

Que Dieu Bénisse la République Centrafricaine.

 

  • PAYS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE DES ETATS DE L’AFRIQUE DE L’EST.
  • AMBASSADE DE FRANCE EN REPUBLIQUE UNIE DE TANZANIE.
  • LARGE DIFFUSION.

 

 

 

Le Président de l’ACARCT

 

 

 

Eddy KPAREKOUTI

 
 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com