Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 15:51

 

 

 

http://www.afrik.com/  SAMEDI 19 SEPTEMBRE 2015 / PAR ADRIEN SEYES

 

Transition en Centrafrique : les événements de Ouagadougou donnent à réfléchir à Bangui... Enlisées dans une longue transition les deux capitales ne courent-elles pas les mêmes risques ? Il est temps de se souvenir qu’une transition est par définition temporaire...

 

Alors que ces dernières semaines à Bangui, certaines personnalités politiques évoquaient l’hypothèse d’un glissement du calendrier électoral, voire d’une éventuelle troisième transition, les événements en cours au Burkina Faso semblent ramener les acteurs politiques centrafricains à plus de raison.

 

« Cette transition traîne en longueur. Ça n’est pas bonne chose. La situation sécuritaire s’améliore mais l’économie est toujours à l’arrêt  », déplore Etienne, chauffeur de taxi à Bangui. Un point de vue qui reflète un sentiment assez largement répandu dans la capitale centrafricaine, lasse d’une transition qui semble s’éterniser. « Il nous faut élire nos dirigeants pour redresser le pays. Allons donc aux élections. À quoi cela sert-il de repousser encore l’échéance ? », se demande Antoine, son passager, visiblement excédé.

 

Certes, les propos de certains dirigeants centrafricains se veulent rassurants à ce sujet. Selon Clément Anicet Guiyama-Massogo, ministre conseiller à la Présidence centrafricaine, « ce qui importe pour la cheffe de l’État, c’est de tenir les élections avant la fin de l’année pour doter le pays de nouvelles autorités démocratiquement élues  ». Une position partagée par plusieurs membres du Gouvernement, à l’instar de Sébastien Wénézoui, le ministre de l’Environnement, et soutenue par le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies, Hervé Ladsous. « Nous sommes clairement dans la dernière ligne droite. Ces élections doivent se tenir à bonne date, avant la fin de l’année », a-t-il rappelé avec fermeté, le 8 septembre dernier.

 

Cependant, à Bangui, tous ne l’entendent pas de cette oreille. Ces dernières semaines, certaines personnalités politiques, à l’instar d’Alexandre Ferdinand Nguendet, le Président du Conseil national de Transition (CNT), ont tenté de justifier un nouveau report de la période transitoire, ouverte le 24 mars 2013. La Présidente de la Transition elle-même est accusée, à tort ou à raison, de fournir peu d’efforts pour respecter le calendrier.

 

Mais la donne est en passe de changer. Les événements en cours à Ouagadougou semblent peu à peu ramener à plus de raison les acteurs politiques centrafricains. « Au Burkina, la période de Transition a été trop longue. Si sa durée avait été plus courte, le coup d’État aurait été évité. En outre, cette durée excessive a amené les Autorités de la Transition à outrepasser leur mandat. Elles se sont emparées de dossiers qui auraient dû être normalement gérés par une autorité politique légitimée par les urnes », décrypte un ministre d’un pays voisin. Or, conclut-il, « ces deux ingrédients sont présents en germe dans le cas de la Centrafrique. »

 

Du coup, la communauté internationale (africaine y compris) accroit la pression sur Bangui. Exit une troisième transition. Exit également un glissement important du calendrier électoral. Ces hypothèses, un temps évoquées, ne sont plus à l’ordre du jour. «  Deux scénarios se dessinent aujourd’hui  », indique une source diplomatique. «  Dans le premier cas, le 1er tour de l’élection présidentielle se déroulerait mi-novembre et le 2nd courant décembre. Dans le second cas, le 1er tour de l’élection aurait lieu durant les quinze premiers jours décembre, le second tour mi-janvier au plus tard. » Dans tous les cas de figure, le referendum constitutionnel se tiendrait, lui, entre la fin octobre et la mi-novembre.

 

Ainsi, peu ou prou, le calendrier révisé en mai dernier serait « bon an mal an respecté, à quelques jours près », précise la même source. Un élément accrédite cette thèse. Catherine Samba Panza, la Présidente de la Transition, aurait, il y a quelques jours, « demandé » à l’Agence Nationale des Élections (ANE) de procéder à la révision du calendrier électoral en tenant compte – point important – de la date de la fin de la Transition, prévue à la fin du mois de décembre 2015. Le nouveau chronogramme devrait être rendu public dans une dizaine de jours.

 

La situation sécuritaire allant en s’améliorant dans une large partie du pays, le recensement du corps électoral se poursuit au pas de charge. À date, plus d’1,4 million de Centrafricains auraient été recensés. À ce rythme, le chiffre définitif pourrait ne pas être si éloigné de celui de 2011, date de la dernière élection présidentielle. 1,9 million d’électeurs avaient alors été enrôlés sur les listes électorales.

 

Lu pour vous : Centrafrique, Transition : Ouagadougou fait réfléchir Bangui...

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com