Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 02:12

 

 

 

PARIS, 24/03/201516:13 (Reuters) - La présidente de transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, a émis des réserves mardi sur l'adoption éventuelle de mesures d'amnistie dans le cadre du processus de réconciliation deux ans après le coup d'Etat de la Séléka. 

 

    Les exactions commises par cette mouvance rebelle à majorité musulmane contre la population chrétienne ont provoqué une réplique des anti-balaka, des miliciens chrétiens qui se sont mis à traquer la communauté musulmane. 

 

    Plusieurs milliers de personnes ont été tuées et près d'un million ont été déplacées. 

 

    "A chaque processus de réconciliation, nous avons toujours commencé par prendre des mesures d'amnistie générale", souligne Catherine Samba-Panza dans une interview à RFI. "Cela fait vingt ans que le cycle de violence ne s'est pas arrêté". 

 

    "Ce sont des initiatives, en fait, qui ne payent pas, mais, par contre, qui frustrent les victimes", estime-t-elle. "C'est vrai, nous voulons aller vers le dialogue, nous voulons aller vers la réconciliation, mais pas au prix de l'impunité."

 

    La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé fin septembre avoir ouvert une enquête sur les crimes commis par les milices armées depuis août 2012. 

 

    En février, une vingtaine d'ONG ont appelé le Parlement centrafricain à adopter le projet de loi créant une Cour pénale spéciale - réunissant des magistrats centrafricains et internationaux - chargée d'enquêter et de juger les crimes commis depuis 2012 dans le pays. 

 

 (Marine Pennetier, édité par Sophie Louet)

La présidente de la RCA réservée sur des mesures d'amnistie

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com