Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 01:19

 

 

 

 

 

 

par RFI 18-05-2014 à 10:26

 

La réconciliation nationale est l’un des grands enjeux des mois à venir en Centrafrique. La communauté musulmane parviendra-t-elle à retrouver une place dans le pays ? Dans l’Ouest, à Bouar, où ont pu se rendre nos envoyés spéciaux, la confiance se rétablit lentement. La présence des forces internationales permet aux musulmans qui sont restés de retrouver leurs habitudes dans leur quartier et, très lentement, de recommencer à circuler dans le reste de la ville.

 

La jeep de Sangaris traverse les pistes défoncées de Bouar et prend la direction du quartier Haoussa, le refuge des musulmans. Selon le colonel Damien Wallaert, qui commande les éléments de la force française dans l’ouest de la Centrafrique, les allées et venues commencent tout doucement à reprendre entre le quartier et le reste de la ville. « Pour l’instant, ils restaient dans ce quartier, dont ils commencent à sortir pour aller notamment sur la place du Marché qui est la place où tout se passe. Ils osent le faire de plus en plus », a constaté l'officier.

 

Pour Adamou Djingui Bi Babo, le président de la communauté musulmane de Bouar, il reste cependant encore difficile de sortir du quartier : « Avec Sangaris et la Misca, on se promène mais on ne va pas loin. »

 

La nuit, source d'angoisses

 

Signe d’espoir, les 1 500 musulmans qui vivent toujours à Bouar ne mettent pas en cause les populations chrétiennes dans la persistance de l’insécurité. « Les relations sont quand même bonnes, affirme ainsi Ahmadou Ahaidjo, chef du quartier Haoussa 2. Aucun musulman n’a tué de chrétien et les chrétiens n’ont pas non plus tué de musulmans. Le problème, c’est la nuit, les agresseurs. Ce sont des voyous qui font ça. »

 

Plusieurs milliers de musulmans qui vivaient jadis à Bouar attendent toujours de l’autre côté de la frontière au Cameroun, le signal du retour. « Si la sécurité est rétablie, les gens vont revenir », garantit un notable.

RCA: à Bouar, la confiance retrouve peu à peu sa place

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com