Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

31 mai 2014 6 31 /05 /mai /2014 12:33

 

 

 

 

 

 

Ce n'est pas faire de « l'anti sambaïsme primaire » lorsqu'on dénonce l'amateurisme aux allures cyniques de l'actuel exécutif. En effet, dans un pays en crise où devenir ministre est l'objectif principal de tous ceux qui nous ont pris en otage, on n'annonce pas un remaniement gouvernemental des jours en avance. La logique aurait voulu des consultations en coulisse si nécessaire et que les décisions soient rendues publiques plus tard. 


Jugez par vous même :


1. le 06 mai 2014, Samba Panza annonce un réaménagement du gouvernement pour qu'il soit plus représentatif. Une dizaine de jours plus tard, son 1er ministre annonce l'imminence d'un gouvernement « prefectocratique », une nouvelle « centrafricanerie » ;


2. 8 mai, les anges de la mort de la seleka se réunissent en conclave à Ndélé ;


3. 12 mai, congrès des antibalakas suivi de la guerre de leadership entre Ngaïssona et Wenezouï ;


4. 17 mai, la Seleka nomme une administration parallèle et l'installe à Bambari (chantage à la partition) suivi de la guerre de leadership entre Dhaffane et Hissen avec en toile de fond, la traditionnelle opposition entre Rounga et Goula ;


5. 18 mai, le ministre français de la défense Le Drian se rend à Bangui pour faire la médiation entre Samba Panza et Idriss Deby Itno qui exige que le premier ministre soit obligatoirement un musulman ;


6. 22 mai, Samba Panza se rend au NYFA à Libreville où un mini sommet la réunit avec Ali Bongo et Laurent Fabius, sujet du conclave : l'arbitrage gouvernemental ;


7. 23 mai, l'UDECA de Faustin Zameto intègre l'AFDT ;


8. 24 mai, les anciens bras droit du Président Bozizé, Elie Doté et Zingas créent « Kelemba PDS » le 62ème parti politique né sur les bords de l'Oubangui ;


9. 26 mai, trois jeunes musulmans sont sauvagement tués à Bangui ;


10. 28 mai , Samba Panza se rend à Brazzaville pour voir avec Sassou les derniers arbitrages à propos du gouvernement qui passerait de 20 à 25 membres... et toujours le 28 c'est à dire à quelques heures de la publication de ce gouvernement prefectocratique, la chapelle Notre Dame de Fatima est prise d'assaut, une vingtaine de morts, plus de 30 otages et autant de blessés.


11. 29 mai, le Premier Ministre accuse et parle de complot dont certains conjurés seraient ses proches ainsi que ceux de la Cheffe de l’État de Transition.


12. 30 mai, comme réponse, Samba Panza décrète 3 jours de deuil national.

 

L’élément déclencheur de cette nouvelle tragédie est le discours du 06 mai car il a autorisé tous les chantages :


-la Seleka ou son « donner moi la primature, la défense, les mines et l'intérieur » c'est à dire la libanisation du pays ou je le divise en deux ;


-Ngaïssona et son opération « vous voyez, je rends au procureur les biens que je détiens injustement... »


-Dhaffane et son : « ce sont les accords de N’Djamena ou rien »


-Léopold Bara et son fameux congrès Antibalaka de Boeing
- etc

 

Pour ne pas avoir su comment se gère un remaniement gouvernemental, la Cheffe de l’État transitoire et son Premier Ministre sont à l'origine du présent chaos. En annonçant tambour battant leur gouvernement « prefectocratique », ils ont paralysé l'administration, les initiatives et libéré les ambitions démesurées qui sont à l'origine du présent chaos. Une certaine presse faisait récemment écho du fait que certains ministres étaient aux abonnés absents depuis le 06 mai.

 

Le déni de réalité de l'actuel exécutif transparaît clairement dans le discours de la Cheffe de l’État Transitoire de ce jour 30.05.14 et les accusations du Premier Ministre du 29.05.14 : le summum de l'amateurisme pendant ce temps, le pays et le peuple sont abandonnés.

 

Gouverner un pays en crise n'est pas une classe d'apprentissage.

 

Clément De Boutet-M'bamba

 

AMATEURISME ET DÉNI DE RÉALITÉ = BANGUI EN FEU par Clément De Boutet-M'bamba

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com