Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 12:31

 

 

 

 

 

 

http://tempsreel.nouvelobs.com   09-12-2013 à 09h25 - Mis à jour à 10h25

 

Paris (AFP) - En moins de 48 heures la France a déployé en Centrafrique des troupes aguerries, rodées aux crises africaines, qui dès lundi commenceront à désarmer les milices qui ont plongé le pays dans la terreur et reprendre le contrôle du terrain.

 

A compter de lundi "la période d'impunité est terminée, on entre dans une phase où on pose les armes. Tout le monde pose les armes", a insisté le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

 

Un millier de soldats français ont rejoint durant le week-end le 600 déjà sur place. Le gros des unités mobilisées appartient à la 11e brigade parachutiste habituée des situations d'urgence. Des hommes de l'infanterie de marine avec une longue expérience de l'Afrique. Une force très mobile, équipée de blindés légers, type VAB et VBL, dotés de mitrailleuses lourdes ou de canons de 20 mm, qui ont pris position dans plusieurs villes du pays.

 

A peine sur place, les paras vont devoir entamer leur bras de fer avec des groupes armés disparates, des miliciens aux uniformes dépareillés, qui terrorisent la population depuis des mois.

 

L'objectif est de les désarmer au plus vite pour faire cesser les exactions. "Quels que soient les groupes armés, dès lors qu'il y aura une hostilité à notre encontre ou contre la population, ils seront considérés comme hostiles, à l'instant même", résume le porte-parole de l'état-major des armées, le colonel Gilles Jaron.

 

En clair, soit les ex-rebelles de la Séléka et les miliciens de tous bords se soumettent, soit les militaires utiliseront leur puissance de feu. Montrer sa force pour faire plier l'adversaire. En attendant, les soldats français et les groupes armés se croisent et se jaugent dans les rues de Bangui, où les unités françaises ont renforcé leurs patrouilles.

 

Les Français devront agir dans un pays en pleine anarchie. En milieu urbain, propice aux embuscades, comme dans l'est du pays, où les villageois se sont réfugiés par milliers dans la brousse pour échapper aux massacres. "Sur le plan tactique nos soldats savent faire. Il va falloir s'interposer, repérer les endroits où les milices frappent, les raisonner ou les neutraliser", souligne Pascal Le Pautremat, spécialiste des questions de défense.

 

Aller au contact des groupes armés

 

L'opération a été préparée de longue date et les services français ont une connaissance approfondie du pays, de ses réseaux et de ses composantes. Les paras peuvent également compter sur la coopération d'une grande partie de la population lassée des tueries, qui les a accueillis en sauveurs.

 

Après avoir établi des points d'appui, à Bangui, Bouar ou Bossangoa (est), les militaires français vont rayonner pour étendre peu à peu leur contrôle aux zones alentours. Comme ils le font depuis des mois au Mali.

 

Hérité d'un siècle de colonisation et des conflits post-coloniaux, le savoir-faire africain des militaires français, c'est aussi "aller au contact". Au contact de la population et des responsables locaux, pour s'appuyer sur les liens familiaux, religieux ou communautaires. Au contact aussi des groupes armés pour établir un rapport de forces. "On enverra des commandos de marine pour leur faire comprendre qu'il faut qu'ils arrêtent sinon on utilisera la force. Il y a un vrai savoir-faire psychologique", note Pascal Le Pautremat.

 

La guerre des nerfs a également commencé dans le ciel, avec le passage quotidien au-dessus de Bangui ou de Bossangoa de patrouilles d'avions Rafale venus du Tchad, pour dissuader l'adversaire. Et la force française dispose déjà dans la capitale de huit hélicoptères (2 Fennec, 4 Puma, 2 Gazelle), qui ont montré leur efficacité lors des combats en Libye.

 

En face, les miliciens disposent de beaucoup d'armement léger, de fusils d'assaut, de mitrailleuses fixées à l'arrière de pick-up, ou de lance-roquettes type RPG. Et leur capacité de nuisance reste intacte.

En Centrafrique la France déploie des troupes de choc

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com