Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 01:38

 

 

REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

Unité-dignité-travail

 

 Lettre d’un étudiant Centrafricain résidant au Maroc

          

 

 A son Excellence Monsieur le Président de la République 

 

Objet : Réaction face à la situation dans mon pays

 

Monsieur le Président,

 

Je vous écris ce jour depuis le Maroc ou j’étudie pour me prononcer sur la situation dans laquelle notre pays est plongé en ce moment.

 

Certes je ne suis pas un politicien ni une personnalité mais un simple étudiant centrafricain qui s’inquiète pour l’avenir de son pays.

 

Monsieur le Président, le peuple centrafricain a tant souffert depuis l’indépendance de notre pays jusqu’à ce jour en passant sous des régimes totalitaires, tribaux, portés vers l’intérêt personnel.

 

Nous avons aujourd’hui hérité d’une RCA meurtrie, d’un pays dévasté, de conditions de vie lamentables, à cause de l’irresponsabilité de vous nos pères, qui n’avez pas su mettre de coté vos différends pour agir dans un sens commun pour le développement de notre pays.

 

Depuis votre prise de pouvoir par la force, le 24 Mars 2013, vous déclariez « être venu pour le peuple centrafricain ».

 

Aujourdhui, vous êtes élu président de la Republique, pourquoi une telle violence sur le peuple pour lequel, vous avez fait le coup d’Etat ?

 

Les faits : Les femmes et filles sont violées, les biens de l’’Etat et privés sont pillés, les armes lourdes sont utilisés par les éléments de la SELEKA sur la population.

 

Ces violences ont provoqués des déplacements massifs du peuple vers des terres étrangères

 

Certains centrafricains et leurs parents sont traqués car  ils se sont exprimés, mais est-ce  ce que vous disiez lorsque vous preniez le pouvoir ? (Pas de chasse à la sorcière)

 

Je vous appelle à revoir votre politique, car la façon à laquelle vous commencer de gérer les affaires de l’Etat nous fait peur et nous laisse penser que l’avenir de la RCA sera plus désastreux que ce que nous avons  hérité.

 

Pour vous permettre de mener à bien cette transition dont la durée ne pourra excéder 18 mois, voici quelques propositions que je peux apporter :

 

1-Demander l’envoi des casques bleu de l’ONU pour superviser le travail de désarmement et de cantonnement que les éléments de la FOMAC  devront effectuer

 

2-Lancer le cantonnement des éléments de SELEKA et réorganiser les forces armées centrafricaines qui sont habilitées à défendre la population. Cette armée pourra comprendre les éléments de la seleka en âge de s’engager, les loyalistes ainsi que de nouveaux recrus.

 

3-Constituer une caisse de fonds pour dédommager les personnes qui ont été victimes de pillages, et  les familles des personnes décédées dans les exactions de ces derniers jours sur tout le territoire

 

4-Prendre en charge les victimes de viols et les blessés

 

5-Organiser  une funérailles d’unité pour rendre hommage à tous les centrafricains ayant perdu la vie dans ces violences.

 

6-Organiser le retour et la protection de tous les exilés centrafricains qui voudraient revenir dans leur pays.

 

7-En plus de l’effort de sécurité que vous vous êtes fixé comme objectif pour cette période de transition, veillez également respecter le délai  des 18 mois de transition afin de redonner le pouvoir au peuple d’élire son représentant légal d’une manière démocratique.

 

Son excellence, la paix et l’unité ne pourront aussi être effective en RCA que si vous adoptez un comportement laïc comme vous le dites si bien.

 

Le favoritisme des musulmans ne pourra créer que des tensions sociales. Je vous suggère donc de tout faire par bonne volonté et de considérer tous les centrafricains sur le même point d’égalité.

 

Sur ce, Monsieur le Président, je me tais pour vous laisser vous occuper de la lourde tache qui est à la votre.

 

Veillez agréer l’expression de mes profonds respects.

 

 

                                          Fait à Fès, le 16 Avril 2013

 

                    Nicolas EKA, étudiant Centrafricain en management au Maroc.

 

 

Un étudiant centrafricain au Maroc écrit au Président Michel Djotodia

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com