Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 juillet 2013 2 30 /07 /juillet /2013 16:11

 

 

 

 

 

 

            Avec la prudence emprunte de peur qui le caractérise et subséquemment l’optimisme surréaliste dont il fait preuve  en vue d’éviter toute dénonciation frontale de SELEKA (qui semble se muer en « FORCES NOUVELLES », et s’assurer d’être candidat à la prochaine élection présidentielle, un important dirigeant politique de notre pays, sur lequel le peuple est en droit de compter pour contribuer à la dénonciation des exactions de SELEKA ne cesse de clamer, principalement depuis l’Etranger, que la Transition doit réussir, que les gendarmes et les policiers ont été déployés sur toute l’étendue du territoire national pour y ramener la paix et la sécurité, lesquelles règneraient déjà à Bangui depuis quelques semaines.

 

            Au lieu de doigter clairement ceux qui assassinent la paix et la sécurité et de proposer les moyens de les mettre hors d’état de nuire afin que soient instaurées la paix et la sécurité, il préfère s’en remettre à une future et hypothétique « feuille de route » qu’il suggère au Gouvernement d’élaborer après la promulgation de la charte de la Transition. Qui lui a garanti que le Gouvernement élaborera un tel document ? Et si le Gouvernement ne le faisait pas ?

 

            Le rôle des partis politiques de l’opposition n’est – il pas précisément de proposer des solutions alternatives, d’y faire adhérer le peuple et de gagner les élections pour faire jouer l’alternance qui est le principe moteur de toute démocratie ? Il est vrai que, fidèles à notre objectif majeur qui est de pulvériser les paradoxes et les records négatifs, depuis l’invasion du pays par les hordes de SELEKA, nous sommes, avec Cuba et la Corée du Nord, les seuls pays au monde où il n’y a pas d’opposition légalement constituée.

 

            Il est à souhaiter que ce grand patriote rompe avec la langue de bois. Les derniers massacres de Gbadalaou à Mobaye (27 morts le 14 Juillet 2013) et de l’Ouham – Bac (14 morts le 27 Juillet 2013) devraient l’y déterminer.

 

            D’autres grands dirigeants politiques psalmodient le même vœu pieux de retour de la paix et de la sécurité, sans proposer des solutions de mise hors d’état de nuire des fauteurs de mort, de viols, d’esclavage et de pillages, pour tout dire, des assassins de la paix et de la sécurité.

 

            En réalité, la Transition fonce droit dans le mur comme un véhicule sans freins.

 

  1. Des causes subjectives de l’échec de la Transition

 

  1. Du début de la Transition

 

            Du reste, si l’on se fie aux termes de l’article 102 alinéa 3 de la Charte de la Transition, nous aurions vécu jusqu’au 18 Juillet 2013 hors Transition, puisque celle-ci n’aurait pas débuté avant cette date, qui est celle du décret n° 13-270 portant promulgation de la Charte Constitutionnelle de Transition. En effet, cet article dispose que « LA PERIODE DE TRANSITION DEBUTE APRES L’ENTREE EN VIGUEUR DE LA PRESENTE CHARTE CONSTITUTIONNELLE ». La période de transition allant du 26 Mars 2013, date des Actes constitutionnels, au 18 Juillet 2013, date de promulgation de la Charte de la Transition, a donc été rétroactivement gommée en tant que période de Transition.

 

            Pour donner un semblant de base juridique à ce tour de passe – passe digne des meilleurs prestidigitateurs, le CNT a abrogé l’arrêté n° 007 du 30 Avril 2013 du Premier Ministre qui l’avait créé et, renaissant de ses cendres comme le phénix, s’est auto-recréé par la Charte constitutionnelle de Transition.

 

            Il en résulte que, paradoxalement, les Gouvernements TIANGAYE 1 et 2, officiellement dénommés gouvernements de Transition, dirigés par le Bâtonnier Nicolas TIANGAYE, officiellement dénommé Premier Ministre de Transition et formés par Michel AMNDROKO NON DJOTODIA, officiellement dénommé Président de Transition, ainsi que Monsieur Alexandre NGUENDE, officiellement dénommé Président du Conseil National de Transition, n’auraient jamais été des institutions de la Transition et auraient exercé jusqu’au 18 Juillet 2013 avec de fausses qualités. Beau record négatif mondial en matière de paradoxes et admirable bonus de près de 4 mois pour la durée de la Transition !

 

            Le CNT aurait voulu s’auto-traiter et traiter les autres institutions de la Transition d’escrocs politiques par prise de fausses qualités comme en dispose l’article 175 du Code Pénal qu’il n’aurait pas agi autrement.

 

  1. De la fin de la Transition et de l’inéligibilité de ses Autorités

 

            S’agissant de la fin de la Transition et malgré le bonus que s’est auto-attribué le Conseil National de Transition, il ne faut pas rêver. A l’expiration des 18 mois, quelle que soit la date à partir de laquelle on procèdera à la computation de ce délai, rien ou presque rien n’aura été fait. Le Conseil National de Transition le sait si pertinemment qu’il l’a implicitement reconnu dans l’article 102 alinéas 1 et 2 qui disposent :

 

« La durée de la Transition est de dix huit (18) mois, portée à vingt quatre (24) mois SUR AVIS CONFORME DU MEDIATEUR ».

 

            « En cas de nécessité, LA DUREE DE LA TRANSITION PEUT ETRE EXAMINEE PAR LA CONFERENCE DES CHEFS D’ETAT ET DE GOUVERNEMENTS DE LA CEEAC sur proposition conjointe et motivée du Chef de l’Etat de la Transition, du Premier Ministre et du Président du Conseil National de Transition ».

 

            Il s’ensuit qu’il dépendra donc, non pas de nous-mêmes, mais du Médiateur ou de la Conférence des Chefs d’Etat de la CEEAC de décider « souverainement » s’il y a lieu ou non de proroger la durée de la Transition. C’est tout naturel et pour nous un sujet de légitime fierté. Le Président Michel AM NONDROKO DJOTODIA n’a – t – il pas publiquement déclaré que « nous sommes un pays sous tutelle », de sorte que, nos suzerains nous ayant verbalement interdit de renouveler le Bureau du CNT après la création de trente (30) nouveaux conseillers nationaux qu’ils nous avaient imposés, en tant que vassaux, nous ne pouvons que nous coucher devant leur décision insusceptible de tout recours ?

 

            Rappelons qu’outre la création de trente nouveaux conseillers nationaux, l’élection des membres du Bureau actuel du CNT n’avait été qu’une mascarade orchestrée sans détermination préalable des conditions d’éligibilité et des modalités du scrutin, à seule fin de remercier les actuels Président et Vice – Présidente d’avoir organisé une marche enturbannée de youyous en soutien à SELEKA qui venait juste de prendre le Pouvoir à Bangui, sans considération pour les nombreux massacres, viols et pillages perpétrés en provinces, pendant que SELEKA perpétrait des meurtres, viols et pillages à Bangui et avant que SELEKA n’ait posé le moindre acte positif pouvant justifier une marche de soutien.

 

            Il y a lieu de relever à ce propos que les Présidents des Républiques de la CEEAC ne sont pas les « homologues » du Président DJOTODIA comme il les appelle, puisqu’il n’est pas « Président de la République » comme eux ; ils lui ont imposé le titre au rabais de « Président de l’Etat de Transition », sorte de sous-catégorie de la Fonction de Président de la République. C’est ce qui justifie qu’ils l’aient mis « sous tutelle » comme il le reconnaît et qu’ils lui dictent leurs lois.

 

            Point n’est besoin d’être devin pour prédire que, bien évidemment, les membres du Bureau du Conseil National de Transition et du gouvernement, ainsi que le Président DJOTODIA supplieront leurs suzerains de proroger la durée de la Transition le moment venu, ne serait-ce que parcequ’ à l’issue de la Transition ils seront politiquement au chômage, conformément aux dispositions de l’article 101 de la Charte de la Transition, « (le) Chef de l’Etat de la Transition, (le) Premier Ministre de Transition, (les) membres du Bureau du Conseil National de Transition, (seront inéligibles) aux élections présidentielles et législatives organisées durant la Transition ».

 

  1. De la vaine tentative d’abrogation de l’inéligibilité

 

            La proposition de modification de cette disposition faite par le Président du CNT n’a recueilli que 30 voix, grâce à la ténacité des Conseillers nationaux patriotes. C’est en vain que, sous des prétextes fumeux, le Président du CNT a fait refaire le vote deux fois de plus. C’est également en vain que, pour intimider et berner les Conseillers nationaux, la Vice-présidente du CNT a prétendu qu’au sommet de Ndjamena, elle avait contesté cette disposition et obtenu des Chefs d’Etat que cette question soit laissée à l’appréciation des Centrafricains. Un Conseiller National patriote qui était à Ndjamena l’a démentie sur le champ, ajoutant, cerise sur gâteau, qu’elle n’était même pas dans la salle quand les Chefs d’Etat débattaient de la question. Eût – elle été dans la salle qu’elle n’eût pas eu voix au chapitre devant des Chefs d’Etat, n’ayant été par ailleurs à Ndjamena qu’en qualité de simple observatrice.

 

            Ainsi, après la Transition, le Président de Transition, le Premier Ministre de Transition, les membres du Gouvernement, les membres du Bureau du CNT, ne seront ni Président de la République, ni Premier Ministre, ni Ministres, ni Députés. Ceux d’entre eux qui nourrissaient des ambitions pour ces fonctions n’ont plus qu’à avaler leurs chapeaux. S’y – attendaient – ils ?

 

            Ils ont en tout cas un intérêt subjectif à la prorogation, et donc à l’échec de la Transition.

 

            De leur côté, les critiques professionnels auto - proclamés donneurs de leçons doivent savoir que les patriotes ne se sont pas « fourvoyés avec DJOTODIA » mais qu’ils luttent et remportent des victoires d’étapes, préludes de la victoire pacifique finale.

 

  1. Des causes objectives de l’échec de la Transition

 

2-1.  Du pilotage à vue dans le brouillard

 

            Indépendamment des intérêts personnels des Autorités de la Transition, celle-ci est vouée à l’échec pour diverses causes objectives.

 

            Le Président de la Transition n’a d’autorité, si l’on peut dire, que sur ceux des éléments SELEKA membres de son groupe, de sorte qu’il ne peut donner d’ordres aux autres membres. Comme il l’a avoué lui-même, il n’avait recruté « que » cinq mille (5000) rebelles, et il se retrouve avec vingt mille (20.000), soit quinze mille auto – enrôlés. Loin de tirer les leçons de ce trop plein et en dépit du bon sens, il enrôle de nouvelles recrues qu’on voit en grappes sillonner la ville au pas de charge en vociférant des chansons obscènes.

 

            A part le seul Conseil des Ministres tenu après la nomination des membres du premier Gouvernement de Transition qu’il a présidé, le Président de la Transition n’a plus présidé aucun autre conseil des Ministres. Il n’est dès lors pas surprenant qu’aucun compte rendu de réunion d’un Conseil des Ministres n’ait jamais été publié, pour permettre au Peuple de savoir ce que fait son gouvernement en général, et sa stratégie pour sortir de la crise en particulier. Le Président DJOTODIA AM NON DROKO PILOTE DONC A VUE, SANS BOUSSOLE, DANS LE BROUILLARD, SUR UNE MER EN FURIE. Comment peut –il réussir ?

 

2-2. Des nominations cadeaux

 

            Le Président de la Transition procède à des nominations de Ministres et à des nominations massives de personnalités politiques et de hauts fonctionnaires sans consultation du Premier Ministre, qui gagnerait en surplus d’autorité et de crédibilité en protestant publiquement, sans se préoccuper de savoir avec quels fonds il paiera les heureux bénéficiaires, alors qu’à part sa sacoche pleine de liasses de billets de deux cents (200) dollars venus d’on ne sait où et par on ne sait quels  circuits, les caisses du Trésor sont dramatiquement vides. C’est de notoriété publique.

            Ces nominations ont pour but de faire des cadeaux aux « généraux » et « colonels » auto – proclamés de SELEKA et aux coreligionnaires du Président, sans considération de compétence. A titre d’exemples, était – il judicieux de remplacer le Ministre Théodore JOUSSO, expert international en matière de transports aériens et disposant d’un épais carnet d’adresses par un magistrat, quoique celui-ci soit compétent dans son domaine ? Etait – il judicieux de nommer Ministres certains éléments SELEKA qui ne savent pas parler le français, notre deuxième langue officielle ?

 

2-3. De la destruction de l’Etat et de la généralisation des exactions.

 

            Contrairement à ses prédécesseurs qui avaient perpétré leurs Coups d’Etat en ne se concentrant que sur la capitale et en laissant intact l’appareil d’Etat qui s’était automatiquement mis à leur service sur toute l’étendue du territoire et en limitant le nombre de morts, le Président de la Transition a systématiquement, totalement et intentionnellement détruit l’appareil d’Etat, le faible tissu économique, la capitale, les provinces, fait des centaines de morts et institutionnalisé les viols et les pillages.

 

            Contrairement à ses prédécesseurs, il a divisé le territoire national en seigneuries et a confié les Préfectures à des « généraux » et des « colonels » tchadiens qui y font régner la terreur et qui perçoivent les divers impôts et taxes pour leurs comptes personnels. Imagine – t – on des Centrafricains gouvernant des Préfectures au Tchad, y percevant les impôts pour leurs propres comptes, y faisant régner la terreur et s’adressant aux populations tchadiennes en sango, officiellement ?

 

            Les tueurs, violeurs et pilleurs de SELEKA ne sèment pas la terreur seulement dans les centres des Sou s- Préfectures, mais ils vont également de village en village tuer massivement.

 

2-4. De l’islamisation forcée

 

            Afin d’éviter toute interprétation tendancieuse, il y a lieu d’affirmer avec force que tout centrafricain est libre d’adhérer à la religion de son choix, que ce soit l’islam, la chrétienté, le judaïsme ou toute autre religion ; il ne doit en aucun cas y être forcé, que ce soit physiquement ou moralement.

 

            Avant l’invasion du pays par les hordes de SELEKA, l’islamisation était morale et rampante ; elle se manifestait de plusieurs manières : obligation de se convertir à l’islam pour obtenir un emploi dans les écoles, collèges et institutions créés sur fonds provenant des pays du golfe ; obligation de se convertir à l’islam pour épouser un musulman ou une musulmane, alors que le Coran ne ferait cette obligation qu’aux femmes, à l’exclusion des hommes.

 

            Après l’invasion du pays par les hordes de SELEKA, l’islamisation morale s’est poursuivie secrètement. C’est ainsi que les nombreux jeunes chrétiens qui ont gonflé les rangs de SELEKA pour porter – provisoirement – le nombre de ses membres de cinq mille (5000) à vingt mille (20000) ont été obligés de se convertir à l’islam et de porter au cou le chapelet islamique.

 

            L’islamisation est ensuite devenue ouverte, physique, forcée et pour ainsi dire « légale » avec la décision des Seigneurs de guerre et de tueries de la Nana Mambéré et de la Nana Gribizi d’interdire l’élevage, la détention et la consommation des porcs ainsi que de la viande boucanée. Joignant le geste à la parole, ces Seigneurs de guerre et de tueries se sont mis à abattre tous les porcs et à punir leurs propriétaires et consommateurs. En vertu de quoi, sinon de l’islamisation forcée, peut – on se permettre d’interdire aux chrétiens d’élever des porcs et de consommer la viande de porc ainsi que de la viande boucanée ?

 

            Le gouvernement doit urgemment condamner et interdire cette décision anti - chrétienne. Il doit de même, urgemment, interdire l’obligation de se convertir à l’islam pour être employé dans les écoles, institutions et organismes  musulmans créés sur fonds provenant des pays du Golfe.

 

2-4. De l’impossibilité du référendum et des élections

 

            Il résulte de tout ce qui précède que dans l’arrière pays, une bonne partie de la population vit encore en exil ou dans la brousse comme des bêtes sauvages, à la merci des serpents, scorpions, moustiques et autres bêtes malfaisantes, mangeant des fruits sauvages et buvant l’eau sale des mares. Où a – t – on jamais vu çà ? Onze morts à Gobongo, 27 morts au village Gbadalaou à Mobaye le 14 Juillet 2013 dont 20 hommes et 7 femmes et tant d’autres dans d’autres villes dont 14 morts le 27 Juillet 2013 à Ouham – Bac (Bossangoa) ainsi que des dizaines de maisons brûlées dans chaque ville, est-ce normal ? Assassiner à bout portant le gérant d’un bar parcequ’il a joué la chanson « mbeni zo akè gnè ti zo gué », est – il normal ?

 

            Quand bien même les populations reviendraient dans les villes et villages, comment pourrait – on dresser des listes électorales, dès lors que les archives de toutes les mairies, y compris celles de la capitale, ont été systématiquement détruites ?

 

            Dans cette situation de chaos et de manque cruel de moyens financiers, comment prétendre raisonnablement faire adopter une nouvelle constitution par référendum avant d’organiser les élections générales ? Ce n’était pas la Constitution du 27 Décembre 2004 qui était mauvaise, c’était son application. D’ailleurs, la plupart des dispositions de la Charte constitutionnelle de la Transition proviennent mot pour mot de cette constitution. Il serait donc sage de faire modifier certaines dispositions de la Constitution du 27 Décembre 2004 par le CNT et affecter nos maigres ressources au paiement de nos colossales dettes. D’ailleurs il n’est pas sûr que les bailleurs de fonds sans lesquels nous ne pouvons pas organiser un référendum constitutionnel soient disposés à financer le référendum en sus des élections.

 

  1. Des conditions préalables au retour de la paix et de la sécurité ainsi qu’à l’organisation des élections générales

 

3-1. En ce qui concerne les Autorités

 

  • Rapatriement immédiat et inconditionnel de tous les éléments SELEKA étrangers, notamment Tchadiens et Soudanais
  • Dissolution de SELEKA en tant que rébellion armée, SELEKA ayant pris le Pouvoir
  • Restitution immédiate de la gouvernance des Préfectures et Sous – Préfectures aux seuls Préfets et Sous – Préfets, sans SELEKA comme béquilles
  • Expulsions de tous les éléments SELEKA des brigades de gendarmerie et des commissariats de police et restitution des locaux aux seuls gendarmes et policiers, sans les éléments de SELEKA comme béquilles
  • Paiement des éléments SELEKA afin qu’ils n’aient pas besoin de piller pour survivre
  • Expulsion immédiate de tous les éléments SELEKA des bâtiments administratifs et de toutes les maisons des particuliers qu’ils squattent
  • Reversement de tous les éléments SELEKA centrafricains qui le désirent dans les FACA et mesures d’accompagnement au profit de ceux qui désirent regagner la vie civile
  • Poursuites judiciaires contre les auteurs d’assassinats, de viols, de pillages et d’atteintes aux droits de l’homme ainsi que contre leurs commanditaires et complices, car il n’y a pas de paix sans justice.

 

3-2. En ce qui concerne les populations et les patriotes sur le terrain

 

  • Constitution d’une association des ressortissants de chaque sous – Préfecture pour la justice, la paix, la sécurité et le sursaut national, en vue d’identifier les victimes d’assassinats et de meurtres comme l’a demandé le Ministre de la Justice, ainsi que les victimes de viols, de pillages et d’atteintes aux droits de l’homme, sans considération d’appartenance politique, ethnique ou religieuse
  • Constitution de la Fédération des ressortissants de chaque Préfecture
  • Constitution, au niveau national, de la confédération des ressortissants des Préfectures
  • Dénonciation courageuse et systématique de chaque exaction
  • Observation systématique d’au moins un jour de ville morte pour chaque meurtre
  • Appel systématique à la population de la localité concernée pour participer massivement et pacifiquement aux funérailles de chaque victime et transformer ces funérailles en gigantesques manifestations pacifiques
  • Concerts systématiques et pacifiques de casseroles et de sifflets dans chaque localité lorsque les éléments SELEKA viennent tuer ou piller. L’exemple des habitants de Gobongo doit être salué et suivi par toutes les autres localités, de même que l’exemple des habitants de mon quartier lors de la violation armée de mon domicile.

 

3-3. En ce qui concerne les patriotes vivant à l’Etranger :

 

  • Constitution d’associations par localités sans considération d’appartenance politique ou religieuse
  • Constitution d’un organe fédérateur par pays ou groupes de pays lorsque les ressortissants centrafricains ne sont pas en nombre suffisant
  • Vaste et systématique relai des informations vérifiées provenant de la RCA auprès des gouvernants, des institutions internationales et des ONG de défense des droits de l’homme, avec désignation claire des assassins de la paix et de la sécurité. Un médecin ne peut soigner sans diagnostic préalable.
  • Envois d’aide pour diminuer les souffrances du peuple
  • Venues massives à Bangui pendant les vacances autant que faire se peut

 

            Pacifiques, unis, déterminés et courageux, nous vaincrons !

 

Maître ZARAMBAUD Assingambi

Bangui, le 27 Juillet 2013

 

 

TRANSITION : CHRONIQUE D’UN ECHEC ANNONCE par Me ZARAMBAUD Assingambi

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com