Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 02:35

 

 

101010fauves

 

CAN 2012 Eliminatoires  

RFI lundi 11 octobre 2010

 

Par Christophe Carmarans / Safir Jalal

La défaite des Fennecs 2-0 en Centrafrique a été vécue comme un affront en Algérie. La presse locale s’est déchaînée contre l’équipe nationale et d’anciens internationaux ont critiqué les joueurs. A peine arrivé, le sélectionneur Benchikha est prêt à démissionner.

C’était à prévoir après une telle déconfiture, la presse algérienne n’a pas été tendre avec l’équipe nationale, battue 2-0 par la Centrafrique à Bangui lors de la 2e journée des éliminatoires de la CAN 2012. « La Honte » titrait à la une le quotidien Le Temps avant d'ajouter : « l’équipe nationale touche le fond ». Le journal appartenant à l’industriel Ali Haddad, propriétaire de l’USM Alger, donne la parole à l’ex-international Moustapha Kouissi qui déplore le fait que les joueurs aient été méconnaissables. « Certains d’entre eux se permettaient même de marcher sur le terrain » accuse-t-il.

Rolland Courbis contacté ?

El Watan non plus n’y est pas allé avec le dos de la cuillère et déplore l’attitude passive « stupéfiante » des internationaux. Achourouk, le journal arabophone publie la photo d’un Fennec abattu et annonce en titre « La plus faible équipe au monde a battu un Mondialiste ». Liberté abonde dans le même sens tout en reprochant au nouveau sélectionneur, Abdelhak Benchikha, d’avoir reconduit le même groupe que celui dirigé par Rabah Saâdane, démissionnaire il y a cinq semaines après le nul concédé à domicile face à la Tanzanie. Le quotidien sportif Le Buteur enfonce le clou en citant Kaci Saïd, un autre ancien international, qui affirme que des joueurs ont levé le pied volontairement pour écarter leur nouveau coach.

Il est vrai que celui qui annonçait vouloir changer les mentalités et imposer sa discipline, lors de sa première conférence de presse le 15 septembre dernier, essuie un échec retentissant pour son baptême du feu. L’ancien entraîneur des Espoirs et de l’équipe A’ aurait même présenté sa démission au président de la Fédération, Mohamed Raouraoua mais ce dernier lui aurait demandé de réfléchir. Lundi, à Paris, lors d’une émission de télévision, l’entraîneur français Rolland Courbis a pour sa part laissé entendre qu’il avait été contacté par la Fédération algérienne, sans plus entrer dans les détails. 


Aux grands maux, le coup de balai !

Par : Omar Ouali  

Source : Liberte-Algérie.com

Pendant quatre-vingt-dix minutes, les camarades du lamentable Belhadj (il symbolise le naufrage) ont été baladés, malmenés, écrasés puis enfin humiliés par les lutins de la Centrafrique qui n’en revenaient pas d’avoir la partie si facile face à une bande de cabotins, d’invalides comparables à des zombies sans âme et sans orgueil.

Les quarante millions d’Algériens, qui attendaient dimanche un sursaut de nif de la part des Verts, décidément pas mûrs, ont bu devant leur petit écran le calice de l’humiliation jusqu’à la lie. Leur rage et leur frustration, ô combien légitimes, sont à la mesure des espoirs nourris par les déclarations euphorisantes d’avant match de Benchikha et les engagements des joueurs à mouiller leur maillot pour revenir de Bangui avec les trois points de la victoire. Au final, que dalle, sinon la désillusion.
Non seulement on a perdu face à une équipe de Centrafrique classée 172e sur l’échelle Fifa, autant dire inexistante sur la planète foot, mais de quelle manière ! Car il y a des défaites acceptables, honorables. Mais pas celle de Bangui. Pendant quatre-vingt-dix minutes, les camarades du lamentable Belhadj (il symbolise le naufrage) ont été baladés, malmenés, écrasés puis enfin humiliés par les lutins de la Centrafrique qui n’en revenaient d’avoir la partie si facile face à une bande de cabotins, d’invalides comparables à des zombies sans âme et sans orgueil.

Pourtant, après notre qualification en coupe du monde, même si la participation était un gros bide, on croyait que le football algérien avait fini de manger son pain noir, que l’heure était au renouveau, à la renaissance, au retour des Verts sur la scène footballistique internationale. Visiblement, ce n’est qu’une illusion d’optique au point de se dire aujourd’hui est-ce que, objectivement, on avait notre place en Afrique du sud ? Est-ce que notre ticket n’était pas un accident de parcours ?

Mais au-delà de ces questions, qui sont l’expression de notre colère vis-à-vis de joueurs qu’on a aimés, adorés, et sublimés, c’est de se demander de quoi sera fait demain. Et demain, c’est dans cinq mois. Ce sera face au Maroc pour une double confrontation dont la portée ira au-delà du résultat technique. C’est une question de leadership dans la région.

Mais au regard de ce qu’on a vu dimanche et même des sorties précédentes des nôtres, nous avons la faiblesse de penser que les lions de l’Atlas ne feraient qu’une seule petite bouchée des Fennecs. En tout cas, Benchikha, Raouraoua et tous les autres responsables du football national sont avertis et surtout ils ont relativement assez de temps jusqu’au mois de mars pour faire le grand ménage et monter une équipe composée de joueurs qui se battront corps et âme sans se soucier des primes en euros.

 

Après l’humiliante défaite des verts à Bangui

L’heure du grand ménage a sonné

Par  SAMIR LAMARI

Source : Liberte-Algérie.com

C’est cette attitude, à la limite irresponsable, des joueurs retenus par Benchikha qui a laissé perplexes les Algériens.

Le fiasco de Bangui restera, sans doute, gravé dans les annales du football algérien comme l’une des plus faibles prestations des Verts. Il sonne le glas pour une génération de joueurs issue principalement de la communauté algérienne en Europe et qui avait pu qualifier le pays au Mondial 2010. En football, cela s’appelle la fin douloureuse d’un cycle pour une formation en quête de renouveau. Un constat que le nouveau coach des Verts, Abdelhak Benchikha, a dû faire à ses dépens, lui qui a choisi de maintenir sa confiance en un groupe qui avait laissé apparaître des signes d’épuisement depuis quelques mois déjà. À près de six mois du prochain match capital contre le Maroc à Alger, Benchikha est appelé vite à tirer les enseignements de ce terrible échec. La nécessité de revoir la composante des Verts est aujourd’hui une urgence si le coach national veut redonner un nouveau souffle à cette équipe. Certains joueurs donnaient l’impression d’errer sur le terrain, dimanche, à Bangui. Les conditions météorologiques ne peuvent expliquer à elles seules cette attitude passive des joueurs et l’absence de motivation. S’il est vrai que les temps sont beaucoup plus cléments sur le Vieux Continent pour nos pros, cela ne les dédouane pas pour autant de leurs incapacités à mouiller le maillot. D’ailleurs, c’est cette attitude, à la limite irresponsable, des joueurs retenus par Benchikha qui a laissé perplexes les Algériens. Certains n’ont, du reste, pas hésité à parler de complot contre Benchikha qui a tenté de faire régner la discipline au sein d’un groupe beaucoup plus habitué à voir ses caprices assouvis sous le règne de Saâdane. En tout cas, le comportement de certains joueurs, qui ont carrément refusé le combat face à des Centrafricains franchement limités, suscitent des interrogations de plus en plus pressantes dans la rue algérienne. “On dirait des fantômes sur le terrain, ce n’est pas normal ce qui se passe dans cette équipe. Franchement, si on avait voulu offrir la victoire à la Centrafrique, on n’aurait pas fait mieux”, nous dira un citoyen d’Alger.

Complot ?

D’ailleurs, le président de la FAF avait fustigé la réaction des joueurs à la fin du match. Pis, consultant sur la chaîne Al-Jazeera Sports, l’ancien international algérien, Kamel Kaci-Saïd, a accusé carrément les joueurs d’avoir levé le pied pour pousser Benchikha à la sortie. La FAF serait bien inspirée du reste de faire toute la lumière sur cette affaire. Mais, en attendant, il est clair que pour Benchikha, le salut passe par un véritable coup dans la fourmilière dans l’effectif de l’EN. Sans citer de noms, Benchikha sait déjà que certains éléments de l’EN n’ont plus rien à donner à l’équipe. Les Algériens n’ont plus rien à espérer du onze national ; en tout cas, pas dans son ossature actuelle ! Dans la perspective de la qualification à la CAN-2012, il faut se rendre désormais à l’évidence que les Verts se sont largement compliqué la tâche avec cette défaite humiliante en République centrafricaine. Avec un seul point dans l’escarcelle, les Algériens sont devancés par les Marocains et les Centrafricains qui en comptent quatre. Pour espérer refaire leur retard, les coéquipiers de M’bolhi doivent en fait réaliser un véritable sans-faute, c'est-à-dire battre absolument à domicile le Maroc et la Centrafrique et ramener au moins quatre points des deux déplacements au Maroc et en Tanzanie. Certes, mathématiquement, les Verts ont encore des chances, mais d’un point de vue comptable et au vu de la prestation des Algériens dimanche à Bangui, il y a de quoi s’alarmer.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 00:25

 

 

230910fauves.jpg

 

 

Radio Ndéké Luka Lundi, 11 Octobre 2010 15:28

Désormais, les centrafricains y croient. Les Fauves de Bas Oubangui (l’équipe nationale de football), peuvent se qualifier pour la première fois dans l’histoire sportive du pays, à une phase finale de  Coupe d’Afrique de Football. Après deux matches, ils sont classés Première équipe de leur poule.

 

Au lendemain du match contre l’Algérie, battue dimanche 10 octobre à Bangui, par le score sans appel de 2 buts à 0, match dominé presque de bout en bout par les centrafricains,  c’est toujours l’euphorie au sein de l’équipe. Une liesse populaire sans précédente s’était emparée de la ville au coup de sifflet final. Personne ne donnait la RCA favorite devant l’Algérie. Comment une équipe absente des compétitions africaines depuis des années peut-elle prétendre gagner un match face à une autre ayant participé à la dernière phase finale de la Coupe du Monde en Afrique du Sud ? La RCA n’est certes pas le Brésil mais elle a donné une belle gifle à l’Algérie.

 

L’histoire retiendra également que la sélection nationale algérienne, pour sa confrontation face à la RCA à Bangui, a eu le soutien de huit Algériens représentant la communauté en République centrafricaine. Un soutien moral plus qu’autre chose, dans un stade tout acquis à la cause de la sélection des Fauves centrafricains

 

Dans ce groupe D, les Fauves de Bas-Oubangui occupent donc la tête du classement avec 4 points, 1er ex  avec le Maroc.

 

Cependant la 3ème place revient respectivement à la Tanzanie  et à l’Algérie qui totalisent chacune 1 point. La CAN est co-organisée par le Gabon et la Guinée Equatoriale. Lors du troisième tour, les Fauves doivent jouer contre la Tanzanie, un match à leur portée selon les commentateurs sportifs de Radio Ndeke Luka.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 00:28

 

 

101010fauves.jpg

 

 

 

Radio Ndéké Luka Dimanche, 10 Octobre 2010 19:22

 

Eliminatoires de la CAN, 2 buts à 0 en faveur de la RCA face à l’Algérie

 

Les Fauves de la République Centrafricaine ont battu ce 10 octobre 2010 les Fennecs d’Algérie sur le score sans appel  de deux buts zéro au Complexe Sportif Barthélémy Boganda de Bangui, en match comptant pour les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations Gabon - Guinée Equatoriale 2012.

 

D’entrée de jeu de jeu, les Fauves ont prouvé leur bonne organisation technique et tactique dans tous les compartiments, ne laissant aucune occasion à l’équipe algérienne de réagir.

A partir de  la trentième minute de la première partie, les Fauves ont relâché la tension, mais les Algériens n’ont pas pu profiter des occasions qui se sont présentées.

Résultat, les deux formations ont regagné les vestiaires à  la mi-temps, sur le score nul de zéro but partout.

A la reprise, les poulains de Jules Accorsi (Coach centrafricain d’origine française) ont commencé à mettre la pression sur les Fennecs avec une très belle animation offensive.

A la 49ème minute Vianney  Mabidé a exécuté un triple crochet suivi d’une passe en retrait déviée en corner par son adversaire.

A la 54ème minute, une échappée solitaire de Mabidé, épuisé dans sa course, il exécute une frappe maladroite qui a survolé la barre transversale.

A la 65ème minute, Vianney Mabidé va une fois de plus présenter son talent de dribleur. Après avoir travaillé suffisamment son adversaire, il centre une balle du pied gauche, suivi d’une reprise de volée spectaculaire de Foxy   Kéthévouama, mais la balle passe à quelques microns du poteau gauche des buts algériens.

Cinq minutes plus tard,  une frappe de la tête de Foxy est arrêtée nette par le portier algérien.

Après les changements opérés par le staff technique des Fauves, Dopékoulougnen  entre en  jeu en lieu et place de Manga qui jusque-là sombrait dans les approximations.

Ces changements opérés vont porter leurs fruits. A la 80ème minute, Dépékoulougnen qui se trouvait à trente mètres marque le premier but centrafricain sur une belle combinaison à travers le duo Enza-Mabidé.

Les Fauves à mettre alors les bouchées doubles avec des bonnes circulations de ballons et des démarcages bien enchainés.

Résultat  à la 85e minute,  le professionnel Eloge Enza, sociétaire  de Troyes en France, récupère une balle qu’il a contrôlée dans le rang central, après avoir effacé deux de ses adversaires, centre pour Hilaire Momi, le buteur patenté des Fauves qui se trouvait sur le flanc droit du camp algérien.

Ce dernier profite de sa position, tente une frappe tendue en pleine lucarne, donnant ainsi plus de chance de qualification aux Fauves, qui occupent de ce fait la place de leader dans ce groupe D, avec quatre points au compteur, talonné par le Maroc, qui avait fait match nul avec les Fauves.

Selon le capitaine des Fauves de Centrafrique  Eloge Enza, Les Fauves iront  jusqu’au bout, pour une qualification à la phase finale de cette coupe d’Afrique des Nations 2012.

Un supporter algérien présent au stade a apprécié à sa juste valeur la victoire des Fauves, avant de déclarer que l’équipe d’Algérie doit rebondir ailleurs, pour rester dans cette campagne africaine de 2012.

La prochaine rencontre des fauves de Bas-Oubangui les opposera à l’équipe de la Tanzanie qui a été battu par le Maroc 1 but à 0.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 02:59


Foot-balleurs.jpg


Libreville, 18 mars (GABONEWS) – Cinq joueurs du championnat de football centrafricain ont quitté leurs clubs et leur pays en catimini à destination des clubs gabonais, où, usant désormais de faux noms, ils espèrent décrocher des contrats plus juteux, rapporte ce jeudi Radio France internationale (RFI).

 

En effet, ces sportifs des clubs Tempête Mocaf, Stade Centrafricain, entre autres, ont décidé de quitter leur pays, leur Fédération et leurs clubs sans autorisation préalable, succombant ainsi à l’appât de leur recruteur qui leur a présenté une gamme de privilèges, une fois intégrer dans le championnat gabonais, où l’on estime les salaires et autres avantages des footballeurs, plus cossues.

 

Pour échapper à la réglementation en vigueur, les clubs gabonais, recruteurs, ont imposé aux nouveaux joueurs de changer leurs noms afin de passer inaperçus.

De leur côté, les responsables du football en république Centrafrique dénoncent le « recrutement frauduleux » et souhaitent que les clubs gabonais qui ont organisé ces départs puissent revoir cette situation qui nuit au football centrafricain.

 

L’on sait que des clubs gabonais, à l’exemple de Stade Mandji, sont engagés dans des compétitions africaines et les observateurs du football national attendent de voir où se sont tapis ces « émigrés clandestins » et dans quelles équipent évoluent-ils ou évoluent déjà.

 

Quoi qu’il en soit, cette page n’est pas encore tournée au regard de la Fédération centrafricaine et des responsables du football de la Centrafrique qui veulent absolument voir clair dans ce dossier.

Pour l’heure, à Libreville, le silence prévaut autour de cette affaire.

 

GN/10
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 01:47






      Quentin Yapendé dans ses oeuvres





Quentin Yapendé n° 10, ici en 2ème position debout
à gauche , avec ses camarades de l'équipe de France


Pour son premier match de saison, dans la liste dévoilée par le nouveau sélectionneur de l’équipe de France des moins de 16 ans, Patrick Gonfalone, figure un espoir franco-centrafricain, le jeune Quentin Ngakoutou Yapendé  qui joue à AS Monaco. Cette sélection française a affronté le Pays de Galles en ligue de Normandie à deux reprises les 29 septembre et 1er octobre derniers en match amical à Caudebec les Elbeuf et Oissel. Au sein de l’équipe de France, Quentin Ngakoutou Yapendé joue en milieu de terrain. Que tous nos encouragements accompagnent ce jeune qui promet. Bonne chance !

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 23:12




 

APA Bangui 14-09-2009 (Centrafrique) Le Dr. Patrick Ningata Djita a été réélu par acclamation président de la ligue de handball Bangui pour un troisième mandat consécutif de deux ans, à l’issue d’une assemblée générale élective, samedi dernier à Bangui.

 

Le corps électoral était constitué par les présidents et les secrétaires généraux de dix des onze clubs que compte la ligue de Bangui.

Dans une déclaration peu après son élection, le Dr Ningata s’est engagé à diversifier les compétitions.

 

« Les compétitions vont se dérouler dans tous les quartiers disposant d’un terrain de handball, afin de vulgariser ce sport qui attire plus en plus les jeunes », a-t-il expliqué.

Il a souhaité que le gouvernement puisse aider la ligue en construisant des infrastructures dans les arrondissements. La ville de Bangui ne compte que trois terrains de handball.

 

La médaille d’argent remportée par l’équipe nationale masculine junior centrafricaine de handball des « Fauves », lors du challenge Trophy de la zone 4 qui s’est déroulé à Bangui au mois d’avril dernier est pour le moment la meilleure performance du handball centrafricain qui a terminé second de cette compétition, derrière les Diables rouges du Congo.

 

Voici la composition du nouveau bureau de la ligue :

Président : Dr Ptrick Ningata Djita Vice-président : M. Pierrot Doyamé-ngazzih, Secrétaire général : M. Francis Sénouhélé Secrétaire général adjoint : M. Stève Danikepa Trésorier général : M. Adibu Mahamat.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 00:17




 

 

APA-​Tri­po­li 16 août 2009 à 20:45 (Libye) La 25ème édi­tion du Cham­pion­nat d’Afrique des na­tions de bas­ket (hommes) «Afro­bas­ket 2009 », qui s’est ter­mi­née sa­me­di soir à Tri­po­li, en Libye, a per­mis à l’An­go­la se confir­mer sa su­pré­ma­tie et à d’autres na­tions comme la Tu­ni­sie et la Côte d'Ivoire, de faire leur re­tour sur la scène conti­nen­tale.

 

Der­rière l’An­go­la qui vient de rem­por­ter son dixième titre et son sixième consé­cu­tif (1989, 1992, 1993, 1995, 1999, 2001, 2003, 2005, 2007 et 2009), la Côte d’Ivoire et la Tu­ni­sie ont mon­tré du­rant le tour­noi des ar­gu­ments qui peuvent, à l’ave­nir, per­mettre de bous­cu­ler les Pa­lan­cas Ne­gras.

La Côte d’Ivoire, vice cham­pionne, dont les deux sacres conti­nen­taux re­montent à 1981 et 1985, confirme qu'elle de­meure une va­leur sûre du bas­ket­ball afri­cain.

Après un pre­mier et se­cond tours mar­qués par trois vic­toires et trois dé­faites, la Côte d’Ivoire a pu se res­sai­sir en quarts de fi­nale face au Sé­né­gal (84-78).

Grâce à cette per­for­mance, l’équipe ivoi­rienne a fait ou­blier son éli­mi­na­tion en quarts de fi­nale de l’édi­tion de 2007 en Al­gé­rie par le Ca­me­roun (76-56).

Sur les trousses de l’An­go­la, ar­rive la Tu­ni­sie mé­daillée de bronze alors qu'elle ne fi­gu­rait pas dans les pro­nos­tics des ob­ser­va­teurs. Sa meilleure per­for­mance re­mon­tait à 2001 au Maroc où elle était clas­sée qua­trième.

Au­pa­ra­vant, elle n’avait gagné qu’une mé­daille d’ar­gent à do­mi­cile en 1965 et deux de bronze en 1970 en Egypte et en 1974 en Cen­tra­frique.

D’autres équipes ont éga­le­ment pro­gres­sé, no­tam­ment la Cen­tra­frique et le Rwan­da.

Clas­sée sixième, la Cen­tra­frique, deux fois qua­trième (1970-​1972), ne s’est pas im­po­sée de­puis 1987 en Tu­ni­sie après son sacre à do­mi­cile en 1974. A Tri­po­li, elle a fait des pro­grès à prendre en compte lors des pro­chaines édi­tions.

A côté d’elle, on voit ar­ri­ver le Rwan­da, nou­veau venu dans la com­pé­ti­tion, qui a ob­te­nu une neu­vième place mal­gré son manque d’ex­pé­riences. En de­van­çant dans le clas­se­ment gé­né­ral des pays comme l’Egypte, quin­tuple cham­pion d’Afrique, le Rwan­da a fait mieux qu’en 2007 en Al­gé­rie où il était éli­mi­né au pre­mier tour avec un cumul de trois dé­faites face à l’An­go­la (109-​66), au Cap-​Vert (71-68) et au Maroc (74-68).

La com­pé­ti­tion qui s’est dé­rou­lée du 5 au 15 août a re­grou­pé 16 équipes ré­par­ties en quatre poules lo­gées à Ben­gha­zi et à Tri­po­li jusqu’aux quarts de fi­nale.




APA-Tripoli 18 août 2009 (Libye)


Des seize pays ayant participé à la 25ème édition du Championnat d'Afrique des nations de basket (hommes) «Afrobasket 2009» qui s'est terminée samedi soir à Tripoli, en Libye, certains ont enregistré des contre-performances alors qu'ils étaient attendus dans le carré d'as de par leurs succès lors des éditions précédentes.


Le vice champion de 2007, le Cameroun, et les deux quintuples champions d'Afrique, le Sénégal et l'Egypte, ont brouillé les pronostics des observateurs en Libye.

Le Cameroun, qui a chuté en demi-finale face à la Côte d'Ivoire (61-68) a raté l'occasion de rééditer sa performance de 2007 en Algérie. Après un tour préliminaire marqué par trois succès et trois revers avant de battre le Nigeria en quart de finale (80-84), le Cameroun semblait prêt à revenir sur la scène continentale et ajouter une médaille à son palmarès monotone. Il n'avait plus accédé au dernier carré depuis 1974 en Centrafrique.

Eliminé en quarts de finale par la Côte d'Ivoire (84-78), le Sénégal semblait détenir les arguments pour briser son mutisme de 12 ans. De par son parcours au premier tour (trois victoires), le Sénégal était pourtant assez bien parti pour reconquérir le titre continental.

Arrivé quatrième après les tours préliminaires avec une bonne côte (10 points + 35), il n'a pas pu confirmer son palmarès marqué par cinq trophées (1968, 1972, 1978, 1980 et 1997) et six titres de vice champion (1970, 1974, 1975, 1992, 1995 et 2005).

L'Egypte, quatrième en 2007, est sans doute l'une des déceptions de l'Afrobasket 2009 pour avoir remporté cinq fois le trophée continental (1962, 1964, 1970, 1975, 1983).

Après sa victoire en match d'ouverture contre le Mozambique (62-72), l'Egypte a essuyé cinq défaites successives. Sortie au second tour, elle arrive à la 10ème place au classement général en battant le Maroc (88-62) avant de s'incliner devant le Rwanda (80-76).

Auparavant, les Pharaons, quasi présents parmi les quatre meilleures équipes africaines pour voir disputé au moins une finale sur deux de la compétition, courent derrière un sixième trophée 26 ans après leur dernier titre.

Le Cap-Vert, révélation de l'édition précédente en Algérie avec une médaille de bronze, a peiné à passer le premier tour. Après sa victoire en match d'ouverture face à la Tunisie (71-52), il a enregistré deux défaites successives contre le Rwanda (67-77) et le Maroc (83-86).
Sa 13ème place en Libye constitue une déception alors qu'il semblait désormais venu confirmer sa performance de 2007.

A côté de ces contreperformances, arrive le Nigeria accrédité d'une bon tour préliminaire (11 points +79) soit cinq victoires et une défaite face à l'Angola (85-93). Quatrièmes en 2007, les D-Tigers sont classés cinquièmes en Libye suite à leur revers en quarts de finale face au Cameroun (80-84).

Placé troisième (10 points + 59) à l'issue du second tour derrière l'Angola et le Nigeria, le Mali a chuté en quarts de finale devant la Tunisie (73-74).

Outre sa médaille de bronze en 1972 au Sénégal, sa meilleure performance continentale reste une série de quatrièmes places remontant en 1970, 1987, 1989 et 1992.

Quant au pays organisateur, la Libye, encore parmi les néophytes de la compétition, il n'a pas pu surmonter les obstacles angolais et malien pour arriver en quarts de finale. Victorieuse de l'Egypte (73-75), la Libye est éliminée au second tour et arrive à la onzième place au classement général.

Sorti au second tour avec une série de trois revers et trois succès (9pts -47), le Maroc peine à rééditer sa performance de 1980 à domicile où il avait remporté la médaille de bronze. Auparavant, il avait gagné une médaille d'argent en 1964 et 1968 à domicile avant de triompher en 1965 en Tunisie.

Le rendez-vous de Libye s'est révélé peu convaincante pour les Marocains avec une douzième place.

Par ailleurs, le Mozambique, l'Afrique du Sud et le Congo qui arrivent respectivement 14ème, 15ème, 16ème places, n'ont été que l'ombre d'eux-mêmes. Outre les deux premiers qui ont au moins enregistré une victoire, le Congo a essuyé une série de cinq défaites en autant de rencontres.

C'est en match de classement que le Mozambique a obtenu son unique succès (69-67) face à l'Afrique du Sud qui à son tour a battu le petit poucet congolais.

La compétition qui s'est déroulée du 5 au 15 août a regroupé 16 équipes réparties en quatre poules logées à Benghazi et à Tripoli jusqu'aux quarts de finale.
 
 
 


Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 20:51





  BRAVO LES FAUVES DU BAS-OUBANGUI !!!



NDLR : Après s'être offert le Rwanda qui avait eu raison du Sénégal qui les craignait mais les avait pourtant hélas battus, les Fauves ont désormais un moral de conquérants et une meilleure forme physique. Souhaitons leur d'aller ainsi crescendo et de ramener Yassitoungou au bercail !!!



  Basket-ball – Afrobasket 2009 (2e tour - 3e journée)


En route pour les quarts
par Christophe Carmarans  le 11/08/2009  à 22:26 TU


La dernière journée a rendu son verdict: l'Angola et le Sénégal terminent en tête de leur groupe. Les quintuples tenants du titre ont néanmoins été accrochés par le Nigeria dans le groupe E. La Centrafrique se qualifie d'extrême justesse dans le groupe F.


On connait désormais le tableau des quarts de finale après une troisième journée encore fertile en rebondissements. La rencontre au sommet dans le groupe E entre l'Angola et le Nigeria a tenu toutes ses promesses même si les deux équipes étaient déjà assurées de la qualification. Et si les Angolais ont fini par s'imposer 93-85, les Nigerians leur ont tenu la dragée haute durant toute la rencontre, emmenés par le journeyman Gabe Muoneke, auteur de 33 pts . Tête de série N.1, l'Angola - qui a shooté à 49,3 pour cent dans cette partie - affrontera en quarts la Centrafrique.
  

Le Mali sans trembler

 

Plus tôt dans la journée, le Mali avait composté son billet en triomphant de la Libye 95-73, un résultat qui garantissait à Amara Sy et à ses coéquipiers la 3e place du groupe en même temps qu'il ôtait tout espoir aux Libyens de participer aux quarts. Auteur d'un 6/11 à trois points, l'arrière Waly Coulibaly, qui joue en lycée aux Etats-Unis, a terminé avec 25 pts . Les Maliens affronteront les Tunisiens pour une place en demi-finale.
 

Dernière qualifiée dans ce groupe E: la Côte d'Ivoire qui a rempli son contrat en battant l'Egypte, seule équipe des douze encore en course à avoir enregistré trois défaites dans ce 2e tour. Les Ivoiriens n'ont cependant fait la décision que dans le quatrième quart-temps face à des Pharaons victimes de leur inefficacité aux tirs à 3 pts (2/16) et dominés au rebond. L'Ivoirien Mohamed Koné a signé un double-double avec 13 pts et 13 rbds.

 

Encore dernière du groupe F dimanche soir, la Centrafrique a complètement renversé la vapeur dans le groupe F. Les Fauves ont assuré leur qualification en battant le Maroc 81-73, rencontre durant laquelle l'arrière-ailier de Sienne (Italie) Romain Sato a encore fait des étincelles avec 25 pts et 17 rbds en 37 min de jeu. Grâce à lui, la République Centrafricaine  termine quatrième mais devra se surpasser jeudi contre les Angolais.


Trop tard pour le Rwanda

Battu par les Centrafricains lundi, le Rwanda s'est ressaisi en triomphant du Cameroun 82-69. Menés de 3 pts à la mi-temps, les Amavubis ont donné la parole à leur défense dans le 3e quart-temps avant d'exploser offensivement dans le 4e: 35 pts marqués lors des 10 dernières minutes. Ils terminent avec deux joueurs à plus de 20 pts: Robert Thomson ( 24 pts ) et Kenny Gasana ( 22 pts ). Malgré cette victoire, les Rwandais finissent quand même derniers du groupe derrière le Maroc qui les avait battus 85-84 lors de la 1ère journée du tour préliminaire. Dommage, on aurait bien aimé voir Thomson et Gasana plus longtemps.

 

Cinq équipes comptant à ce moment-là 9 pts , la première place du groupe F allait se décider entre la Tunisie et le Sénégal. Seule certitude avant la rencontre, les Tunisiens - sûrs de compter au minimum 10 pts (1) - avaient déjà en poche leur billet pour les quarts de finale. C'est peut-être ce qui les a démotivés inconsciemment car ils ont cédé 73-65 face aux Sénégalais. Ils terminent deuxièmes du groupe, la première place échouant à leurs vainqueurs du jour.



Quarts de finale (13 août)


A Tripoli:

Angola - Centrafrique (12h00 TU)
Mali - Tunisie (14h30 TU)
Nigeria - Cameroun (17h00 TU)
Côte d'Ivoire - Sénégal (19h30 TU)


(1) Dans les tournois internationaux, la victoire vaut 2 points et la défaite 1 point.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 12:33




 

 

par Christophe Carmarans

 

10/08/2009  à 21:53 TU

 

 

Les matchs de la 2e journée ont été très serrés, mis à part les succès de l'Angola et de la Centrafrique qui s'est rebiffée face au Rwanda. Le Nigeria s'est imposé de justesse face au Mali et reste invaincu. Victoires étriquées également pour la Tunisie, le Maroc et la Libye.

 

Vainqueur surprise du Sénégal dimanche dans le groupe F, le Rwanda n'a pas confirmé lundi face à la Centrafrique qui s'est imposée largement à Tripoli 85-64. C'est le 3e quart-temps qui a été fatal aux Rwandais, l'écart passant de + 7 à + 26 pour les Centrafricains durant cette période. Deuxième meilleur marqueur du tournoi pour le moment, Romain Lebel Guessagba Sato a plané sur la rencontre: 30 pts (10/10 aux lancers-francs) et 10 rebonds pour l'ailier de Sienne dans le championnat Italien.


 Le Nigeria comme l'Angola


Nouvelle déception aussi pour le Sénégal battu de peu par le Maroc 75-73. Moussa Sow a inscrit un tir primé à 23 sec de la fin et Mouhamad Faye a eu l'occasion d'égaliser mais il a manqué ses deux lancers-francs. Et comme la Tunisie a eu la peau du Cameroun avec un écart de 2 unités, les positions sont extrêmement serrées. Tout peut arriver lors de la 3e journée: seulement 2 points séparent la Tunisie qui est première et le Rwanda qui est sixième.


Cinquième match et cinquième victoire pour l'Angola dans le groupe E avec cette fois la Côte d'Ivoire au tableau de chasse des Palancas Negras. Comme ils l'avaient fait dimanche face à la Lybie, les tenants du titre ont appuyé sur l'accélérateur dans le 3e quart-temps. Menée de seulement 5 pts à la pause, la Côte d'Ivoire comptait 20 pts de retard à l'amorce de l'ultime période et le score allait prendre encore un peu plus d'ampleur. Comme devant les Libyens, Carlos Morais finit meilleur marqueur du match avec 18 pts alors que les Ivoiriens payent cher leur manque de rigueur  avec 27 ballons perdus sur l'ensemble de la rencontre.

Libye-Egypte a vu les hôtes du tournoi l'emporter de peu 75-73. Menée de 12 pts à la mi-temps, l'Egypte est revenue dans la partie te menait même 73-71 à 8 sec de la fin afin d'encaisser deux paniers coup sur coup signés Belgacem (auteur de 23 pts) et Fareed. Les Pharaons n'iront pas en quarts. Poussé dans ses derniers retranchements par le Mali (70-70 à 1'35'' de la fin), le Nigeria a enregistré sa 5e victoire dans le tournoi 74-70. Les Nigerians affrontent mardi l'Angola pour le duel des invaincus et la tête de série N.1.




RESULTATS

Deuxième Tour

Groupe E (Tripoli): 1.Angola (8 pts) 2.Nigeria (8 pts) 3.Mali (7 pts) 4.Côte d'Ivoire (6 pts) 5.Egypte (5 pts) 6. Libye (5 pts)

Groupe F (Benghazi)
:
1.Cameroun (7 pts) 2.Sénégal (7 pts) 3.Tunisie (7 pts) 4.Rwanda (6 pts) 5.Maroc (6 pts) 6.Centrafrique (5 pts)

4e journée (9 août)

Mali - Côte d'Ivoire 71-58
Egypte - Nigeria 77-87
Angola - Libye 91-58

Maroc - Cameroun 54-80
Rwanda - Sénégal 72-59
Tunisie - Centrafrique 76-75


5e journée (10 août)

Libye - Egypte 75-73
Nigeria - Mali
Côte d'Ivoire - Angola 61-88

Centrafrique - Rwanda 85-64
Sénégal - Maroc 73-75
Cameroun - Tunisie 66-68


6e journée (11 août)

Mali - Libye
Egypte - Côte d'Ivoire
Angola - Nigeria

Maroc - Centrafrique
Rwanda - Cameroun
Tunisie - Sénégal


Les quatre premiers des groupes E et F sont qualifiés pour les quarts de finale. Les éliminés s'affrontent pour les 9e, 10e, 11e et 12e places.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 22:11







                          Rodrigue Mbaye

10/08/2009 16:28 GMT envoyé spécial Ahmadou Bamba Kassé


Tripoli, 10 août (APS) –

L’entraîneur de la République Centrafricaine Rodrigue Mbaye a été limogé en pleine compétition par le président de la fédération de basket-ball de son pays, à la suite de la défaite concédée dans les ultimes secondes face à la Tunisie (76-75), dimanche à Tripoli.


Le technicien a été remplacé par son adjoint Eugène Pehoua Péléma qui était lundi sur le banc pour son premier match de la compétition livré contre le Rwanda.


Rodrigue Mbaye

avait eu du mal à qualifier son équipe à l’issue du premier tour et la Centrafrique n’a pu passer que grâce à son écrasante victoire sur le Congo (113- 61), lors de la dernière journée des matchs de la poule C.


L’entraîneur qui avait déclaré vouloir ‘’rencontrer le Sénégal en finale pour prendre une petite revanche’’ a payé ses choix jugés ‘’très hasardeux’’ par les fédéraux centrafricains qui lui reprochent sa défaite sur le fil face à la Tunisie en match de huitièmes de finale. A trois secondes de la fin, les Centrafricains menaient par 75 à 74.


Rodrigue Mbaye

est le premier entraîneur à être viré pour mauvais résultat depuis le début de l’Afrobasket 2009, le 5 août.
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports