Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 19:06

 

 

 

caf_1_0.jpg

CAN 2013 : La Centrafrique au 3e tour, l’Egypte dépassée

 CENTRAFRIQUE ONZE 020612

 

samedi 30 juin 2012  Par David Kalfa RFI

Malgré son match nul 1-1 à Bangui, l’Egypte a été éliminée au 2e tour des qualifications pour la CAN 2013, ce 30 juin 2012. C’est une nouvelle désillusion pour les Egyptiens après leur non-qualification pour la CAN 2012. La République centrafricaine, vainqueur 3-2 à l’aller, participera donc au 3e tour des éliminatoires dont le tirage au sort aura lieu le 5 juillet. Les Fauves peuvent croire en leur toute première Coupe d’Afrique des nations.

L’équipe de la République centrafricaine l’a fait : elle a sorti l’équipe d’Egypte, septuple championne d’Afrique de football, au 2e tour des éliminatoires pour la CAN 2013. La Centrafrique a été tenue en échec 1-1 à Bangui ce 30 juin 2012. Mais peu importe : les Fauves du Bas-Oubangui avaient gagné 3-2 à Alexandrie, à l’aller.

Ce match nul 1-1 suffit donc amplement aux Centrafricains. Les Fauves ont bien géré leur avance. Ils ouvrent en effet le score à la 22e minute via Kethevoama Foxi. Le n°10 fait la différence sur un long centre avec une tête piquée et croisée. Il résiste en effet à un défenseur et place le ballon aud fond des filets : 1-0.

L’Egypte humiliée

Pour les Pharaons, l’affaire devient alors très compliquée puisqu’il faut marquer trois buts à l’extérieur. Les Egyptiens n’en inscrivent qu’un à la 77e minute avec Emad Meteb. L’attaquant égalise au milieu d’une forêt de jambes, sa frappe à bout portant est déviée par un défenseur adverse : 1-1, score final.

Eliminée, l’Egypte subit un nouveau coup d’arrêt après sa non-qualification déjà désastreuse pour la CAN 2012. Bob Bradley, le sélectionneur américain, résistera-t-il à cette humiliation ? La Fédération égyptienne le laissera-t-il conduire l’équipe durant les éliminatoires pour la Coupe du monde 2014 ?

La Centrafrique attend le 5 juillet

En Centrafrique, en revanche, toute l’attention est désormais tournée vers le 5 juillet prochain, date du tirage au sort du 3e tour des éliminatoires pour la CAN 2013. Les Fauves, qui ne seront pas têtes de série, affronteront vraisemblablement un adversaire de calibre. Mais ils ne sont plus qu’à deux matches de leur toute première phase finale de Coupe d’Afrique des nations.

Les matches aller du 3e tour se dérouleront les 7, 8 ou 9 septembre ; les matches retour, les 12, 13 et 14 octobre 2012. La phase finale de la CAN Afrique du Sud 2013 se déroulera du 19 janvier au 10 février 2013. 

 

Les Fauves mangent les Pharaons

 

samedi 30 juin 2012 - 18h18

 

Quel exploit ! Après le nul réussi samedi à Bangui face à l'Egypte (1-1), la Centrafrique, victorieuse 3-2 au match aller à Alexandrie, s'est qualifiée pour le tour final des éliminatoires de la CAN 2013.  

CENTRAFRIQUE_ONZE_300612.jpg

 

En d'autres temps, l'exploit aurait été inconcevable, impensable, irréalisable. Et pourtant : la Centrafrique, jamais qualifiée pour une phase finale de CAN vient d'éliminer l'Egypte, septuple championne d'Afrique et considérée il y a encore deux ans comme la meilleure équipe du continent. Victorieux des Pharaons lors de la manche aller en terrain adverse (3-2), les Fauves n'ont pas laissé passer l'occasion de se qualifier pour le  tour final des éliminatoires de la CAN 2013, samedi, en faisant match nul avec les Pharaons (1-1). Menés dès la 24eme minute de jeu sur un but de l'inévitable Foxi Kethevoama, plus prompt qu'Ahmed Fathy à la réception d'un centre aussi long que précis de Romaric Lignanzi, les hommes de Bob Bradley égalisaient par Emad Meteab à la 71ème. Il était déjà bien trop tard pour y croire. 

Les Egyptiens resteront à la maison pour la deuxième édition consécutive. Un séisme à l'échelle de l'Afrique. La prochaine étape de ces éliminatoires est pour le 5 juillet, date à laquelle aura lieu, à Johannesburg, le tirage au sort du tour final. La Centrafrique sera versée dans le pot 2. Conséquence de l'élimination de l'Egypte, c'est le Maroc qui devrait prendre place dans le pot 1, plutôt que le Sénégal. Selon les modalités de calcul, les deux équipes qui ont été éliminées au premier tour en 2008 et 2012 marquent 4 points. En cas d'égalité, le second critère est le nombre de points marqués lors des trois dernières compétions (base victoire, 3 points, nul, 1, et défaite 0). Or, le Maroc en a inscrit 6 (3 en 2008 et 3 en 2012) quand le Sénégal n'en a marqué que 2 (en 2008). Un communiqué officiel de la CAF est attendu pour clarifier ce point. 

 


P.J (Rédaction Football365/FootSud)

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 18:38

 

 

 

 

les-fauves-du-foot.jpg

Radio Ndéké Luka Vendredi, 29 Juin 2012 11:33

L’équipe nationale égyptienne du football  arrive ce 29 juin dans la capitale centrafricaine, Bangui, pour disputer 1 jour après le match retour des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2013 avec l’équipe nationale centrafricaine.

C’est vraiment un match de vérité comme le disent certains supporters des Fauves dans les rues de Bangui. Si la RCA bat l’Egypte à nouveau, cela attestera  indubitablement la maturité technique et professionnelle des Fauves et exclura toutes hypothèses du hasard comme les sceptiques l’ont évoqué après le match aller à Alexandrie.

Pour éviter tous désagréments au stade 20 000 places ce 30 juin, le président des supporters Hervé Ndotah, appel le public centrafricain  au calme et à la prudence. « Le match ne se jouera pas seulement sur le terrain mais aussi dans les tribunes. L’Egypte est une très grande nation de football, elle a perdu lors du match aller, donc, elle utilisera tous les atouts possibles pour gagner ce match retour.  C’est pourquoi,  je tiens à informer le public que nous devrions être disciplinés et prudents. Il suffit juste d’un petit dérapage pour que nous soyons disqualifiés», recommande le président des supporters des Fauves ce 29 juin.

Selon une source digne de foi, les Pharaons vont venir sans leur attaquant Mohamed Zidane qui est actuellement exclut de la sélection nationale égyptienne pour indiscipline.

Pour  mieux s’assurer  avant l’arrivée de leurs hôtes égyptiens, les Fauves ont livré le 28 juin un match de 3 fois 20 minutes au cours duquel la plupart des joueurs ont fait preuve de détermination. L’on peut même s’apercevoir que certains joueurs ont été très en forme, notamment, Foxy Kethevoama, Fernander Kassaï, David Manga ou encore Gervais Kago.

Le chouchou du match dernier en Alexandrie, Hilaire Momi, qui souffrait d’un léger paludisme, a aussi pris part du début à la fin à cette dernière séance. Franklin Anzité qui était également aux soins depuis plusieurs jours,  a fait un essai ce jeudi pour voir s'il pourra disputer le match du  samedi 30 juin.

Salif Keïta qui a écopé d’un carton rouge au match aller, laisse un vide considérable pour cette rencontre décisive contre l’Egypte.  Son absence est un énorme handicap  mais les Fauves ont prouvé à Alexandrie que même à 10  contre 11 ils peuvent toujours dévorer

Le gardien de but centrafricain, Geoffrey Lembet qui était rentré à Paris se soigner est de retour à Bangui depuis ce mercredi 27 juin. Malgré qu’il n’ait pas retrouvé ses bagages lors de son arrivée à l’aéroport Bangui M’Poko,  le Fauve Lembet a tout de même été très heureux de retrouver ses coéquipiers à Bangui.

Il est à rappeler que, les Pharaons ont reconnu leurs erreurs devant la nation égyptienne, dans une chaine de télévision locale, ce 15 juin. Ils ont par la même occasion promis d’apporter des corrections lors de ce match retour.

Il est de l’intérêt des fauves de ne pas décevoir le public centrafricain face à leur public en gardant le même état d’esprit qui leur a valu le bel exploit réalisé en Egypte.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 14:53

 

 

 

football-en-RCA.jpg

 

(FIFA.com) Jeudi 28 juin 2012

 

A première vue, la République centrafricaine a le vent en poupe : revenus dans le Top 100 du Classement Mondial FIFA/Coca-Cola, les Fauves restent sur une victoire historique en Egypte en qualifications pour la CAN 2013. Pourtant, le quotidien des footballeurs locaux est encore loin d'être un confort. FIFA.com est allé sur place s'en rendre compte.

Sous les grands arbres de la forêt tropicale centrafricaine, dans les alentours de Mbaïki, à environ une heure de route de la capitale Bangui, se trouve un terrain de football. On nous dit que ce n’est pas juste un terrain. Ici, c’est un "stade". Un stade dont la surface est considérée comme étant de bonne qualité. Jugez plutôt : au beau milieu de la pelouse passe un chemin emprunté par le bétail et les habitants locaux. Toute une partie de l’aire de jeu est en terre ocre, le reste est parsemé d’une herbe inégale. Tant et si bien que tenter un contrôle sur cette surface relève du miracle.

Et pourtant, les joueurs des Vipères et des Finances opposés ce jour-là dans un match comptant pour la Ligue de la Lobaye - le championnat local -, vont réussir des contrôles orientés, des dribbles, des crochets, des feintes, les uns après les autres. Réagissant avec créativité aux inévitables faux rebonds, ces jeunes virtuoses de l'improvisation font vivre avec brio le football en République Centrafricaine.

"La Ligue de la Lobaye, ce sont sept équipes, sept arbitres dont quatre formés localement et trois formés par la FIFA", explique son président Jean Kongola. Cette compétition fait partie de la ligue régionale de Mbaïki qui compte ainsi 118 équipes réparties en sous-ligues. "On joue de février à juillet. On commence après la saison des pluies. Et il faut se dépêcher de finir car en juillet, les joueurs disparaissent." Pas de phénomène surnaturel derrière ces disparitions soudaines, bien au contraire. "C’est la chasse aux chenilles. Elles sortent à cette période, et tous les joueurs vont vivre dans la forêt pour faire la cueillette. C’est une source de vivres et de revenus ici", explique Kongola.

 La valeur d’une infrastructure

 "Si on fait un terrain ici, sans clôture, sans protection, il sera défoncé deux jours plus tard". Cette fois, ce n’est pas d’une ligue locale dont on parle, mais bien du centre technique national de la fédération de football centrafricaine, près de Bangui. "C’est là que je dois accueillir mes sélections nationales, qu’ils doivent se préparer", enchaîne le président de la fédération, Patrice Ngaïssona. "Tout y passe : les bœufs, les moutons, les gens… Une simple clôture, financée par la FIFA, ce n’est pas rien pour nous". Financée par la FIFA, car la fédération n’en a pas les moyens.

En dehors du programme d’assistance financière FIFA, le gouvernement est la seule source de revenus pour la fédération, "et ils ont évidemment d’autres priorités que le football ici", précise le président. "Nous n’avons pas de sponsor pour l’équipe nationale, même pas de partenariat avec un équipementier". Pour équiper les sélections, il doit acheter les maillots de sa poche. Il fait de même pour les principaux clubs, masculins et féminins. "Ici, le football n’est soutenu que par la FIFA, et des individus qui font ce qu’ils peuvent pour le faire progresser", note Jean-Marie Dickeis, membre du comité exécutif de la fédération et président de la commission du football féminin. "Nous avons d’anciennes joueuses qui veulent entraîner, mais elles doivent d’abord être formées. Et un entraîneur, ici, il veut entraîner, il est formé, mais il n’a pas de plots, pas de ballons, rien pour faire vivre son club. Il doit tout acheter lui-même".

 Même constat au siège de la fédération : "Dans certains bureaux, vous ne trouverez rien pour travailler. Pas d’ordinateurs, pas d’Internet, à peine de quoi travailler sur papier. Il n’y a pas d’eau dans ce bâtiment, parfois pas d’électricité, l’étanchéité pose problème", résume le président. Financé par la FIFA à travers son programme Goal et inauguré en 2005, le bâtiment souffre du temps, et des limites financières de la fédération, empêchée de consacrer des fonds à la maintenance des investissements passés d’anciens problèmes de dettes. "Le bonus de la FAP (Programme d'Assistance Financière de la FIFA) en 2010/2011 nous a fait du bien", sourit le président. "Mais on a privilégié les ligues régionales, avec des équipements notamment. On ne peut pas tout faire avec nos moyens, on doit faire des choix pour avancer. Avec le nouveau projet Goal, on pourra faire avancer les choses".

Aussi bien que Marta

Notamment le football féminin, qui occupe une place importante dans les préoccupations de la fédération. La division 1 est proprement organisée, avec un calendrier fixe, des équipements, des arbitres. Plusieurs arbitres femmes officient même lors des matchs des hommes. Mais là aussi, les moyens font défaut. Mais pas l’envie de progresser.

"J’ai commencé le football à 14 ans, avec les garçons. Les deux fils de mon père adoptif jouaient, et moi j’ai voulu faire comme eux, même si ma mère adoptive me disait que ce n’est pas le travail d’une femme !" raconte Tatiana Yangueko, vice-présidente de la commission du football féminin. "Avant, on jouait pieds nus, les équipes féminines étaient reléguées sur les espaces à la périphérie, sans organisation. Aujourd’hui, le championnat est organisé, on sait qui sont les équipes, où elles vont jouer". Journaliste sportive de métier, elle a à ce titre participé aux formations FIFA/AFP en 2010, dans le cadre du programme "Gagner en Afrique avec l’Afrique" de la FIFA.

"Nos filles n’ont rien à envier à Marta, mais ça personne ne le voit", glisse un membre de la fédération. D’ailleurs, sur un terrain stabilisé de Bangui, ou l’équipe des Colombes est opposée aux Amazones, l’un des entraîneurs s’adresse à sa milieu défensive en l’interpelant "Gattuso ! Gattuso !", et fait de même pour sa milieu offensive avec des "Cristiano"…

Non loin de là, les garçons de la 2ème division de la ligue de Bangui s’affrontent, cette fois sur le gazon synthétique du stade Barthélémy Boganda, financé par la FIFA et le programme "Gagner en Afrique avec l’Afrique". Le terrain est constamment utilisé, du mardi au dimanche, à raison de deux matchs par jour, par la ligue de Bangui et ses divisions. On joue partout en Centrafrique.

Le retour des héros…

La chaleur est étouffante à Bangui. Peu de voitures circulent, les routes de la ville ressemblent à des pistes forestières. La pauvreté est omniprésente. Rien de tout ça n’aura empêché la population locale de se retrouver à la sortie de l’aéroport international de Bangui, ce dimanche 17 juin, pour venir acclamer la sélection nationale. La RCA a réalisé l’exploit d’aller à Alexandrie remporter le match aller du premier tour qualificatif pour la CAN 2013face à l'Egypte. Le pays est fier voir ses couleurs représentées si haut par les "fauves". Pourtant, rien n’est fait, il reste encore un match retour à Bangui, le 30 juin, pour confirmer.

Qu’importe. Les hommes de l’entraîneur Hervé Loungoundji n’auraient même pas dû être dans cette position. "Pour les petits comme nous, c’est tellement plus difficile", résume Ngaïssona. Le président préfère rester réservé, peut-être par peur de la déception si le match retour ne devait pas être favorable. L’enjeu est de taille : jamais une équipe de la RCA ne s’est qualifiée pour une phase finale d’une grande compétition internationale.

Le groupe est jeune, et surtout très hétérogène. Certains jouent en deuxième et troisième division en France ou en Angleterre, d’autres ont rejoint des championnats africains plus relevés comme au Raja de Casablanca, et enfin quelques-uns font encore la richesse de la première division centrafricaine.

Cependant, à l’heure de la victoire, de la fierté, ces différences ne se font pas sentir. Les joueurs semblent profiter de ce moment de manière simple et naïve. Et à travers eux, c’est tout un pays qui se réjouit. À cet instant, ses Fauves viennent de lui offrir un cadeau immense : quelques scènes de bonheur venant cacher pour quelques temps les difficultés de la vie en République Centrafricaine.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 18:06

 

 

 

 

CENTRAFRIQUE_LOUNGOUNDJI_180612.jpg

 

 

http://www.footafrica365.fr  Lundi 18 juin 2012 - 12h02

 

Le sélectionneur de la Centrafrique, Hervé Loungoundji, savoure la victoire obtenue vendredi sur le terrain de l'Egypte (2-3) et appelle les Fauves à rester mobilisés en vue du match retour de ces éliminatoires de la CAN 2013.  

  

« Nous sommes très heureux. Battre une équipe comme l'Egypte qui plus est chez elle représente une victoire historique », s'est exclamé Hervé Loungoundji après la victoire des Fauves à Alexandrie. « Nous méritions de gagner parce que nous étions la meilleure équipe bien que nous ayons joué à dix contre onze près des deux tiers de la rencontre. Je n’attends pas le match retour pour annoncer que nous allons nous démener comme jamais pour récidiver contre les Pharaons. Nous avons 90 minutes pour écrire une page de notre histoire. Nous pouvons et nous devons le faire », a conclu le successeur de Jules Accorsi.

 

Le gardien de Centrafrique pète un câble

 

http://sport.direct8.fr

lembet-centrafrique-637x359.jpg

 

L’équipe de la République centrafricaine a créé la sensation en allant s’imposer sur le terrain de l’Egypte (3-2), vendredi à Alexandrie, à l’occasion du premier tour aller des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations 2013. Durant la rencontre, le gardien de but des Fauves, Geoffrey Lembet, s’est illustré d’une drôle de manière. Invité par l’arbitre à quitter l’aire de jeu pour se faire soigner en début de seconde période, le portier de Sedan âgé de 23 ans a eu une réaction pour le moins inattendue… 

 

Centrafrique : Lembet explique sa rage

La victoire de la Centrafrique en Egypte (3-2), vendredi dernier en éliminatoires aller de la CAN 2013, a été marquée par l'accès de rage du gardien de but des Fauves, Geoffrey Lembet. Le joueur de Sedan revient aujourd'hui sur ce fait de jeu.

53eme minute de la rencontre entre l'Egypte et la Centrafrique. Alors que les Pharaons mènent 2-1, le jeu est arrêté, le gardien des Fauves du Bas-Oubangui s'emporte...

... et s'explique


La presse, égyptienne notamment, a expliqué que Geoffrey Lembet s’emportait contre l'arbitre parce que ce dernier lui avait demandé de quitter le terrain. « Tout ce qui se dit est faux, explique le portier à Footafrica365.fr. La vraie version, c'est que l'arbitre a dit qu'il n'y avait pas faute et que le numéro 20 égyptien avait joué le ballon. Alors que j'en ai perdu une dent et que je souffre d’une double fracture au nez !!! Voilà la vérité. Il faut voir l'action en entier. Je vous invite tous à voir le match », conclut le dernier rempart des Fauves. Dont acte.


P.J (Rédaction Football365/FootSud)

Football365.fr / FootSud

 

 

Pour ceux qui veulent revoir la vidéo du match des Fauves contre l'Egypte, elle est disponible sur :

www.lemlpc.net la TELE - MLPC

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 18:03

 

 

 

 

 

CENTRAFRIQUE ONZE 020612

 

Radio Ndéké Luka Lundi, 18 Juin 2012 09:12

Malgré une foule nombreuse venue les accueillir, les poulains d’Hervé Loungoundji, n’ont pas dissimulé leur mécontentement à l’endroit du ministre des sports et de la jeunesse centrafricain, ce 17 juin. Ils ont salué la foule et quelques personnalités présentes dont Fidèle Gouandjika mais pas le ministre des sports, Jean Serge Bokassa.

Seulement 17 joueurs sur 32 personnes au total étaient arrivés à Bangui ce 17 juin tandis que 15 autres sont restés à Douala attendant le vol du mercredi 20 juin pour rentrer au bercail en vue d’affronter l’Egypte 10 jours après. Selon Radio Ndeke Luka sur place à l’aéroport Bangui M’Poko, le vol  d’Éthiopian Air Lines ne disposait  pas d’assez de places pour prendre toute l’équipe.

Sourire aux lèvres pour la foule et mine fermée pour les responsables du calvaire qu’ils ont vécu en Ethiopie puis en Egypte, c’est le scénario visiblement produit par ces valeureux patriotes à l’aéroport Bangui M’Poko.

Fidèle Gouandjika et Aurélien Zingas absent à l’aéroport, ont été remercié par les Fauves pour avoir permis aux centrafricains de suivre le match depuis Alexandrie avec les modestes moyens fournis pour que la Radio Nationale retransmette le match en direct. « Si le ministre du développement rural n’avait pas fait ce geste, nombreux sont les centrafricains qui ne pouvaient suivre le match depuis leurs petits postes transistors » reconnait un supporter à l’aéroport.

Tout ce théâtre, semble toucher profondément les Fauves mais le couteau a certainement été enfoncé dans la plaie avec ce qui c’était passé au niveau de la fédération et du ministère des sports centrafricain, engendrant les situations qui laissaient à désirer en Ethiopie avec la mise en gage du chef de mission Mokopete à Addis Abeba contre les frais d’hôtel. A cela s’ajoute aussi les 4 fatigantes heures du temps passées à l’aéroport égyptien avant d’avoir une autorisation d’entrer dans la ville.

Selon une source digne de fois, les rejetons de Hervé Loungoundji  ont joué les 2 matchs sans les primes qui leurs étaient allouées avant le départ pour l’Ethiopie.  Aussi, c’est avec leurs propres frais qu’ils ont fait face à certains besoins durant les 2 rencontres. La source de révéler en plus que les Fauves entendent exiger actuellement que la Fédération Centrafricaine de Football (FCF) leur rembourse les dépenses faites pendant ce voyage qui normalement devrait être pris totalement en charge par la FCF. Si l’on s’en tient à cette révélation, il y a lieu de s’imaginer un plausible sacré bain de boue à la ‘’Jean’’  que recevrons  le ministre des sports et de la jeunesse, Jean Serge Bokassa et par ricochet le Président de la Fédération, Patrice Edouard Ngaissona.

Le sport se vend mieux ailleurs mais en République Centrafricaine c’est une histoire de sourds-muets. Quoiqu’il en soit, les Fauves doivent être bien préparés pour finir ce qu’ils ont déjà commencé avec le Botswana et l’Egypte. Dès cet après-midi 18 juin, les fauves vont démarrer leur première séance d’entrainement en attendant   l’arrivé des 15 autres joueurs qui sont à Douala au Cameroun, révèle le capitaine Enza à Radio Ndeke Luka.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 00:31

 

 

 

 

 

Gabirault

                                        

La victoire de l’équipe centrafricaine de football contre celle de l’Egypte dans ce pays mérite d’être saluée et encouragée.

Comme j’ai eu à le dire dans ma déclaration du 12 décembre 2011 au sujet de l’absence des cadets centrafricains détenteurs de la coupe de l’UFAC 2009 au tournoi de 2011, les sportifs centrafricains n’ont rien à envier aux autres sur le continent, s’ils sont mis dans des conditions adéquates de préparation.

Les autorités centrafricaines ne doivent pas seulement se réjouir de cette victoire, mais comprendre surtout l’importance du sport pour la République Centrafricaine. En effet, pour un pays peu connu comme le nôtre et n’ayant sur le plan international qu’une image  épouvantable, le sport contribuerait comme meilleur vecteur diplomatique à au moins le présenter positivement.

J’adresse toutes mes félicitations à l’équipe centrafricaine de football et l’encourage à persévérer pour de plus grandes victoires.

 

                                  Paris le 15 juin 2012

    

                                Emmanuel Olivier GABIRAULT

Précédemment Président de l’Union des Fédérations de Football de l’Afrique Centrale et Président de la Fédération Centrafricaine de Football.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 00:23

 

 

 

 

fauves-Football_centrafriquefootballcom-copie-1.jpg

 

La RCA bat l'Egypte 3-2, les Fauves plus furieux que jamais.

Radio Ndéké Luka Vendredi, 15 Juin 2012 21:07

C’est sur la pelouse du stade égyptien que les Fauves de la Centrafrique ont prouvé devant le monde et les centrafricains que le ballon est incontestablement rond. 3 buts à 2 est le score final du choc Centrafrique/Egypte.

Griffes assorties, les poulains de Hervé Loungoundji ont facilement rempli l'une des formalités des éliminatoires de la Coupe du Monde 2014 à Alexandrie, deuxième capitale égyptienne avec un match brillamment disputé par les centrafricains.

A quelques dizaine de minutes de jeu, l’équipe égyptienne met la poudre au feu en inscrivant son premier but. Malheureusement, les égyptiens n’ont pu conserver cet avantage longtemps avec une première frappe bien cadrée de l’homme du match Hilaire Momi à la 20ème  minute de la première partie de jeu ramenant le score à égalité.

En jouant énergiquement et avec détermination, Salif Keita qui avait déjà un carton jaune lors de la rencontre Centrafrique/ Botswana s’est offert un autre carton jaune en commettant une faute qui lui a valu son expulsion du match avec un carton rouge.

A 10 contre 11 avant la fin de la première partie, les Fauves se sont regroupés  à la défense pour protéger les filets du gardien centrafricain. Malgré quelques bonnes combinaisons d’Hilaire Momi et Foxy Kethevoama, la première partie du match s’est soldée sur 1 but partout.

La seconde partie du jeu a failli tournée en cauchemar pour les Fauves de Bas-Oubangui juste à l’entrée du jeu avec un autre but marqué par les Pharaons d’Egypte 3 minutes après. Comme si le sort à décider que c’est Momi qui doit confondre les Pharaons et équilibrer le score, à quelques quinzaine de minutes, le Fauve du match a fait une doublé qui refroidisse complètement les Pharaons.  Puis très rapidement et de façon très professionnelle, David Manga marque le 3ème but différentiel centrafricain à la 63ème minute.

Avec les 3 buts marqués, la République Centrafricaine a opté pour un jeu défensif face à son adversaire l’Egypte qui a légèrement menacé la défense centrafricaine dans les 8 dernières minutes de la fin. Stratégiquement, à la 5ème minute de la fin, Momi a  été remplacé et la cadence du jeu a aussi totalement changé. Pour ne rien risquer, les poulains de Hervé Loungoundji se sont regroupés à même le poteau pour ne pas encaisser un 3ème but égyptien. Et c’est sur ces efforts fournis que les centrafricains ont battu la grande nation du football africain, l’Egypte, sur son sol malgré les difficiles situations financières que les Fauves ont enduré à Ethiopie.

La République Centrafricaine gagne à cet effet 4 point de même que l'Ethiopie et jouera ce 30 juin le match retour contre l’Egypte à Bangui. Les centrafricains du monde entier et plus particulièrement les banguissois ont salué la victoire des Fauves depuis Alexandrie à travers les cris de casseroles et autres.

Il est à rappeler que l’Egypte a toujours été considérée comme l’une des toutes meilleures équipes du football africain : elle détient le record du  nombre de victoires en Coupe d’Afrique des Nations avec sept, 7 CAN remportées, 1957, 1959, 1986, 1998,2006, 2008 et 2010.

samedi 16 juin 2012

 

Centrafrique : le match face à l'Egypte radiodiffusé grâce au téléphone d'un ministre

Le ministre de l'Agriculture centrafricain, Fidèle Ngouandjika, a prêté son téléphone portable à la radio nationale pour permettre à l'envoyé spécial de la radio de commenter en direct vendredi depuis Alexandrie le match Egypte-Centrafrique, qualificatif pour la CAN-2013, a constaté un journaliste de l'AFP. La radio n'arrivait pas à établir la liaison avec son correspondant dans le stade d'Alexandrie avec la ligne fixe de la Société nationale, et n'avait pas assez de crédit pour payer la télécommunication avec un opérateur de téléphonie mobile privé.

 

Egypte - Centrafrique (2-3) : Sensationnels centrafricains !

 

CENTRAFRIQUE_ONZE_020612.jpg

 

La Centrafrique a crée la sensation en battant l’Egypte (3-2) a Alexandrie lors du match aller du second tour éliminatoire de la CAN 2013. Une victoire logique et méritée tant les coéquipiers de ont été dangereux tout au lon du match.

La Centrafrique a crée la sensation en battant l’Egypte (3-2) a Alexandrie lors du match aller du second tour éliminatoire de la CAN 2013. Une victoire logique et méritée tant les coéquipiers de Salif Keita ont été dangereux tout au long du match. Menés 1 à 0 (but de Zidan, 10’) puis par 2 à 1 (Mohamed Salah, les Centrafricains sont revenus à chaque fois à la hauteur de leurs adversaires grâce à un doublé Hilaire Momi (26’ et 48’) avant de leur planter une banderille assassine sur un contre splendide conclu par David Manga (69’). Les hommes d’Antoine Yédétébangui ont eu l’intelligence de ne jamais reculer et de ne pas chercher à conserver à tout prix leur but d’avance. Le match retour à Bangui le 30 juin s’annonce périlleux pour les Pharaons qui semblaient revenir à leur meilleur niveau. Une nouvelle élimination d’une phase finale de la CAN après celle de 2012 serait une catastrophe pour le football égyptien.


© copyright StarAfrica.com

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 01:48

 

 

 

 

centrafrique-egypte-copie-1.jpg

 

 

CAN 2013: C'est mal parti pour l'Egypte

Vendredi, 15 Juin 2012

Vainqueur lors de ses deux premiers matchs en éliminatoires du Mondial 2014, l'Egypte a en revanche complètement raté son premier match des éliminatoires de la CAN 2013, en perdant à domicile face à la Centrafrique (2-3).

Zidan avait mis les siens sur les bons rails en marquant après 10 minutes, dans un stade vide pour cause de huis clos. Momi égalise contre le cours du jeu à la 26e minute, mais Mohamed Salah redonne l'avantage à son équipe à la 48e.

Mais Momi, encore lui, puis Manga, offrent une victoire historique à la Centrafrique. Ce match avait été reporté en février dernier, en raison du climat politique tendu en Egypte. Le match retour aura lieu le vendredi 29 juin à Bangui.

Source : http://djazairsport.com/index.php/football/coupes-africaines/item/8797-can-2013-cest-mal-parti-pour-legypte

 

L'Egypte surprise à domicile

Vendredi 15 juin 2012 - 22:37

Sensation lors du premier tour aller des qualifications pour la Coupe d'Afrique des Nations 2013. Recordman du nombre de victoire dans la compétition continentale, l'Egypte a été surprise à domicile par la Centrafrique (2-3) ce vendredi. Invaincus depuis 13 matches avant ce revers, les Pharaons devront rebondir le 30 juin prochain pour le match retour, sous peine d'une élimination prématurée.


Source :
http://www.sport.fr/football/can-2013-l-egypte-surprise-domicile 267490.shtm#ixzz1xudoR6Yb

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 01:39

 

 

 

 

 

yanga-mbiwa-mapou-22747.jpg

Un centrafricain sacré champion de France de Football et en passe de devenir international français Arrivé en France à l’âge de 8 ans chez son grand frère, Mapou Yanga-Mbiwa le sérial défenseur et capitaine de Montpellier grandit dans les quartiers difficiles de Port bou à Marseille. Grâce à la sévérité et la rigueur de son tuteur, le montpelliérain partagea sa vie entre l’école et un centre de formation de football des Bouches du Rhône. Convaincu qu’il aura vite sa place ailleurs qu’à Marseille qui est un club plus huppé, il poursuit sa formation à Montpellier ville voisine située à 150km.

Après avoir signé son premier contrat en 2006, ce dernier que Loulou Nicolin le président appelle affectueusement, « mon bijou »  devient un an après un titulaire indiscutable au poste de latéral gauche sous la commande de l’entraîneur Rolland Courbis. Son énorme talent fut récompensé lors de la saison 2008-2009 où Montpellier remonta en Ligue 1 devenant de fait le principal artisan de cette ascension.

Sous l’entraîneur René Girard, il confirme son talent lors de la saison 2010-2011 au poste de latéral droit ou défenseur axial. Cette polyvalence va attirer la convoitise des clubs plus fortunés comme Lille qui fit une offre de 5 millions sans succès. Malgré son jeune âge,  Mapou est sur une voie royale : Titulaire dès sa deuxième saison alors qu’il n’a que 18 ans, vice champion de France de ligue 2 en 2009, finaliste de la coupe de la ligue en 2011. Le franco centrafricain décroche le titre de champion de France 2012 en tant que défenseur axial, capitaine et titulaire indiscutable.

Il fut par ailleurs convoqué en 2009 par Eric Mombaerts entraîneur de l’équipe de France Espoirs contre Malte et la Belgique. Malgré de nombreux appels de la sélection centrafricaine, il a préféré répondre favorablement à Laurent Blanc qui l’a inscrit sur une liste élargie le 15 mai 2012 afin de participer à un stage de préparation pour l’Euro 2012.

La révélation de Yanga-Mbiwa  apporte un démenti formel  aux dirigeants centrafricains qui  n’ont jamais installé le sport au cœur de leur préoccupation. Le comité olympique et sportif centrafricain (CNOSCA) censé promouvoir les différentes disciplines sportives s’est transformé en un métier pour  son président Jacob Gbéti  et son SG Gilbert Grézenguet qui le dirigent sans résultat probant depuis des décennies.

La fédération centrafricaine de football est tenue par le député - homme d’affaires, questeur, trésorier du PDCA, Patrice Edouard Ngaissona qui est plus préoccupé par les avantages inhérents à sa fonction qu’au développement réel du football. Le récent et brillant parcours des Fauves de Bazoubangui aux éliminatoires de la coupe d’Afrique des nations de football 2011 n’a pas empêché le départ provisoire dans un premier temps de l’entraîneur Jules Accorsi suite à la fausse promesse du PM Faustin Touadera de trouver une solution rapide à son problème.  

Le français Jules Accorsi revendique 8 mois d’arriérés de salaires et déplore l’absence d’un équipementier et d’un sponsor pour le football en Centrafrique. Au moment où nous bouclons cet article M. Accorsi joint par la  célèbre Radio NDeke luka, décide de partir définitivement avec regret en raison de la promesse non tenue du premier ministre.  L’absence des fauves Juniors au tournoi de l’UNIFFAC (Union des Fédération de Football d’Afrique Centrale) au Tchad alors qu’ils l’avaient gagné en 2010 au Cameroun  pour faute de moyens est un des éléments à verser à ce triste dossier.

On évoque souvent le problème des moyens financiers pour expliquer  l’improvisation dans la préparation des matchs. Ces maux font sans doute partie des principales raisons qui ont poussé  le natif de Bangui à opter pour la France où il sera plus respecté et considéré. Promis à une longue carrière eu égard aux grands clubs européens qui le convoitent, Yanga- Mbiwa manquera sans doute aux Centrafricains qui mériteraient d’utiliser son  image pour redorer le blason de leur pays meurtri  par des conflits armés et une mauvaise gouvernance depuis de longues années. Décidément on attendra encore longtemps le Drogba ou le Zidane centrafricain pour valoriser l’image de la RCA qui continue hélas de se dégrader chaque jour davantage.

Wilfried Sebiro

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 03:18

 

 

 

 

Edouard Ngaissona

 

 

Patrice Edouard Ngaïssona réélu Président de la FECAFOOT

Dimanche, 06 Mai 2012 12:25

C’est sans surprise que les délégués  de Bangui et ceux des provinces ont réélu le 5 mai2012,  Patrice Edouard Ngaïssona à la tête de la Fédération Centrafricaine de Football (FECAFOOT). Presque tous les membres du bureau sortant de cette Fédération ont été reconduits à leurs postes. Ils ont un mandat de 5 ans.

C’était au cours de l’assemblée générale ordinaire élective de la Fédération Centrafricaine de Football, tenue dans la salle de banquet de l’Assemblée Nationale à Bangui.

Patrice Edouard Ngaïssona, Président réélu a  déclaré qu’ « il  a sollicité à nouveau le suffrage de l’assemblée, dans le but de parachever l’œuvre qu’il avait déjà entreprise durant son premier mandat. Pour lui,  il est question de hisser encore plus haut le drapeau de la République Centrafricaine à travers le football. L’équipe en place mettra des bouchées doubles pour l’épanouissement du ballon rond centrafricain ».

Le nouveau bureau de cette fédération se compose ainsi qu’il suit :

Président Patrice Edouard Ngaïssona

1erVice-président Célestin Yanindji

2èmeVice-président Grégoire zowaye

Membre de la zone ouest Fada Flavien Averel

Membre de la zone centre Maximin Koussayo

Membre de la zone Est Baba Nguida Aroun

Membre des arbitres Hilaire Sébalet

Le bureau de la fédération compte également 7 membres  ordinaires à savoir : Jean Marie Dickers Moudagna, Clément Ndombet, Germain Simplice Nguiamba, José Christian Loudoumon, Guy Marc Mokopété, Adiallo Mahmat Octave et  Jean Claude Tomoro.

A en croire la situation du football centrafricain à ce jour, il est à noter que cette équipe dirigeante a du pain sur la planche. Plusieurs compétions surtout internationales sont au rendez-vous notamment les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2013 et ceux de la Coupe du Monde. Ces campagnes se tiendront respectivement en Afrique du Sud et au Brésil.

Les fauves centrafricains n’ont livré aucun match amical à l’issue des éliminatoires de la CAN-2012. A cela s’ajoute le retour dans son pays du coach français des fauves Jules Accorsi. Il avait décrié le non-respect des clauses de son contrat avec le gouvernement.

L’autre sujet qui continue de diviser est le bras de fer qui oppose le ministère de la Jeunesse des Arts et des Sports à la fédération du football. Le point d’orgue est la justification des dépenses allouées pour les dernières campagnes internationales auxquelles les fauves ont pris part. Une exigence du gouvernement. Cette idée n’a pas rencontré l’agrément de la fédération. Dans une interview accordée à Radio Ndeke Luka à ce sujet, Patrice Edouard Ngaïssona  avait déclaré qu’il ne pouvait pas justifier les fonds qui sortent de sa propre poche.

 

NDLR : Bozizé, ses enfants et ses parents escrocs s’accrochent au pouvoir et tiennent à être à tous les leviers du pays dans tous les domaines mais le sol se dérobent de plus en plus sous leurs pieds.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports