Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 02:57

 

 

 

omnisport rénové


Bangui 28 sept (CAP) -Alors que les travaux de réhabilitation de l’Omnisport n’ont même pas encore pris fin, voilà qu’on commence déjà à parler d’actes de vandalisme. De source proche de la fédération centrafricaine de Basketball, des mécanismes d'eau dans les vestiaires du centre sont volés à quelques jours du démarrage du tournoi zonal.

D’après une enquête de CAP, il ne s’agit pas du premier forfait car, à plusieurs reprises des sacs de ciment ont déjà commencé à disparaître. Selon quelques ouvriers rencontrés sur le chantier, ceux-ci sont difficilement payés.

Un ouvrier avait été pris la main dans le sac alors qu’il tentait de faire sortir trois sacs de ciment. Appréhendé, on l’a présenté au délinquant fils de Bozizé qui lui a demandé les raisons. Le chapardeur n’a pas hésité à dire que c’est parce que ses salaires ne lui sont pas payés. Aussi, d’autres ouvriers se plaignent du fait que le fameux président de la fédération abuse de son autorité, en faisant parfois usage de violence sur eux.

On ne peut imaginer que des honnêtes citoyens puissent être embauchés et travailler pour ne rien gagner à la fin. Cela relève de la délinquance du fils de Bozizé qui récolte ses bavures à travers les cas de vandalisme qui commencent à se faire sentir dans le gymnase réhabilité.

 Dans de nombreux cas, on parle d’un contrôle d’audit mais dans ce cas là, de l’argent sort sans que l’on ne sache où. Ces travaux ne sont pas encore finis mais Djodjo se gave déjà d’argent. Il roule avec un nouveau carrosse. 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 00:25

 

 

 

 

basketball-fauves.jpg

 

 

 

Radio Ndéké Luka Mercredi, 19 Septembre 2012 15:01

 

6 Fauves du basketball centrafricain de la diaspora française sont arrivés  ce 19 septembre 2012 à Bangui, ceci dans le cadre des préparatifs du Tournoi de la Zone IV prévu du 30 au 11 septembre 2012.


Il s’agit de : Ludovic-Alban Moundji (ailier), Hervé Ngoko (pivot), Joseph Kalambani, (meneur), tous évoluant à la Nationale III. A cette liste s’ajoutent  les 2 meneurs de la Nationale II : Martial Gotagni et Fabrice Mokotemapa. Riba M’Baïkoua, un des meneurs en Pro A a bouclé la marche.


Sont attendus vendredi prochain à Bangui, le pivot Maixant Mombelet et l’ailier Max Kouguéré tous de la France. Les grands absents de cette campagne de taille sont les Fauves de la diaspora américaine.

 

On notera également l’absence de plusieurs autres talentueux tels que Michael Mokongo, Jimmy Djimrambaye, Destin Damachoua, Guy Kodjio, Lionel Bomayako, Junior Péhoua, Regis Koundja, William Kossangué, Yanick Zachée, et Maxime Zanveni. Les raisons de ce disfonctionnement dans la tanière des Fauves ne sont pas encore rendues publiques par la Fédération Centrafricaine du Basketball.

 

Au plan local, les Fauves de Bas-Oubangui s’entrainent 2 fois par jour : de 6 heures (7HTU) 30 minutes à 8 heures (9HTU) et  de 17heures (18HTU) à 19 heures (20HTU) au Centre National de Basketball Martin N’Goko.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 21:56

 

 

 

 

 

Herve-Loungoundji.jpg

 

 

EXCLU365 : CENTRAFRIQUE :  Hervé LOUNGOUNDJI


www.sport365.f 14/09/2012 à 18h50

 

« Marquer un but à Ouaga »


Satisfait d'avoir vu son équipe remporter chez elle la première manche face au Burkina Faso, le sélectionneur de la Centrafrique, Hervé Loungoundji, espère être celui qui conduira les Fauves à leur première CAN. Interview exclusive pour Footafrica365.fr.


Hervé, les Fauves ont battu le Burkina Faso (1-0) en match aller du troisième tour des éliminatoires de la CAN 2013. Regrettez-vous les quelques occasions manquées durant cette rencontre ?


Oui, on les regrette forcément. Mais on doit quand même se montrer satisfait d’avoir réussi à battre cette équipe du Burkina Faso, qui est une grande équipe. A nous maintenant de travailler sur nos différents manquements afin d’être meilleur au match retour.


Votre avant-centre, Hilaire Momi, a été critiqué pour son manque d’efficacité par une partie du public et des médias centrafricains. Comment réagissez-vous à cette situation ? Ne craignez-vous pas que le joueur soit déstabilisé ?


Je ne vois pas de risque de déstabilisation là-dedans. Hilaire Momi n’a pas marqué, c’est vrai, mais il n’a pas raté son match pour autant. Je rappelle que c’est lui qui fait la remise qui amène le but de Vianney Mabidé.


Tout de même, maintenant qu’il évolue au Mans, en Ligue 2 française, Hilaire Momi n’a plus l’habitude de marquer régulièrement comme lorsqu’il jouait à Coton Sport de Garoua. N’est-ce pas un problème ?


En Europe, Hilaire Momi est utilisé comme excentré ou comme neuf et demi, plus comme pur attaquant de pointe. J’espère qu’il retrouvera du temps de jeu dans sa position préférentielle, même s’il est assez polyvalent.

Vous évoquiez des « manquements ». Lesquels avez-vous identifié ?


Il y en a plusieurs. En plus du manque d’efficacité, je trouve que nous avons concédé trop de coups de pied arrêtés. Nous avons aussi eu le tort de laisser trop de liberté aux Etalons quand ils récupéraient le ballon. Cela nous a souvent mis en danger. Voici quelques-unes des choses que nous allons essayer de corriger d’ici le match retour.


A Ouagadougou, vous aurez sans doute des opportunités en contre-attaque. Est-ce un avantage pour votre équipe ?


Cela peut être un atout, oui. Notre objectif est d’arriver à marquer un but là-bas. Cela mettrait encore plus les Etalons dans la difficulté.


Pour cette rencontre, vous disposerez d’une arme offensive supplémentaire en la personne d’Habib Habibou, qui a accepté de rejoindre les Fauves…


C’est une très bonne nouvelle. Habib Habibou a, je pense, bien réfléchi avant de nous rejoindre. Il a pris le temps de bien mûrir sa décision. Il va nous apporter un vrai plus en attaque.

Le match retour est dans un mois. Ce délai constitue-t-il un avantage ?


Oui, dans la mesure où cela va nous permettre de récupérer certains joueurs blessés. J’attends beaucoup du retour d’Eloge Enza Yamissi, qui est notre capitaine et un joueur qui donne beaucoup de bons ballons au milieu de terrain. Je compte énormément sur lui. Que Dieu lui prête les forces !


Que redoutez-vous le plus de ce match retour ?


L’arbitrage. S’il est équitable, je suis certain que l’on se qualifiera.


« Nous sommes fiers de Mapou Yanga-Mbiwa »


Mapou Yanga-Mbiwa est récemment devenu international français. Ne craignez-vous pas que cela détourne certains binationaux des Fauves ?


D’abord, laissez-moi vous dire que nous sommes fiers que Mapou Yanga-Mbiwa soit capitaine de Montpellier, et qu’il ait intégré l’équipe de France A. Son exemple peut inspirer d’autres jeunes joueurs, mais d’un autre côté, si nous qualifions pour la CAN, cela les attirera vers les Fauves.


Sur quels joueurs travaillez-vous ? On pense à Kurt Zouma, de l’AS Saint-Etienne…


Oui, Kurt Zouma fait partie des joueurs qui nous intéressent, comme son frère Lionel, qui joue à Sochaux. On surveille aussi les frères Youga, ainsi qu’Evans Kondogbia, qui est passé de Lens au FC Séville, et dont le frère, Evans, est déjà parmi nous.


Si plusieurs binationaux rejoignaient l’équipe avant la CAN, ne craindriez-vous pas la création de clans dans le vestiaire ?


Non. Il n’y a pas ce risque chez nous. Tous les joueurs comprennent que le but, c’est d’avoir plus de choix, d’asseoir l’équipe sur des sources différentes, un peu comme la Côte d’Ivoire ou le Sénégal ont su le faire. Aujourd’hui, ces pays pourraient aligner deux équipes compétitives, pourquoi la Centrafrique ne ferait pas pareil ?

 

 Votre réservoir reste en grande partie local. Dirigerez-vous vous-même l’équipe A’ qui va disputer les qualifications pour le CHAN ?


Non. Je ne suis pas le seul à pouvoir m’en occuper. Si je le fais, je serais tenté de reconduire des joueurs avec lesquels je travaille déjà en A, alors qu’un autre technicien, et il y en a qui sont aussi bons que moi, fera un travail de prospection, qui sera au final profitable à toutes nos sélections.

Vous avez succédé à Jules Accorsi, dont vous étiez l’adjoint, après que ce dernier ait eu des désaccords avec la tutelle. Quels sont vos rapports avec lui ?


J’ai un rapport très fort avec Jules Accorsi. J’étais son adjoint, c’est vrai, nous avons très bien travaillé tous les deux. Nous avons pris beaucoup de plaisir à nous découvrir mutuellement. Il a été pour moi comme un papa, un instructeur. C’est lui qui a bâti cette équipe très forte, je ne fais que continuer son travail. Il ne se passe pas une semaine sans qu’on s’appelle.

 

En parallèle des qualifications de la CAN, vous êtes engagés dans les éliminatoires de la Coupe du monde 2014. Quel est votre avis sur l’Afrique du Sud, votre prochain adversaire dans ce cadre ?


C’est l’équipe phare, le favori du groupe sur le papier. On les considérait comme les numéros 1 sur le papier, le Botswana, équipe en progrès et qualifiée pour la CAN 2012, étant le numéro 2. Nous, comme l’Ethiopie, arrivions ensuite. Mais nous sommes là pour bousculer cette hiérarchie. On essaye de laisser notre empreinte.

 

Le joueur emblématique de votre équipe, Foxi Kethevoama, joue au FC Astana, au Kazakhstan, après avoir brillé en Hongrie. Il mériterait de jouer dans un plus grand Championnat, non ?


Oui. Son manager doit l’aider à aller plus haut. Si nous nous qualifions, il y arrivera. Cela lui donnera une meilleure exposition. Comme à tous nos joueurs.

 

Propos recueillis par Patrick Juillard (Rédaction Football365/FootSud)


Rédaction Football365.fr / FootSud

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 21:53

 

 

 

Pour les amoureux du ballon rond

 

Allez sur le lien de TELE-MLPC :  www.lemlpc.net


 

 

 

TVMLPC logo

 

 

 

RCA---Burkina-de-Bangui.JPG

 

 

 

 

 

Le match gagné à Bangui par les Fauves sur les Etalons (1 à 0)

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 18:36

 

 

 

 

Kouguere.jpg

 

 


http://www.paris-normandie.fr mercredi 12 septembre 2012 à 08H00

 

BASKET-BALL. Matches amicaux L'homme le plus en vue de la présaison du STB est un Centrafricain de 25 ans au parcours pour le moins singulier.

 

Auteur de 23 points en moyenne lors des trois premiers matches de préparation de Saint-Thomas, Max Kouguere devrait être l'un des maillons forts du club havrais ce soir, à Lillebonne, contre Limoges

 

Si en ce début d'année scolaire, l'élève Max Kouguere, nouveau venu au sein de l'établissement Saint-Thomas, tenait à faire parler de lui, c'est réussi. 22 points face à Mons (Bel), 19 contre Poitiers, puis 29 face au Portel vendredi dernier : même si elles ne seront pas prises en compte à l'heure du bilan, les premières copies rendues par le néo-Havrais sont pour le moins encourageantes.

 

« Ce ne sont que des matches amicaux, relativise sans surprise l'ailier d'1,98 m. Ce qui importe avant tout, c'est qu'à l'entraînement comme en match, j'ai retrouvé le sourire que j'avais perdu depuis plusieurs mois. » Le natif de Brazzaville (Congo) fait ici référence à son passage au Mans, où il n'est jamais parvenu à s'épanouir (3,7 pts, 1,5 rbds, en 14 mn), après avoir été formé à Gravelines (16 bouts de match en Pro A), lancé pour de bon à Antibes (Pro B, 10,6 pts, 3,4 rbds, en 26 mn) et révélé aux yeux de « l'Européen » manceau sous le maillot des Lions de Genève (14,2 pts). Du nord de la France à la Suisse, en passant par la Côte d'Azur, Max Kouguere possède déjà, à 25 ans, quelques tranches de vie sportives à raconter. Mais ce n'est rien comparé à son adolescence, au synopsis tout simplement unique.

Des montages vidéos


Oui, le nouveau numéro 9 du STB cache un passé pour le moins singulier. Né au Congo d'un père centrafricain, il partage son enfance entre les deux pays, au gré des conflits ethniques, avant de se réfugier avec ses frères et de façon définitive à Brazzaville. Kouguere a alors 14 ans. « Au départ, comme la plupart des jeunes en Afrique, j'étais plutôt football. Taekwondo aussi. Mais en Centrafrique, les gens adorent le basket. Mes grands frères en faisant, je n'ai pu y échapper. »


Sous la coupe de ses deux aînés, le « petit » montre plus que de simples aptitudes à manier la sphère orange. Au point de taper dans l'œil d'un certain Maik, investi au sein du championnat congolais et de la « Fédé ». Avec les grands frères Kouguere, ce dernier tente le pari d'envoyer des montages vidéos, vantant les mérites de l'ado, en Europe et aux Etats-Unis. « Quelques collèges US s'étaient montrés intéressés, se souvient l'arrière-ailier, qui a gardé Maik comme agent. Mais nous avions choisi Gravelines, le premier club à s'être manifesté. »


A 18 ans, Kouguere quitte alors pour la première fois son Afrique natale. Et très vite, fait comprendre aux dirigeants nordistes qu'ils ont bien fait de miser sur lui. Fort d'une feuille de stats affichant 19,2 points et 6,2 rebonds de moyenne, il est élu dans le « cinq » majeur du championnat de France Espoirs au terme de l'exercice 2007-2008.

 

Du monde du « street », Max Kouguere a conservé une détente sèche hors norme, qu'il évalue à 1,10 m, et qui lui permit de s'adjuger le prestigieux concours de dunks lors de l'édition 2007 du All Star Game de Bercy. « Le dunk, pour moi, c'est juste un plaisir. Parce que j'ai la chance de disposer de certaines qualités athlétiques », précise le jeune homme, conscient que cette image de joueur monté sur ressorts a parfois pu faire oublier son bagage technique. « Si je l'ai pris, c'est parce que je sais qu'il des qualités, confie Eric Bartecheky au sujet de sa première recrue de l'été. Au Mans, il était dans un rôle où il jouait peu. Chez nous, il aura davantage de responsabilités. »


 David Poisnel

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 21:00

 

 

 

 

 

Les Fauves de Bas Oubangui foot-bal

 

 

 

Incroyable mais vrai, la RCA est dans le top des 10 premières équipes de football Africain et 58eme au niveau mondial alors qu'on ne compte aucun de ses internationaux dans les principaux championnats de football européen.


Avant sa victoire (1 à 0) sur les Etalons du Burkina Faso en match aller comptant pour les éliminatoires de la CAF, elle occupait le 64eme rang mondial et le 14em au niveau Africain.


En se fiant à la prévision actuelle de la FIFA, le pays de Boganda passe de 492 à 593 points et remplace du coup le Nigeria qui occupait la 10ème place Africaine et la 58ème mondiale. De 523, il baisse provisoirement à 511points après son match nul contre le Liberia de Georges Weah.


Dans la zone CEMAC, la RCA talonne désormais le Gabon qui compte 617 points et qui se situe à la 44ème place mondiale et la 9ème au niveau Africain. Après son nul 1-1 à domicile face au Togo, le Gabon n'a glané qu'un seul point(618) et reste sous la menace des partisans du manager général Willy Kongo. Le Cameroun descend à la 3ème place de cette zone après sa défaite face au Cap vert 2-0. En effet ce grand pays de football qui comptait 510 points en perd 24 et s'établit provisoirement à 486 points. Le Cameroun occupait le 61ème rang mondial et le 12ème au niveau africain avant les matches aller de ces éliminatoires.


La RCA est donc la dernière révélation du football mondial après avoir dépassé le Nigeria et le Cameroun qui sont des pays de référence en matière de ballon rond.


Ce n'est pas seulement un pays de Basketball, c'est un réservoir des sportifs de haut niveau. La classe politique et le gouvernement doivent désormais faire du sport une priorité nationale. La majorité des joueurs centrafricains sont des amateurs faute de sponsor et de la mauvaise image de marque de leur pays.


Il est donc temps que le gouvernement fasse des états-généraux du sport car la RCA est proche de fournir un Didier Drogba ou un Samuel Eto'o fils qui rapportent beaucoup de devises à leurs pays. La fulgurante percée du jeune centrafricano-français Mapou Yanga-Mbiwa capitaine de Montpellier qui vient d’être reconnue par la confiance que le coach  de l’équipe de France par Didier Deschamps lui a faite en le titularisant pour verrouiller la défense centrale des bleus est digne d’espérance et est bien la preuve que des jeunes Centrafricains sont pleins de talents sportifs qu’il suffit d’un bon encadrement et du soutien pour faire éclore.


A noter que Les Fauves n'ont pas disputé des matches amicaux ni effectué une mise au vert faute de moyens financiers.


Wilfried Maurice SEBIRO

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 00:38

 

 

 

 

 

 

 palais omnisport KNK

 

omnisport-en-travaux-2-.JPG

 

omnisport-en-travaux-6-.JPG

 

 

omnisports-travaux.JPG

 

 

omnisport-en-travaux.JPG

 

 

omnisport en travaux 3

 

 

omnisport-en-travaux-9-.JPG

 

 

 

omnisport-en-travaux-5-.JPG

 

 

 

C'est à se demander si avec un tel bric et broc fait à la hâte, la FIBA pourrait donner son agrément à la tenue du tournoi dont le rêve sans doute du délinquant François Joseph Bozizé alias "Djodjo", est qu'il ait bien lieu à Bangui pour qu'il puisse frimer en tant que président de la Fédération centrafricaine de basket. Pour cela, 400 millions ont été vite trouvés.   

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 00:11

 

 

 

 

 

 

anneaux-olympiques

 

 

Des images des athlètes centrafricains avec notamment le 800m femmes et le taekwendo femme.

Sur www.lemlpc.net

 

 

 

 

course de 800 m de Elisabeth Mandaba

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 00:06

 

 

 

 

 

 

Des images des athlètes centrafricains avec notamment le 800 m femmes et le taekwendo femme.

anneaux-olympiques

 

 

 

www.lemlpc.net

 

 

 

course-de-800-m-de-Elisabeth-Mandaba.JPG

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports
11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 00:55

 

 

 

anneaux-olympiques

Radio Ndéké Luka Vendredi, 10 Août 2012 15:01

Les 6 athlètes centrafricains qui ont quitté Bangui pour les compétitions de Londres, débuté le 27 juillet, ont tous été éliminés des compétitions. Ils rentreront donc bredouille au pays.

Malgré leurs défaites, « ils ont l’air d’avoir été contents de leurs performances », a déclaré l’Assistante Technique de la Délégation Centrafricaine, Cécile Gordan, ce 10 août sur les ondes de Radio Ndeke Luka.

Le dernier centrafricain à être écarté des jeux ce 9 août 2012 est l’athlète  Patrick Boui du taekwondo qui a été battu par un iranien dans la catégorie des 68 kilogrammes sur un score de 7 contre 2. Patrick Boui a été repêché pour la médaille de bronze contre l’Afghan Nikpah Rohullah. Celui-ci l’a battu 14 contre 2.Sur les ondes d’une chaine internationale, Patrick a reconnu sa défaite en évoquant « un manque d’expérience » en dépit d’intenses préparations au préalable en Belgique et en Corée du Sud.

Dans cette même discipline, la Championne d’Afrique de la catégorie des 49 kilogrammes, Catherine Kang, de nationalité centrafricaine, a été battue par une Croate sur le score de 14 à 0. C’est au second round que Kang a été battue ce 8 aout 2012.

Tandis qu’en athlétisme, Victoire Mandaba a occupé la 6ème place sur les 7 concurrentes aux 800 mètres Dames. Toutefois, elle a réalisé une belle performance relativement au record national en faisant 2 minutes 12 secondes 53 centièmes.  L’athlète Mandaba qui s’est préparée à Bangui, a remporté la médaille d’Argent au meeting de Brazzaville au mois de juin dernier dans les 400 mètres Dames.

En 100 mètres hommes, Béranger Bossé a d’abord enregistré un succès en première série avant d’être éliminé en seconde série. Béranger a réalisé quant à lui 10 secondes et 55 centièmes, une performance qui est loin de lui offrir une chance avec les 9 secondes 63 centièmes réalisés récemment par le meilleur sprinter du monde, le jamaïcain Usain Bolt.

Médaillé d’argent et vice-championne d’Afrique de lutte, Sylvie Ngbonga a été mise dos sur le tapis par une mongole dès le 1er tour. Les expériences techniques acquises à Thiès au Sénégal n’ont pas permis à la lutteuse centrafricaine de remporter une médaille dans les jeux de Londres.

Une autre défaite qui s’ajoute aux premières est celle du jeune centrafricain, Christian Nassif, qui n’a pas pu franchir le 2ème tour de la natation malgré sa victoire en 50 mètres de nage libre. Par contre, Christian a amélioré sa performance. Au lieu de 29 secondes comme exploit national, le jeune homme a effectué 28 secondes 04 centièmes aux Jeux Olympiques de Londres.

Parti avec l’espoir de sauver les couleurs du drapeau national, les réalités des terrains de jeux ont montré que la République Centrafricaine a encore du pain sur la planche dans le domaine des sports. Les chances de remporter des médailles sont très moindres pour la RCA si l’on se réfère à l’effectif des athlètes  centrafricains alignés à Londres afin de défendre la patrie.

Les 6 athlètes vont devoir quitter Londres le 13 août pour Bangui la capitale centrafricaine. Ils reviendront sans doute avec quelques expériences pouvant les servir très prochainement.

Signalons toutefois que les jeux de Londres n’ont pas laissé libre court aux africains de se distinguer dans cette grande rencontre sportive internationale.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Sports