Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 02:32




Selon l’état-major du Front Populaire pour le Redressement (FPR) de Baba Laddè, désormais actif aux confins Tchad-Centrafrique, il n’est pas exclu que leurs éléments attaquent le site pétrolier de Doba, si jamais, l’armée tchadienne envisagerait de les poursuivre à l’intérieur du territoire centrafricain.

Le FPR annonce aussi que la localité de Ngougourou dans le Moyen-Chari, serait depuis le matin le  théâtre d’affrontements avec les forces gouvernementales.

Par ailleurs, selon l’AFP, le gouvernement tchadien, aurait refusé de confirmer ni d’infirmer les combats à la frontière Tchad-RCA et s’est abstenu de donner  un bilan.


La rédaction du blog de Makaila
7 octobre 2009

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 21:52


 

Le Temps 6 octobre 2009

La firme russe Izhmash qui produit le fusil d’assaut AK-47, connu sous le nom de «Kalachnikov», est au bord de la faillite. La justice doit décider si elle laisse fonctionner l’entreprise grâce à une restructuration de ses dettes, ou si la société doit fermer. L’engin de mort le plus répandu dans les conflits contemporains.






Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 19:59




Selon plusieurs sources indépendantes,  une vingtaine de  véhicules  de forces gouvernementales tchadiennes, serait déployée, depuis hier aux environs de 18heures, à la frontière Tchad/RCA, en représailles aux derniers combats avec les éléments du FPR.

 Signalons au passage que lors de ces  affrontements, le colonel Hamid Djogoï Moussa, Com RM, de l’armée régulière, a été  blessé et évacué, serait aussi mort. Les  rebelles tchadiens du FPR, accusent ce colonel d’avoir pillé les bétails de la communauté Peul et violer leurs  filles dans plusieurs localités du sud du pays. Sa mort dans ces conditions disent-ils est une victoire pour ses victimes, traumatisées, garderont de lui  des tristes  souvenirs de la terreur et de la répression.

Aussi, faut-il  souligner que le déploiement intensif des militaires  tchadiens  à la frontière avec la RCA, risque de susciter un regain des violences armées dans cette région sud du pays, qui, se souvient encore des atrocités commises en 1984, sous la responsabilité avérée d’Idriss Deby, lorsqu’il était à l’époque Chef d’Etat major- de l’armée tchadienne. Plusieurs personnes ; hommes, femmes et enfants, ont été sommairement et massivement tués. Les populations tchadiennes du sud, devraient tirer les leçons de la barbarie d’Idriss Deby, et lui  retirer leur soutien au lieu de se taire et applaudir un homme, qui leur a fait tant de tort. Par ailleurs, nos différentes sources, nous informent que sur l’axe emprunté par les troupes de l’armée gouvernementale, vivent 372 âmes, réfugiées originaires du Tchad, il est à craindre également que  le passage  de ces forces,  fasse des dégâts en vies humaines et matérielles.

Elles en appellent aux agences humanitaires de l’ONU, pour intercéder en faveur de  ces populations en cas de reprise des activités militaires entre les forces belligérantes en conflit armé. Par ailleurs, la rédaction du blog,  a alerté l’international sur l’éventualité de reprise des hostilités militaires entre l’armée régulière et les mouvements politico-militaires hostiles au pouvoir central de Ndjaména, dirigé et incarné par Idriss Deby et les siens.

Il faut stopper la folie guerrière qui anime ce régime militaire au Tchad !

Nguebla Makaila

 
NDLR : Il est évident que la présence sur le sol centrafricain des éléments du FPR, mouvement rebelle armé tchadien du général de Baba Laddè opposé à Idriss Déby qui a multiplié ces derniers temps les communiqués de presse et a même été reçu par les autorités de Bangui, il se pose en soi un problème dans les relations entre le Tchad et la RCA. Ce n'est pas la première que ce type de situation se présente. De surcroît, dès lors où des escarmouches ont lieu comme ce qui s'esst produit il y a quelques jours à peine,  opposant les éléments du FPR de Baba Laddè aux soldats de Déby faisant des morts vers Sido et un colonel tchadien grièvement blessé ramené à Ndjaména, il faut s'attendre à une montée en régime de l'armée tchadienne. Les autorités de Bangui sont elles conscientes de cette situation ? Le renforcement de ses positions au Sud de l'armée tchadienne alors qu'elle est surtout déployée à l'Est, est la preuve qu'un front est ouvert au Sud frontalier avec la RCA d'où pourrait provenir une certaine menace pour le régime de Déby. L'histoire va -t-elle encore se répéter...?

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 19:52




La Banque mondiale va investir 215 millions de dollars pour développer l’Internet à haut débit en Afrique.

mardi 06 octobre 2009 | Publié 17:21 |

La Banque mondiale va investir 215 millions de dollars (146 millions d'euros) dans l'Internet à haut débit en Afrique et va aider certains pays à harmoniser leurs lois et règlements dans le secteur, a-t-elle indiqué mardi dans un communiqué.

Le programme devrait durer 10 ans et permettre à 11 pays de "développer les infrastructures qui forment l'épine dorsale des télécommunications à haut débit, afin de renforcer l'accès à Internet haut débit et de réduire les prix pour les consommateurs", a précisé la Banque mondiale.

Le projet doit également permettre au Etats africains "d'harmoniser leurs lois et règlements" dans le secteur des technologies de l'information et des communications (TIC).

"Les habitants des pays du centre de l'Afrique ont la moins bonne qualité et les coûts les plus élevés pour l'Internet et les services téléphoniques" du continent, a estimé la Banque mondiale, ajoutant que les populations de ces pays "paient jusqu'à deux fois plus pour leur abonnement mensuel à Internet" que d'autres pays africains.

Trois pays (Cameroun, Tchad, Centrafrique) participent à la phase initiale de 26,2 millions de dollars du programme. Huit autres sont par ailleurs éligibles: le Congo, la Guinée équatoriale, la République démocratique du Congo, le Gabon, le Niger, le Nigeria, Sao Tomé et Principe et le Soudan.

E.M. avec AFP

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 19:07




APA Bangui 03-10-2009 (Centrafrique) La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies en Centrafrique, Mme Sahle Work Zewdé, a effectué une visite de travail à Birao, dans la Vakaga, dans le nord-est de la Centrafrique à 1200 km de Bangui, a appris APA de source onusienne vendredi à Bangui.

Au cours de cette visite, Mme Sahle Work Zewdé, qui a pris fonction il y a trois mois comme chef du Bureau de l’Organisation des Nations unies en Centrafrique (BONUCA), était accompagnée par les représentants des organisations humanitaires et de la société civile.

La délégation a eu des échanges qui ont permis à Mme Sahle Work Zewdé de se rendre compte de la situation dans cette partie du pays, théâtre des conflits politico-militaires et inter-ethniques.

Les entretiens ont porté notamment sur le travail des humanitaires, le respect des droits humains et la pacification du nord-est de la Centrafrique.

La représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies a tenu une réunion spéciale avec les représentants des ethnies Goula, Kara, Haoussa, Sara et Rounga.

A l’issue de sa visite à Birao, elle s’est dit satisfaite de ce déplacement qui lui a permis de comprendre les causes des conflits.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 14:45





REPUBLIQUE DU TCHAD

Fidélité - Paix - Réalité

*******

OPPOSITION POLITICO-MILITAIRE
FRONT POPULAIRE POUR LE REDRESSEMENT (F .P.R)

(Force Positive)

 

COMMUNIQUE DE PRESSE N° 004/PR/FPR/09

 

Au moment où les éléments de patrouille du FPR étaient en train de pourchasser les coupeurs de route « zaraguinas » à Yéligoumba dans le Moyen Sido-RCA, ils ont été attaqués par l’Armée Tchadienne ce matin du 03 septembre 2009.

 

Aux termes de violents combats qui ont duré plusieurs heures, les combattants du FRP ont réussi à repousser les assaillants dans la localité de Sido à l’intérieur du Tchad.

 

Le FPR déplore cet incident fruit de la brutalité de nos frères des forces de l’ordre Tchadien intervenu au moment où des négociations de paix sont en train d’être mise sur les rails avec le Gouvernement de la République du Tchad.

 

Le FPR Force Positive rappel à l’endroit de l’opinion nationale et internationale tout son attachement au processus de paix engagé à Bangui sous les auspices du Gouvernement Centrafricain et de la Communauté internationale en direction desquelles ; il lance un vibrant appel pour leurs implications dans la résolution de cet incident et aussi pour prévenir de tel agissement à l’avenir.

Fait à Bangui, le 03 septembre 2009

Le Président du FPR

Général Baba Laddé

 

 

Contact : +236 72 75 23 87



Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 01:14


 INTERNATIONALE SOCIALISTE


Communiqué sur la situation en Guinée

 

L'Internationale socialiste exprime sa plus ferme condamnation des tueries perpétrées par l'armée guinéenne pour disperser le rassemblement pacifique des forces d'opposition organisé le 28 septembre au stade de Conakry, capitale de la Guinée. Ce massacre délibéré a fait plus de 150 morts et plus d'un millier de blessés.

 

Cette initiative de l'opposition politique, toutes tendances confondues, et de la société civile, avait pour but de protester contre l'intention du capitaine Moussa Dadis Camara, de se présenter à la prochaine élection présidentielle prévue pour le 31 janvier 2010.

 

En effet, à la tête du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD), junte militaire qui a pris le pouvoir par un coup d'Etat, le 23 décembre 2008, le capitaine Camara s'était engagé à organiser une rapide transition destinée à remettre le pouvoir aux civils dans un délai d'un an, à l'issue d'une élection présidentielle à laquelle il affirmait ne pas être candidat.

 

Pendant les neuf derniers mois, sa gestion débridée, populiste et arbitraire du pouvoir inquiétait les partis politiques et la société civile organisée dont les relations n'ont cessé de se dégrader avec la junte militaire. Une fois de plus, l'ordre constitutionnel a été bafoué en décembre 2008 en Guinée et c'est dans un bain de sang que s'est poursuivie cette aventure militariste aux accents populistes.

 

Pour l'Internationale socialiste, tout doit être mis en oeuvre pour que soit rétablie la démarche constitutionnelle qui devait être suivie à la mort du président Conté en décembre 2008. L'IS se félicite de la réprobation unanime qui s'est exprimée en Afrique et dans le reste du monde et elle réaffirme son entière solidarité avec les forces démocratiques qui agissent en Guinée, en particulier le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) d'Alpha Condé, parti membre de l'IS.

 

 

30 septembre 2009

 

___________________


INTERNATIONALE SOCIALISTE
Maritime House
Old Town
Clapham
Londres SW4 0JW
Royaume-Uni

Tel: (44 20) 7627 4449
Fax: (44 20) 7720 4448 / 7498 1293
Email: secretariat@socialistinternational.org

www.internationalesocialiste.org

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 23:08




 

Source: European Commission Humanitarian Aid department (ECHO)
IP/09/1392

Bruxelles, le 30 septembre 2009

Karel De Gucht, Commissaire européen chargé du développement et de l'aide humanitaire signe aujourd'hui à Bruxelles le Document de Stratégie Régionale / Programme Indicatif Régional (DSR/PIR) doté de 165 millions d'euros au profit de l'Afrique centrale. Antoine Ntsimi, Président de la Commission de la Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique Centrale (CEMAC) et Louis Sylvain-Goma, Secrétaire Général de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) représentent l'Afrique Centrale. Ce programme permettra notamment de soutenir l'intégration économique et régionale dans cette région d'Afrique.

Karel De Gucht, Commissaire au Développement et à l'aide humanitaire, déclare: "Par la signature du présent programme, je me réjouis de mettre l'Afrique Centrale à l'ordre du jour de notre agenda. Ce programme est d'une importance primordiale pour le futur de cette région encore très vulnérable sur les plans politique et économique. La dimension régionale liée à l'intégration économique, à la paix et la sécurité ainsi qu'à la coopération vers une gestion intégrées des ressources forestières sont des composantes essentielles qui permettront aux pays partenaires de bénéficier de l'aide dans des domaines où ils n'en bénéficient pas nécessairement au niveau national".

Le PIR, partie du 10ème FED, est doté d'une enveloppe indicative de € 165 millions. Les montants indicatifs qui leur sont alloués s'articulent autour de l'intégration économique et commerciale et accompagnement de l'APE (97 millions d'euros), la gestion des ressources naturelles renouvelables (30 millions d'euros) et l'intégration politique ainsi que la paix et la sécurité (15 millions d'euros) €. En outre, 15 M€ sont prévus pour la Communauté économique des Pays des Grands Lacs (CEPGL)

Informations complémentaires:

La signature du DSP PIR est intervenue dans le contexte du séminaire régional "Afrique centrale" organisé par la Commission européenne avec les deux organisations régionales de l'Afrique centrale, la CEMAC et la CEEAC en présence des Ministres, Ordonnateurs nationaux du Gabon, RCA, Guinée équatoriale, Congo, Sao Tomé e Principe, Tchad, RDC et Cameroun.

Le séminaire régional a comme objectif principal la discussion sur les enjeux de l'agenda d'intégration régionale et sur la feuille de route de ce processus. Il va permettre de préciser les actions concrètes et prioritaires pour les 5 années à venir, en vue de soutenir les étapes du processus d'intégration régionale via la mise en œuvre de feuilles de route et la création d'interfaces entre programmes nationaux et programme régional.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 22:59




                Les rebelles de la LRA

Source:
Resolve l'Ouganda

Date: 29 septembre 2009

Comme la pression sur les combattants de l'Armée de résistance du Seigneur de Joseph Kony au Sud-Soudan et le nord-RD Congo s'est intensifiée au cours de l'année écoulée, souvent le groupe rebelle a migré au-delà de la frontière vers la République centrafricaine.

La semaine dernière, une attaque de la LRA contre un convoi humanitaire en République centrafricaine a tué trois travailleurs humanitaires de l'organisation italienne COOPI, impliquée dans les efforts visant à renforcer le système éducatif local.

En raison de l'incroyable difficulté d'accès aux zones du sud-est de la République centrafricaine où la LRA terrorise les civils, est maintenant (nous avons entendu le seul moyen d'y arriver nécessite quatre jours de route de la capitale du pays de Bangui), peu de sources internationales ont rapport sur l'escalade de la violence. Toutefois cette semaine, un journaliste de la BBC a fait et a enregistré un court reportage audio sur la situation. Des sources sécuritaires ont indiqué que la LRA pourrait se cacher dans la région du Bahr el Gazal du Sud-Soudan - une zone jamais affectée par la LRA dans le passé - ou même au Tchad.

 

La LRA – « pas encore fini »

OBO, 1 Octobre 2009 (IRIN) - Tandis que trois camions chargés de soldats fraîchement arrivés des Forces armées centrafricaines (FACA), a mené à travers Obo, les résidents locaux parlent avec amertume et résignation des problèmes de sécurité persistants et l'incapacité de l'une des forces locales ou de leurs alliés de la meilleure équipe de défense du peuple ougandais (UPDF) pour débusquer les combattants de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA).

Un porte-parole de l'UPDF a dit récemment dans la capitale ougandaise de «voir la fin de la LRA. Nous continuons de leur récolte comme des mangues, a-t-il ajouté, rappelant à l'assassinat et la capture de plusieurs figures clés dans les rangs de la LRA. L'UPDF est dans la région sud-est du Haut-Mbomou avec la bénédiction du gouvernement centrafricain du président François Bozizé, dont les propres FACA n'ont pas réussi à s'attaquer à la menace posée par les rebelles ougandais.

La LRA a commencé à sévir en Centrafrique en Février 2008, par une série de raids, poussant à l'ouest de Bambouti, à la frontière avec le Soudan. Les associations locales de défense des droits civiques et d'autres groupes ont donné l'alarme, soutenues par l'ONU, appelant une réponse militaire beaucoup plus ferme.

Après une accalmie d’une année, les attaques de la LRA ont repris avec une intensité beaucoup plus grande à la mi-2009. De petits groupes de combattants ont frappé des villages dans un rayon de 20 km d’Obo: Ligoua, Kourouko, Gassimbala, Koubou, Gougbéré, Dindiri, Kamou et Ndigba et autres.

Plus de 3000 villageois déplacés ont fui vers Obo. Installés d'abord dans les écoles et bâtiments d'église, certains ont cherché refuge auprès de familles d'accueil, mais la plupart sont dans des cabanes et des abris construits à la hâte, montés par les villageois.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) tente de localiser les sources d'eau potable, de construire des puits et de fournir des latrines. Obo est également l'hôte de plusieurs centaines de réfugiés qui ont traversé la frontière de la République démocratique du Congo, qui tombent sous la responsabilité de l'Agence des Nations unies pour les réfugiés, HCR. Ils sont en fuite devant la LRA.

Des patrouilles ougandaises

L'UPDF a une forte présence dans et autour de Obo, ses troupes patrouillent le centre-ville et les villages environnants, appuyées par des hélicoptères. Parmi les villages maintenant rendus «sûr» par l'UPDF, il y a Ligoua, à 20km au sud d’Obo.

«Les Ougandais nous ont apporté la tête d'un combattant de la LRA pour montrer qu'ils sont dans la brousse à la poursuite de l'ennemi», a déclaré à IRIN le chef de Ligoua, Elie Bitimoyo. Mais Bitimoyo et les chefs des autres communautés déplacées disent que leurs champs et les maisons sont hors limites. Il y a une vive inquiétude dans Obo au sujet de la perte des cultures et du bétail à cause de la LRA. Ils ciblent les zones les plus fertiles et prospères, avec des conséquences potentiellement désastreuses pour la population locale.

"Le gouvernement doit sécuriser les villages et remettre les gens sur le terrain," a déclaré à IRIN le pasteur local René Zaningba. "Il y a des villages qui fournissent OBO en nourriture, et s’ils restent vides, nous allons mourir de faim."

Obo lui-même a souffert des années d'isolement. Plus de 1200 km à l'est de la capitale Bangui, OBO est la capitale de la préfecture du Haut-Mbomou, à la frontière du Soudan et de la RDC. Dans le passé, il y a eu de graves affrontements entre la population locale et les combattants entrants de l'Armée de libération populaire du Soudan (SPLA).

Les attaques contre les agences

Les points de repère dans OBO sont la Mission catholique et le complexe des protestants évangéliques African Inland Mission, dont les missionnaires ont d'abord été établis dans les années 1920. Tous deux ont accueilli d'importantes communautés déplacées ces dernières années.

La récente attaque de la LRA sur un camion appartenant à l'ONG italienne COOPI Relief Organisation a soulevé des craintes concernant la sécurité dans le sud-est. Deux employés locaux de COOPI ont été tués dans une embuscade le 21 Septembre, à 45km à l'ouest d’Obo. COOPI, qui a travaillé en RCA depuis 1974, a suspendu ses activités dans le sud-est, tout en appelant à l'impartialité des organismes d'aide qui doivent être respectés par toutes les parties. Le camion transportait des matériaux pour la reconstruction d'une école à Obo.

Alors que les nouvelles cassé de l'attaque, les résidents locaux se plaignent de nouveau du seuil de peur et d'insécurité. «Cette région a désespérément besoin d'aide pour les écoles: nous disposons de 80 pour cent d'analphabétisme», a déclaré un homme à IRIN, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat. «Mais comment pouvez-vous attendre que  les ONG à travaillent ici quand ils mettent la vie des gens en danger?"

 

Source: Office des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires - Integrated Regional Information Networks (IRIN)

 [FIN] Une sélection de rapports d'IRIN sont publiés sur ReliefWeb. Trouver plus de nouvelles IRIN et d'analyse au http://www.irinnews.org
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 12:04




 

PORLAMAR (Venezuela) (AFP) - lundi 28 septembre 2009 - 11h52 - Le Venezuela a signé huit accords énergétiques avec plusieurs pays africains à l'occasion du deuxième sommet Amérique du Sud-Afrique (ASA), organisé ce week-end, a annoncé dimanche le ministre vénézuélien de l'Energie et du Pétrole Rafael Ramirez.

Ces accords ont été notamment conclus avec l'Afrique du Sud, le Cap Vert, le Soudan et la Mauritanie, a-t-il précisé.

"Avec l'Afrique du Sud et son entreprise publique Petrosa, nous avons conclu un accord sur le développement en commun de champs prêts à être exploités (...) le développement de la technologie GPL (gaz de pétrole liquéfié)", a-t-il détaillé.

Petrosa a aussi obtenu une participation dans le bloc Junin 4 du bassin de l'Orénoque dans l'est du pays, dont les réserves très prometteuses sont en cours de certification, a ajouté M. Ramirez.

En Mauritanie, "il y a des capacités de raffinage que nous allons évaluer" et "des perspectives de production de pétrole", a-t-il encore indiqué. Le premier exportateur de brut latino-américain a également signé d'autres accords dans plusieurs autres domaines (mines, sciences, technologie, alimentation et agriculture), a-t-il ajouté.

Auparavant, le président vénézuélien Hugo Chavez avait annoncé la signature d'un accord pour la création d'une "entreprise mixte minière" avec la Sierra Leone. Des "lettres d'intention" concernant des partenariats miniers et pétroliers avec le Niger, le Soudan, la Namibie et le Mali, vont également être signées, avait-il ajouté.

Avec le Niger, il s'agit d'un accord d'exploitation pétrolière et de coopération électrique, a précisé le dirigeant socialiste, selon qui ces partenariats représentent le prélude à des coopérations plus vastes entre l'Amérique du Sud et l'Afrique.

Dans leur déclaration finale, les pays de l'ASA appellent à développer "la coopération énergétique entre les deux régions" et à "créer les conditions" pour augmenter le nombre d'entreprises mixtes africano-sud-américaines afin de "renforcer l'investissement et le commerce sud-sud".

 

 

NDLR : Et la République centrafricaine dans tout cela ? Pourtant son président a bel et bien pris part à ce sommet !

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales