Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 22:57





Tchad :
UNICEF - 08/04/2009 15:58:21


L'UNICEF porte assistance à des milliers d'enfants qui fuient le conflit dans le pays voisin de la République centrafricaine (RCA).
Plus de 3000 nouveaux réfugiés sont arrivés au Tchad, en plus des 7000 déjà parvenus dans le pays en janvier. Environ 83 pour cent du total de ces réfugiés sont des femmes et des enfants.


« La priorité est de fournir de l'eau salubre, de la nourriture, des vaccins et autres articles non alimentaires, particulièrement des bâches plastique, avant la saison des pluies, »
explique le docteur Marzio Babille, Représentant de l'UNICEF au Tchad.


L'UNICEF a lancé « l'Opération Massambagne », du nom du lieu où sont arrivés les réfugiés. Après leur enregistrement, les réfugiés reçoivent un premier approvisionnement d'aide humanitaire qui comprend des vaccins contre la rougeole (une maladie potentiellement mortelle et débilitante dans les pays en développement) et de la Vitamine A.

De plus, des sachets pour la purification de l'eau et des moustiquaires pour prévenir le paludisme seront distribués. Le forage de quatre puits manuels dans le secteur permettra l'approvisionnement en eau salubre. Des kits de loisirs et de « l'École dans une Boîte » vont être également distribués. Afin de répondre aux besoins spécifiques des enfants, des experts en protection de l'enfant tentent de déterminer si ceux-ci ont été séparés de leurs familles et combien d'entre-eux remplissent le rôle de chef de famille.

Suite à l'enquête nutritionnelle menée récemment par Médecins Sans Frontières dans le secteur, une opération logistique complexe est mise en place pour fournir aux enfants sévèrement sous-alimentés des suppléments alimentaires et thérapeutiques grâce à l'utilisation d'aliments thérapeutiques prêts à l'emploi (RUTF).


« L'isolement de ces secteurs va poser de gros problèmes de logistique, particulièrement pendant la saison des pluies de mai à octobre prochain, »
explique le docteur Babille.

Depuis le 17 janvier dernier, plus de 7000 réfugiés de RCA sont entrés au sud-est du Tchad, après des heurts entre des rebelles Rounga et l'armée nationale de RCA. La majorité de ces personnes a trouvé réfuge à Daha, à moins de 200 mètres de la frontière entre le Tchad et la République centrafricaine, et où l'UNICEF et l’UNHCR ont établi une base temporaire.
 

Comme le conflit en RCA continue, on s'attend à ce que de plus en plus de réfugiés affluent au cours des prochaines semaines.

Pour assurer aux réfugiés de la République centrafricaine la continuité des interventions humanitaires, l'UNICEF, avec d'autres agences de l'ONU, a établi une base provisoire à Haraze. Le plan prévoie l'acheminement par voie aérienne des approvisionnements avec Haraze, où il y a la possibilité d'atterrir. Cet approvisionnement sera ensuite transféré par route à Massambagne, qui est 70 km de Haraze.


Le nombre des personnes qui ont trouvé refuge au Tchad, ou qui ont été chassés de leur maison en raison du conflit dans le pays est en train de s'accroître. Il y a actuellement 65 000 réfugiés de RCA au Tchad qui s'ajoutent aux 260 000 soudanais réfugiés à l'Est du Tchad et aux 170 000 personnes déplacées dans les régions Est et Sud du pays.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 19:03

 

Source: humanitaire et de développement de partenariat Team - Central African Republic (CAR HDPT)
Date: 07 avril 2009

par Louise Williams, de l'OCHA


Augustine a cinq enfants et est enceinte de six mois. Elle vit dans la brousse, non loin de son domicile, dans un petit village dans le nord ouest de la RCA. Augustine a fait une fausse couche de sa dernière grossesse et a reconstruit sa maison dans le village, se préparant à y revenir pour être plus près de l'hôpital où elle doit accoucher. Il y a six ans qu’elle et sa famille ont fui leur maison.


« Si les Tchadiens viennent et vous tirent dessus, resteriez-vous
ici? Je pense que vous choisirez de fuir loin de votre maison pour survivre. Nous avons reconstruit notre maison, nous reviendrons au village, la vie est meilleure dans le village - on peut obtenir un taxi moto pour la ville et des soins. Mais dès qu’il y a des coups de feu, nous allons retourner en brousse. "

 La vie en brousse


«Cela fait 6 ans maintenant. Nous souffrons du froid et des moustiques dans la brousse - les enfants n'ont pas de lits pour dormir. Il y a beaucoup d'enfants à charge, il est difficile de se laver et boire pour les enfants - tout est difficile pour nous parce que nous vivons dans la brousse. Comme pour la nourriture, si les enfants en ont, c'est la chose la plus importante - Dieu fera le reste. "


 
La vie de famille en brousse
 

«Pour une femme enceinte, c’est vraiment difficile. J'ai 5 enfants, ce devrait être mon 6ème. Mon sixième est mort né lors de ma dernière grossesse parce qu'il n'y avait pas d'eau potable. J'ai été amenée à l'hôpital, l'enfant a été retiré de mon ventre - Je porte maintenant mon septième enfant. "


 
L’avenir


«Je suis une femme, je ne connais pas les affaires des rebelles, je ne connais pas les affaires du gouvernement - ce que je sais, c'est que nous avons vécu dans la brousse et nous avons souffert. Dieu est celui qui m’a créé, je ne suis pas maîtresse de moi-même. S'il veut faire que les choses s’améliorent à l'avenir, il va le faire".

 Trouver plus d'informations sur http://www.hdptcar.net/blog/

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 18:02

 



Source: humanitaire et de développement de partenariat Team - Central African Republic
(CAR HDPT)

Date: 07 avril 2009


Faits saillants


- 47,5 millions de FCFA d'appui pour les ONG Solidarités
- Campagne de vaccination contre la polio
- Micro-finance la formation


Contexte et sécurité
 

Situation en matière de sécurité dans la zone de Paoua


 
Le 27 Mars 2009 à 10 heures du matin, deux avions militaires sont passés sur Paoua volant à basse altitude.
La Sous-préfecture de Paoua relève de l'Ouham-Pendé et la ville abrite une grande communauté humanitaire et un vol de ce genre est inhabituel.
 

Des rumeurs ont fait état d'une incursion d'hommes armés à cheval dans les environs de Paoua, mais il n’a pas été signalé d'affrontements.


Le survol n'a pas eu d'impact sur les activités humanitaires dans la ville ou ses environs et il n'y a pas eu de préjudice causé à la population.


Néanmoins, les rumeurs sont une source de préoccupation non seulement pour les habitants de Paoua, mais aussi dans les villes voisines de Ndim, Ngaoundaye, Pendé où des hommes à cheval ont été aperçus.


Awakaba - altercation avec les braconniers


Le lundi 23 Mars, il ya eu une altercation entre une patrouille des forces armées centrafricaines (FACA) et un groupe de braconniers. Le choc s'est produit à Awakaba, sur la Ndélé-Miamani route 85 km de Ndélé dans la préfecture de Bamingui Bangoran.


Le village Awakaba est d'une importance stratégique dans la mesure où il a une piste d'atterrissage pouvant accueillir des avions cargos - la piste a été construite à une époque où les touristes visitaient beaucoup le parc national voisin. C'est aussi une ville stratégique, car pendant la saison sèche, les braconniers viennent chercher de l'ivoire et d'autres biens de valeur.


 
Cet incident fait suite à une incursion le 21 Mars par des hommes armés dans la base de Ngarba IMC au nord de Ndélé entre la RCA et le Tchad. La population locale s'inquiète de ce qu’il y a plus de déplacements dans la brousse ou sur la frontière avec le Tchad.


La série d'incidents de ce type ont un impact sur la capacité des acteurs humanitaires à poursuivre leurs travaux dans la région.


 
Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec: Sylvain Yakara, OCHA, (236) 72 71 55 49
yakara@un.org


Nouvelles


 
Solidarités: 47,5 millions de FCFA de la France


Le vendredi 27 Mars 2009, un accord d'une valeur de 73.000 € 47,5 millions de FCFA a été signé entre l'ambassadeur de France et le chef de la mission à Bangui Solidarités. C'est un accord qui porte sur un projet multi-sectoriel (eau, assainissement), co-financé par l'Union européenne au cours des 18 prochains mois.


 
Dans le cadre de la mission programmée de l'aide alimentaire, ce projet permettra de distribuer des semences à 4.174 personnes (179 ménages) sur la route Ndélé-Ngarba. Ces semences permettront aux activités agricoles de redémarrer, assurant ainsi la sécurité alimentaire suite aux attaques armées qui ont entraîné le déplacement d'une partie de la population de cette région.


 
Plus d'informations: Xavier Huchon, Solidarités, (236) 75 76 20 98 bgi.cosecalim @ yahoo.fr
 

Formation en micro-finance
 

Le 30 Mars a vu le début d'un atelier de 10 jours  sur la micro-finance pour les participants, y compris l'Union de l'épargne et de crédit de crédit mutuel de centrafricain qui sont venus de tous les coins du pays, y compris Paoua, Bossangoa et Bozoum.


Les objectifs sont de «renforcer les capacités des participants dans la gestion et le développement de micro-financement des établissements. Parmi les  thèmes de l'atelier figurent les principes de la micro-finance ainsi que les problèmes de gestion dans les établissements de micro-finance.


 
L'atelier est le premier d'une série de 5 de son genre organisé par l'Association professionnelle des établissements de micro-finance de l'Afrique centrale (APEMF-CA) et a reçu l'appui technique et une aide financière du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).


 
Plus d'informations: Wilsson Fidele, APEMF-CA, (236) 75 50 31 41

wils_bgui@yahoo.fr


Personnes déplacées - plus récentes estimations de la RCA


 
Les dernières estimations Internallys pour les personnes déplacées (IDPs) en RCA montrent une forte augmentation des déplacements entre Janvier et Mars de cette année.

 Les affrontements dans le nord-ouest, le nord et le nord-est du pays ont entraîné, selon les estimations, 23.800 personnes qui ont fui leurs foyers, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) à Bangui.


 
On estime que 6.400 civils ont fui en brousse suite aux combats entre les troupes gouvernementales et de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) autour de Ndélé en RCA du nord-est.

 Le HCR du Tchad a actuellement estimé à 9200 le nombre de réfugiés de la RCA qui ont traversé la frontière vers le Tchad à partir de la même région depuis Janvier.
 

D'autres régions touchées par les déplacements notamment les préfectures de l'Ouham et l'Ouham Pendé, dans le nord et le nord-ouest, où plusieurs milliers de personnes ont fui leurs maisons après des affrontements entre différents groupes - les rebelles, des milices d'auto-défense, ainsi que des assaillants venus du Tchad.


 
La préfecture de Nana Gribizi dans le nord du pays a également connu des affrontements, entraînant le déplacement de six mille personnes, même si certains sont déjà rentrés dans leurs villages.

 En 2008, il a estimé que 85.000 personnes déplacées sont rentrés chez eux, sur un total de 193.000 personnes qui avaient été déplacées par la violence au cours de la dernière décennie.
 

Aujourd'hui, on estime qu'il y a plus de 123.000 personnes déplacées dans le pays et au moins 113.000 réfugiés au Tchad, au Soudan et au Cameroun.

Les estimations sur les déplacements sont révisées sur une base régulière par la communauté humanitaire.

Plus d'information: Louise Williams, IDP Advocacy Officer - OCHA Bangui (236) 70 18 80 64 williams14@un.org


Santé
Campagne de vaccination contre la polio


 
«L’élimination du virus de la poliomyélite à travers le territoire de l'Afrique centrale» - c'est l'objectif de la campagne de vaccination organisée par le Ministère de la Santé entre le 3ème et le 5ème du mois d'avril.

 L'importance de ce message est soulignée par la découverte, en 2008, de 3 cas du virus de la poliomyélite dans l'Ouham, dans Ouaka et à Bangui. Aucun autre cas n'a été signalé depuis la campagne 2003-2004 où plus de 30 cas ont été découverts.


 
Selon le directeur du programme élargi de vaccination, le Dr Rock Ouambita Mabo, cette maladie, qui paralyse les enfants, n'a pas été éliminée parce que certaines mères n’ont pas amené leurs enfants dans les centres de vaccination, ce qui conduit à une faible couverture vaccinale.


Une autre cause est due aux voisins pays de la RCA qui présentent un risque de transmission de la maladie, en particulier la République démocratique du Congo et le Tchad.

 Dr. Mabo a expliqué qu'une préparation approfondie et une sensibilisation accrue entre la communauté est nécessaire pour les prochaines campagnes de vaccination. Il a également appelé toutes les mères à répondre en masse à la campagne, qui est l'espoir d'étendre la couverture vaccinale de 100% pour tous les enfants de 0 à 5 ans.

 
Plus d'informations: Dr Ouambita Mabo R, PEV, (236) 70 40 78 08, ouambita_mr@yahoo.fr
Pour plus d'informations: UN OCHA RCA | Boris Ngouagouni, borispm2@live.fr | +236 70.18.25.76 Pour plus d'informations sur http://www.hdptcar.net/blog/

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire